Partagez | .
 

 Sabishi Kajo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Rang : Nukenin

Messages : 17
MessageSujet: Sabishi Kajo   Mer 10 Juil - 18:01

[Hors Role Play]


o Prénom :
o Âge* : 25
o Ville :
o Comment avez-vous connu le forum* : Par un ami
o Comment jugez-vous votre niveau RP* : Plutôt bon


[Role Play]


o Nom : Sabishi
o Prénom : Kajo
o Surnom : N/A
o Âge* : 25
o Villages souhaités (2 choix obligatoires, dans l'ordre de préférence)* : Nukenin / Ame no Kuni (nécessiterait une modification de l'histoire)
o Ancien village (uniquement pour les Nukenins) : Ame no Kuni
o Capacité spéciale(représente votre capacité propre, par exemple, le Sharingan des Uchiwa, une affinité combinée ou un pouvoir original. Vous n'êtes pas obligé d'en avoir une dès le départ) :

Tenko no Otoko

Kajo a un don unique, dont il semble avoir été doté à la naissance de manière latente pour finalement l'avoir découvert et avoir appris à en user au fur et à mesure que passaient les années.

Le Shinobi a le pouvoir de manipuler le temps et ses caprices, de jouer avec le climat au gré des efforts et du chakra qu'il déploie. Faisant vibrer son énergie alors condensée dans ses mains d'une manière plus que singulière, la peau de ces dernières se soulève pour laisser apparaitre une chair bleutée. Répandant son chakra dans les airs, les sceaux alors composés malaxent et diffusent l'énergie dans l'atmosphère plissant cette dernière. Pluie, vent, éclairs, tempêtes, ouragans, grêle, telle est une partie de l'éventail des possibles qui s'offre alors au Shinobi.

Le climat devient alors la plus redoutables des armes, déchainant alors la colère de la Nature.
o Description du personnage (15 lignes minimum)* :

Un jeune homme élancé. Une touffe hirsute de cheveux bleu-nuit semble trouver une harmonie dans son propre chaos. Une paire d’yeux jaunes, à l’allure mi-féline et mi-surnaturelle, prête à vous transpercer d’un trait pour sonder votre âme à la recherche de noirceur. Une musculature sèche, toujours sur la défensive, prêt à bondir, à s’échapper, à fuir : la cavale et les jours passés sur la route n’ont pas fait de lui un homme effrayé, mais un homme « méfiant ». Il fuira l’Homme autant qu’il le pourra. Pour le salut de son âme, pour qu’il puisse à nouveau oser se regarder dans une glace, il est devenu ténèbres pour lutter contre elles. Il n’est plus qu’une une ombre, le regard toujours lointain, souvent posé sur l’horizon ou bien contemplant cette nature qu’il adore par-dessus tout.
               
Les traits de son visage sont fins mais paraissent toutefois crispés, tant ils semblent figés dans un immobilisme désarmant, à un point où l'on pourrait jurer qu'il y a des années qu’il n’a pas souri. Toutefois, il serait délicat de d’apporter la preuve d’une telle hypothèse, ni de dire, si quand bien même cela s’avérait vrai, si cela était dû à de la tristesse, de la colère, de la solitude ou pourquoi pas les trois à la fois. Son bandeau de Shinobi, où plutôt ce qu'il en reste, trône autour de son cou tandis que nombreux sont ceux qui se sont posés des questions quant à ses tatouages.
               
Libéré de toutes les contraintes hiérarchiques et autres obligations militaires, Kajo a décidé depuis peu d’appliquer sa propre loi et de suivre ses propres préceptes, même si cela revient souvent à le placer entre les Shinobis ou même à défendre les civils face à ces derniers. Combattre pour la Justice, tel est son idéal et la quête de toute une vie, bien que cette notion ne peut être que subjective car soumise à son propre jugement. Il a compris qu’il ne pouvait honorer la propre idée qu’il se faisait de la Vie, celle comme quoi il s’agit d’un cadeau du Ciel, celle comme quoi elle est sacrée. Il en a fauché et en fauchera d’autres, aussi a-t-il conclu avec lui-même un pacte silencieux pour avoir un sommeil un poil plus tranquille, de protéger à tout prix la vie des innocents et toujours prendre le parti du faible face au fort.
               
