Partagez | .
 

 Shindō Akio.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Rang : Genin

Messages : 126
MessageSujet: Shindō Akio.   Mer 10 Juil - 19:28


[Hors Role Play]


o Prénom : Anthony.
o Âge : 17 ans.
o Ville : Les Pennes-Mirabeau. (13)
o Comment avez-vous connu le forum : On m’a forcé à venir ! Par des personnes qui ne peuvent pas se passer de moi. :3
o Comment jugez-vous votre niveau RP : Hm. Plutôt bon, à vous d’en juger.


[Role Play]


o Nom : Shindō.
o Prénom : Akio.
o Surnom : X
o Âge : 15 ans.
o Villages souhaités : Kumo/Ame.
o Capacité Spéciale : Le Gin'yūshijin no Jutsu.
La Capacité Spéciale d’Akio lui permet d’être un véritable pilier de soutien pour ses alliés, et pour lui-même également. Ses pouvoirs lui permettent  de booster certaines compétences de ses alliés avec de simples mudras. Ainsi, il se retrouve capable d’augmenter par exemple la puissance de leurs attaques, leur résistance, leur vitesse de déplacement, et bien d’autres attributs encore. Cette capacité peut s’appliquer sur la personne de son choix, ou sur lui-même.


o Description du personnage :
Derrière le masque qu’il porte lorsque bon lui semble se trouve un jeune adolescent bien particulier. On le reconnaît facilement avec ses cheveux d’un blond magnifique, et ses yeux rouges se rapportant à la couleur du rubis. Souvent recouvert d’un long manteau aux manches courtes, il porte la majeure partie de son temps la capuche de son vêtement sur sa tête. Il a l’air tout à fait normal, sauf lorsqu’il se balade avec son masque, pour des raisons toutes aussi atypiques l’une que l’autre. Cet objet n’a pourtant pas une grande valeur pour lui, si ce n’est qu’il fait partie de sa personne depuis une bonne dizaine d’années maintenant. C’est la seule valeur symbolique qui lui accorde. Au niveau pratique, c’est légèrement différent.

En effet, il aime se cacher, se dissimuler. Une vraie fouine, qui joue sur plusieurs tableaux. Rien ne sert de connaître sa personnalité, sans le connaître réellement. Pourquoi donc ? Tout simplement car il sait modeler son caractère en fonction de la situation, si cela lui permet d’arriver à ses fins, bien qu’il garde assez souvent cette attitude hyperactive qui le caractérise tant. Le terme de pile électrique s’applique bien à ce personnage haut en couleurs, qui ne supporte pas rester là à ne rien faire. Il veut que ça bouge, ressentir de l’adrénaline, goûter aux plaisirs du risque. Pour cela, il n’hésitera pas à jouer la carte de la fourberie, ou aller jusqu’à enfreindre des interdits fixés. Tant qu’il peut combler ces besoins-là, qui sont essentiels à son bien-être, il n’hésitera pas.

Malgré tout ça, l’adolescent n’est pas un mauvais bougre. Loin de là même ! Il a ses objectifs, ses buts, et fera tout pour les atteindre. Il est très dévoué aux personnes qui l’aident et qu’il respecte, et serait prêt à beaucoup de choses pour eux. C’est là sa véritable nature. Un être engagé et respectueux, qui est capable de tout pour les personnes qui sont dignes de confiance. Il n’en reste pas moins quelqu’un d’assez extraverti et malin, qui aime bien toujours avoir plusieurs cordes à son arc. Envers son village, il est dévoué corps et âme à ses supérieurs hiérarchiques, et appliquera à la lettre chacune des missions qui lui seront confiées. Néanmoins, il ne faut pas abuser du respect qu’il leur porte. Il a beau être obéissant, il ne se laissera tout de même pas marcher sur les pieds impunément, et fera d’abord passer ses projets, et ses valeurs avant tout.

Des valeurs, oui, il en a. Surtout lorsqu’il s’agit de la vie d’un proche, ou même d’un simple camarade de mission. La survie de son entourage passe avant tout, malgré tout ce qu’on pourrait penser. Même s’il ne le montre pas spécialement, il s’attache assez vite aux autres, et à l’importance de leur vie. Ses aptitudes médicales en ont sauvé plus d’un dans cette optique, et il compte bien continuer sur cette lancée. Selon lui, la vie est le bien le plus précieux qu’on lui a offert, et il considère que la même idée s’applique pour chacun d’entre nous, d’où son dévouement dans la protection des autres.


o Histoire :
C’était il y a quelques années. Une bonne dizaine. Peut-être un peu plus. À cette période-là, j’étais encore très jeune, je vivais paisiblement dans un coin tranquille. Enfin... Paisiblement... Le terme est assez mal choisi. Oui, vraiment mal choisi. Après tout, à ce que me racontaient mes parents, le monde était en guerre depuis bien des années. À ce moment-là, je ne comprenais pas l’ampleur de leurs paroles, j’étais bien trop naïf et innocent pour me l’imaginer. En même temps, il faut dire que mes parents ne m’en ont pas vraiment parlé. Sûrement pour ne pas m’inquiéter j’imagine, et pour me tenir à l’écart de tout ça. Il faut dire que, pour un enfant comme moi, la guerre peut-être synonyme de pire cauchemar, ou, au contraire, d’une inspiration malsaine. Bien entendu, dans mon cas, cela aurait été la première option.