Quelle finalité dans tout ca ? Pas grand-chose, le Nukenin a bien conscience qu’il ne changera pas le monde, ni les esprits et encore moins les mentalités, mais il se console avec l’idée que s’il existe bien des gens assez fous comme lui pour tenter d’être des personnes plus ou moins honnêtes et qui s’acharnent à faire de leur mieux, alors tout n’est peut être pas perdu. D’ici là, il continuera à fuir les hommes, s’apaisera dans la nature et les animaux dont il envie l’innocence puis continuera à regarder encore et toujours ce monde brûler avec le sentiment, qui le ferait presque hurler des nuits entières, d’être la seule personne saine d’esprit dans un monde de fous.

o Histoire (25 lignes minimum)* :

Tout ce que tu feras sera dérisoire, mais il est essentiel que tu le fasses.
Mohandas Karamchand Gandhi

- Operation Feuille d'automne parée. Nuage bleu c'est à toi. Go dans 5. 4. 3.

Kajo détestait ces noms de code débiles, c'était plus ridicule qu'autre chose ...

- 2. 1. Top !

Le murmure se tut dans l'intercom' sur une note crispée. La tension était présente tant l'enjeu était grand. Dans un sens, tous les enjeux étaient grands mais celui la allait peut être laisser la trace d'Ame dans l'histoire pour des décennies. C'était peut-être maintenant qu'Ame no Kuni allait tailler sa part du lion une bonne fois pour toute. Le Chaos avait éclaté un peu partout autour du Village de la Feuille et à l'heure actuelle, Kajo ne pouvait pas perdre le temps de réfléchir à la situation actuelle des trahisons et des avancées : qui était encore allié avec qui, qui avait retourné sa veste, etc. Il faisait parti d'un escadron destiné à frapper Konoha en plein coeur, une estocade qui les clouerait au sol et placerait Ame en pleine lumière, celle de la gloire. Cette opération impliquait l'Amekage, Hanzo de la Salamandre, en personne.

*
**

Depuis toujours, Kajo avait grandi avec les valeurs transmises par ses parents. De fait, il avait toujours été un Patriote. Il avait toujours aimé son pays. Cela se témoignait par une fois aveugle dans ses préceptes, dans ses valeurs et par un intérêt démesuré pour la place que son Village pouvait occuper dans le monde. A ses yeux, Ame avait toujours été un Village juste et noble, qui n'avait fait que se défendre. Si l'on pouvait considérer un tant soit peu une vision manichéenne des choses, voire même enfantine, Ame avait toujours été pour lui le Bien tandis que les autres n'étaient que le Mal, se défendant contre ces derniers et mettant en oeuvre un principe de "juste violence".

Il n’aurait su dire si c’était la l’un des fruits de l’éducation qu’il avait reçu ou bien une qualité qu’il avait développée de manière innée, mais il avait toujours eu l’âme d’un patriote. Il aimait son pays et aimait son village, dans l’adversité comme dans les moments de liesse. Il avait toujours été fier de son statut d’Amejin et avait une foi aveugle en les valeurs que défendait le Village, en sa position de « Juste ». Il s’était fait un devoir sacré de défendre ce dernier, son renom, son prestige ainsi que ses habitants, et c’était un tel leitmotiv qui l’avait guidé pendant longtemps sur sa voie de ninja. Un de ses plus grands plaisirs était de trouver refuge sur l’un des innombrables buildings d’Ame et de regarder le Village vivre, guettant les timides passants où portant son regard sur l’immensité du village, dont les pointes d’acier trônaient dans l’horizon.

*
**

               La peau de Kajo se souleva autour de ses mains au fur et à mesure qu’il y concentrait son chakra, comme toujours elle finit par se morceler en carrés parfaitement homogènes qui se mirent à graviter autour d’elle. Une chair bleu pétrole se révéla alors, tandis que les ombres de l’épiderme qui gravitait autour d’elle jouaient avec le bleu lumineux qui pulsait dans les veines ainsi presque exposées à vif.

               Le Shinobi traça des sceaux dans l’air, dont le Chakra résonnait dans l’atmosphère, la déformant et la faisant vibrer en déclenchant des ondes comme une main jouant dans l’eau.

-          Arashi no yami. Souffla-t-il dans un murmure.
-          C’est le signal, allons-y ! grésilla à nouveau la voix dans l’intercom.

Les nuages dans le ciel s’activèrent alors, se déplaçant à une vitesse selon laquelle on aurait cru la journée accélérée. Très vite, ils devinrent gris, puis anthracites,  tirant toujours plus vers le foncé comme dans les pires orages que l’on peut rencontrer dans une vie. La luminosité était quasiment nulle, à peu près équivalente à celle des nuits les plus noires. Le vent s’était mis à souffler face à eux, emportant leur odeur au loin.

Les Amejin avançaient promptement, conscient que la clé de leur succès résidait dans l’effet de surprise. Aussi lestes que des fantômes, ils progressaient au fur et à mesure que la noirceur du ciel étendait son ombre sur le sol, avec pour seul signe de leur présence le claquement perdu dans le vent des drapés charbon qu’ils portaient, sans oublier les égorgements étouffés des quelques shinobis de Konoha qui croisaient leur chemin dans la forêt.


*
**

Il avait effectué ce geste tellement de fois, il l’avait répété encore plus de fois par le passé, il était effrayant de considérer un seul instant que ce geste lui paraissait à présent si machinal, si naturel, à la même manière qu’il pouvait utiliser des baguettes pour porter du riz à sa bouche ou bien à la même manière qu’il pouvait respirer. Il se rappelait de tout. Prendre le kunaÏ. Serrer le poing sans casser le poignet. Pincer le nez et couvrir la bouche avec l’autre main. Enfoncer aussitôt la lame dans la gorge, par le côté. Incliner le poignet d’un coup sec vers l’extérieur. La lame était alors libérée, la trachée, elle, était sectionnée nette, empêchant la victime de crier et ne lui laissant alors que quelques secondes de vie, laquelle s’effondrait dans la douleur ou bien s’affaissait lentement, tentant de retenir de ses pauvres mains le sang qui s’échappait de sa gorge à gros bouillons.

Tel avait été son apprentissage : ôter des vies, trouver le moyen de les ôter plus rapidement, plus efficacement ou d’en ôter plus d’un coup. « Génie » qu’ils l’appelaient et il avait toujours détesté ça : cela faisait de lui celui qui était toujours au centre des attentions, au centre des regards. Il était celui dont on attendait toujours « quelque chose », si ce n’est « plus ». Il ne faisait pourtant rien pour, s’il aurait pu effectuer toutes ces années à l’Académie et en tant que Chuunin de la manière la plus ordinaire qu’il soit, il ne s’en serait pas privé. Il n’avait rien fait pour mériter tout cela : il ne s’entraînait pas plus ardemment que certains de ses camarades. Il avait ce que ses instructeurs et senseis appelaient « une affinité naturelle à la fois pour le Taijutsu, Ninjutsu, Genjutsu ainsi qu’un sens tactique relativement précoce pour son âge ». Pfff.... conneries.

Il était vrai qu’il avait beau avoir su briser la roche, maitrise le Raiton et dresser des labyrinthes mentaux assez jeune mais Kajo restait persuadé avec le recul qu’ils en voulaient surtout à son don de manipuler le temps et le climat. Lequel, bien que parfois très couteux en énergie et en efforts, pouvait se révéler être un outil stratégique déterminant tout en détenant un potentiel relativement destructeur. Le jeune Shinobi avait toujours aspiré à une vie simple, si tant est que cela pouvait être relatif au vu de son emploi. Toutefois, il fut moins mis en lumière en tant que Jounin et surtout au sein des Forces Spéciales, ce qui lui apporta un semblant de repos et surtout d’apaisement dans sa vie, ravi de se trouver pour une fois « dans la norme ».

*
**

Les trois hommes sautèrent d’un pas par-dessus l’épaisse muraille du Village Caché de la Feuille, alors en proie au chaos. Les instructions étaient claires : la destruction complète de certains endroits stratégiques de Konoha, l’échec n’étant pas tolérable. La diversion était assuré de l’autre côté par l’Amekage en personne : Hanzo de la Salamandre dont il entendait rugir le Kuchyose jusqu’ici.  Les deux hommes qui l’accompagnaient prirent la tête et s’engouffrèrent dans les ruelles pour atteindre la Section des Renseignements, située à deux pâtés de maison de leur position. Ils avaient opté pour une sorte « d’azimut brutal », visant à aller tout droit sans prêter une quelconque attention à ce qui pouvait entraver leur route, ils bousculaient les rares passants qui fuyaient encore pour se cacher, pour finalement se mettre à exploser toute bâtisse se trouvant entre eux et leur objectif.
Kajo trouvait cela un peu « extrême » mais bon … Il était vrai que sauter pour gambader sur les toits aurait peut être attiré l’attention, mais ce n’était rien comparé à un tel raffut. On ne choisissait pas toujours ses équipiers, lesquels étaient hilares. Mais une petite silhouette se distingua parmi le nuage de poussière et de gravats qui s’estompait peu à peu. Le regard était déterminé malgré une moue tremblante figée dans la peur. Un enfant, un Genin à peine émergé de l’Académie se tenait face à eux :

-          Vous ne casserez pas ma maison ! Allez vous en !

Kajo était sidéré, à la fois entre respect et surprise. Le gamin tremblait sur ses jambes, des larmes perlaient encore de ses yeux, mais il se tenait fermement et empoignait son Kunaï dans une menotte instable mais déterminée. Les deux autres Amejins éclatèrent de rire :

-          Casse toi le nain, on éclatera ta piaule si elle est entre nous et la où on doit aller !
-          Vous êtes des sales types ! Y’a ma mamie dedans et je ne vous laisserez pas vous en prendre à Konoha !


Tout revint comme dans un flash, comme dans un mauvais rêve … Kajo se voyait dans ce gosse, les mêmes valeurs de courage, de détermination, de famille, d’amour de son pays. Le petit était prêt à sacrifier sa jeune existence pour tout ca, pour ce qui lui était cher. Avait il non seulement conscience de la situation ? Du danger ? Oui, il semblait bien. Kajo lisait dans son regard qu’il savait n’avoir aucune chance, mais que malgré tout ce n’était pas là une raison pour baisser les bras. Etait il un fruit de la fameuse Volonté du Feu ? L’Amejin se rendait compte qu’il aurait sans doute agi exactement de la même manière à son âge, qu’il aurait tout donné pour ce en quoi il croyait, quitte à donner sa propre vie.

-          Bon j’en ai marre, …
-          NON !!

La scène sembla se dérouler au ralenti alors que pourtant tout allait bien trop vite pour que Kajo puisse réagir. Il suivit du regard, impuissant, le kunai qui fendit l’air pour aller embrocher le petit garçon qui vola de plusieurs mètres en arrière sous l’impact. Son visage d’ordinaire si impassible ne put contenir l’effroi et l’horreur qui le contenait face à la situation. En un instant il fut sur place pour rattraper le petit être dans ses bras qui lâcha un râle d’agonie, le regard vitreux et déjà perdu dans les abysses :

-          Petit, petit !!
-          Ma … mamie …
-          Elle habite où ? Dis moi !
-          J…uste l…


Ses derniers mots s’abrégèrent dans une toux bruyante tandis qu’il pointa du doigt une petite maison non loin avant que la vie abandonne son bras. Dans tout le capharnaüm de la bataille, Kajo parvint à entendre le dernier souffle du garçon s’éteindre.

-          Allez Kajo, qu’est ce tu fais ? On a une mission !

Le Shinobi reposa doucement le corps du garçon et contempla le sang qui maculait alors ses mains.  Etait ce pour ca qu’il avait signé ? Etait ce pour ca qu’il se battait ? Pour que des innocents et des enfants meurent ? Etait ce la tout ce que valait le village d’Ame ? Etait ce la une raison valable de se battre ? Depuis combien de temps faisait il tout ca à présent ? N’était il pas un monstre parmi les autres ?

Il plongea son regard dans celui, absent, du garçon : l’enfant qu’il fut jadis aurait il voulu cela ? Où étaient passés ses idéaux, ceux de son père et tout ce en quoi il avait cru auparavant ? Non … Au fond de lui, Kajo n’était rien de plus que le cadavre qu’il tenait entre ses mains … La révélation claqua en lui comme un éclair et l’illumination fut celle d’un flash dans la nuit. Tout cela n’était pas lui, il ne pouvait plus commettre tout ceci et encore moins le cautionner. Son regard affichait à présent un curieux mélange de détermination nouvelle, de tristesse et d’une sorte de "désabus". Il le tendit vers ses deux camarades qui avançaient droit vers la maison qu’avait indiqué le petit garçon.

Sauf que tout cela n’arriverait plus … Plus en sa présence. Ce qu’il s’apprêtait à commettre était d’une gravité extrême : son cœur, pourtant habitué à des situations bien plus angoissantes, battait la chamade à tout rompre et une désagréable sensation de sueur froide descendait le long de sa colonne vertébrale. Au coin de son œil, une larme point mais fut vite balayée par un battement de paupière nerveux.

Il se releva, se tassa brièvement sur ses jambes et prit une impulsion sèche bien que toutefois puissante, laquelle brisa le pavé qui était sous ses pieds un instant plus tôt. La vitesse avait toujours été son atout maître et il fendit l’air en l’espace d’un instant, celui d’après ce fut son katana qui dépassait du plexus du premier Ame-jin qui ne pouvait alors émettre que des hoquets muets tandis que ses yeux écarquillés d’horreur ne lâchaient pas la lame suintante de son propre sang qui émergeait de sa propre poitrine. L’autre recula d’un bond et souffla :

-          Putain mais … TRAITRE !

Le mot fut comme un coup de poignard et son cœur sembla exploser en mille morceaux en lui. Non, ce n’était pas un traitre, eux l’étaient tous, ils avaient perdu l’idée de grandeur du Village, ils avaient perdu ce que c’était d’être parmi les justes, ils avaient perdu la voie du Bien. Lui-même s’était certes égaré en chemin, mais il allait rembourser tous ses péchés … Pourquoi aller attiser le feu de la guerre ? Pourquoi aller faire souffrir encore et encore des personnes innocentes ? Combien d’enfants, de vieillards étaient morts aujourd’hui ? Combien de civils avaient perdu la vie, un proche, leur toit ? Tout cela devait cesser et Kajo ne pouvait plus être complice de tout cela, ni même le tolérer.

-          C’est vous qui n’êtes plus dignes du Village d’Ame …
-          Et toi t’es qui pour dire ca pauvre con ? Qui es tu pour dire alors que l’Amekage lui-même participe à cette attaque ? Tu vas mourir ici, comme un ennemi et parmi nos ennemis, Nukenin.


Ca y est. C’était dit. Allait il devoir s’habituer à ce terme la ? Etait ce la ce qu’il était devenu ? Sabishi Kajo, Nukenin d’Ame no Kuni ?

       Deux Kunaïs emportant dans leur sillage deux notes explosives fusèrent dans sa direction, la vitesse avait toujours été le point fort de Kajo et cela valait donc pour l’exécution des sceaux. Un bon en arrière et un arc électrique jaillit de sa paume pour atteindre le premier projectile ainsi que le second par ricochet d’électricité statique faisant ainsi détonner les deux parchemins dans la même seconde. Le nouveau Nukenin eut à peine le temps de cligner des paupières que son frère d’armes jaillissait d’ores et déjà de la fumée, genou en avant, pour tenter de lui arracher la mâchoire dans un corps à corps acharné.

       Les deux hommes s’affrontèrent un temps dans une série d’échanges de Taijutsu à faire pâlir les amateurs en la matière, se rendant coup sur coup et trouvant la majorité du temps du temps une parade à chacune des attaques. L’Amejin finit par trouver une faille dans la défense de Kajo et ce dernier reçut un violent crochet du droit en pleine mâchoire, lui amenant le gout du sang dans la bouche. Loin d’être un débutant dans la matière, son adversaire profita d’un tel avantage pour faire pleuvoir un pluie de coups sur Kajo qui avait hélas peu de moyens de se défendre. Il sentait ses muscles souffrir et menacer de rompre, ses os étaient prêt à bouger et émettaient des craquements étranges. Dans un surcroit de génie, ou plutôt d’instinct, il parvint à se tordre en arrière pour pivoter, les mains posées au sol, et, profitant de la surprise lié à une manœuvre si peu orthodoxe, à adjuger un puissant coup de tibia sur la tempe de l’Amejin, qui chuta. Jaillissant par-dessus ce dernier pour tenter de l’achever en broyant sa gorge de son point, Kajo fut impuissant alors que sa cible coulait dans le sol, grâce à du Doton.

       Ce ne fut pas un mais bien une dizaine d’hommes qui ré-emergèrent de la terre, l’un de ces clones d’argile devant être sans l'ombre d'un doute le bon.

       Le chakra afflua une nouvelle fois dans les mains de Kajo et la peau se souleva une fois encore en curieux petits carrés parfaitement tous égaux. Les doigts bleus tracèrent de nouveaux sceaux alors que le ciel se mit à gronder de manière inquiétante :

-          Ame Raitoningu

Pour chacun de ses adversaires, les cieux libèrent un puissant éclair violet qui transcendât l’espace dans un déchirement sourd et strident à la fois. Il ne restait rien en face de lui, si ce n’est des amas de cendres noircis. L’un d’entre eux devait être le vrai … Le temps n’était pas à l’hommage, ni aux remords ou encore moins à réfléchir à ce qu’il venait de commettre. Il lui fallait à présent prendre le large, et très vite si l’on considérait le fait que les forces de Konoha ne devaient pas être très loin après un tel raffut. Laissant sur place son manteau noir et les gouttes de son propre sang maculant le sol, Kajo s’enfuit …. Comme un lâche.

Sitôt la muraille de Konoha franchie et alors qu’il s’enfonçait dans l’épaisse forêt du Pays du Feu, il jeta l’oreille au sol, sans entendre le grésillement qu’elle émit à peine quelques secondes plus tard. La voix, déformée par un respirateur, ne pouvait être que celle d’une seule personne :

-          Demande de renforts immédiats sur la position Echo ! Equipe Alpha où êtes vous !! C’est un ordre de l’Amekage : DEMANDE DE RENFORTS IMMEDIATS !! A vous !! A vous !!

Trois jours plus tard.

               Le geste était fébrile, la main … tremblante. Mais il devait à présent assumer ce qu’il était. Le Kunaï descendit lentement, le métal toucha le métal dans un son clair. Ce même son devint creux et strident alors que la lame barrait en deux … le symbole d’Ame No Kuni.

Nukenin.

o Avez-vous des remarques ou des informations complémentaires à nous faire part ?

On dit KEBAB et pas GREC.

* : Les champs marqués de ce symbole sont obligatoires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Rang : Leader d'Hikari

Messages : 649
MessageSujet: Re: Sabishi Kajo   Mer 10 Juil - 18:35

J'ai terminéééé \o/ !
Très bonne histoire, quelques fautes de frappe tout à fait pardonnable vu la longueur.
ET OUI, ON DIT KEBAB !

Je te valide en Nukenin rang S, bienvenue à toi !
Pense à faire ta fiche technique, tu pourras ensuite rp comme bon te semble.

_________________
Theme I | Battle Theme I | Wolf's Theme I | Hikari's Theme
« Les fous sont aux échecs les plus proches des rois. » Kyu #3366ff
Ragnar #339999
Hikari:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://narultimate-rpg.forumactif.org/t134-kyu#289

avatar
Rang : Nukenin

Messages : 17
MessageSujet: Re: Sabishi Kajo   Mer 10 Juil - 18:39

Merci bien Monsieur ! Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Sabishi Kajo   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sabishi Kajo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La révolte des étudiants de l’université d’État d’Haïti

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Ultimate RPG :: Archives :: Archives-