J’ai donc grandi dans un petit village tranquille, qui était très peu habité depuis quelques temps. Pour cause, je ne connaissais que très peu de monde, on ne pouvait pas faire confiance aux autres. Mes parents étaient des civils, ou plutôt des marchands, qui parcouraient autrefois le monde pour vendre leurs produits. Néanmoins, avec cette guerre, leur profession est devenue bien trop risquée pour être continuée, et c’est ainsi qu’on s’est retrouvée dans cette situation. Honnêtement, j’étais bien trop jeune pour me souvenir de cet endroit précisément, pour me souvenir dans quelle partie du monde nous étions. Je ne m’intéressais pas à ce qu’il se passait à l’extérieur, ni à ce monde. Tout ce qui importait pour moi était de vivre avec mes parents, et d’oublier tout le reste qui nous entourait.

C’est donc dans cette optique que j’ai grandi, bien qu’intérieurement, j’espérais que la situation s’améliore à l’extérieur. Même si j’avais tout ce que je voulais ici, mes journées, mes nuits… Tout était devenu bien trop rébarbatif. Une profonde lassitude commençait à m’habiter, et prenait de plus en plus d’ampleur. Y avait-il un moyen pour y remédier ? Mis à part le fait de découvrir le monde qui m’entoure, je ne voyais pas. Seulement, c’était impossible. Mes parents ne me laisseraient jamais faire, ce que je peux entièrement concevoir. Mais tout ce qu’on raconte sur le monde extérieur n’était peut-être qu’une légende ! C’est comme ça que je voyais les choses. Pour moi, il était impossible que ce monde soit si dangereux. Oh, que j’étais naïf. Je ne percevais pas le négatif des choses, ou plutôt, je n’y prêtais pas une grande attention.

Bien qu’envieux de découvrir tout ce qui m’entourait, j’ai renoncé bien vite à cette idée. Mes parents, comme je l’avais deviné, ont refusé catégoriquement. C’est pour mon bien, je le sais bien. Je sais qu’ils ne veulent que mon bonheur, j’en suis parfaitement conscient. Ils m’aiment, et moi aussi en retour. Je ne pouvais donc pas leur faire ça... Prendre autant de risque ne serait bénéfique ni à eux, ni à moi. J’ai donc abandonné cette idée, et tout reprit son cours normal. Ou presque. En effet, les jours qui suivirent se ressemblaient tous... Sauf un. Un seul jour se différenciait de tous les précédents depuis ma naissance. Un qui allait tout changer, et qui était le signe d’un futur bien différent à celui que je m’étais imaginé.

C’était une nuit sombre. La lune n’émettait pas une grande lumière. Pour cause : quelques nuages, et de la pluie. Je dormais paisiblement, alors que j’entendais du grabuge à l’extérieur. Une agitation sans pareille. Mes parents aussi l’ont perçue.


- Ils sont là, il faut partir, s’éloigner d’eux au plus vite !
- Mais...
- Il n’y a pas de « mais » Akio ! Si on ne part pas tout de suite, nous serons impliqués dans cette affaire ! Et nous... Bref, partons !
- Papa...


Il me prit dans ses bras, et on sortit discrètement de notre habitation. Enfin, habitation était un bien grand mot. C’était plus une petite cabane isolée, même si ça restait une maison en quelque sorte. En mauvais état, si vous préférez. Mais ça ne changeait rien au fait qu’il fallait qu’on s’éloigne de ce champ de bataille. Oui, ça en était devenu un. Je n’ai rien compris à ce qu’il se passait, mais des hommes étaient en train de se battre, au sein même de notre village. Même abrité dans une moindre mesure, notre maison pouvait être utilisée comme des cachettes, ou bien un lieu pour s’abriter, se nourrir avec ce qu’il y avait encore à l’intérieur... C’est maman qui m’a raconté ça, pour m’expliquer que l’on devait s’enfuir au plus vite, de la manière la plus discrète que possible.

Seulement, on ne voyait pas grand-chose dans cette nuit couverte et pluvieuse. J’étais agrippé au torse de mon père, et je ne comptais pas le lâcher. Quelques larmes coulèrent de mes yeux à la couleur du rubis. De la peur. C’est ce que je ressentais. Moi qui voulais découvrir le reste du monde, j’étais bien servi. C’est le cas de le dire. Papa et maman ne m’ont pas menti, le danger était réellement présent avec des personnes comme ça. On fuyait donc, on s’éloignait de notre domicile qui nous avait accueillis pendant quelques années, passant au travers des diverses habitations fantômes ou non de ce village pour ne pas se faire remarquer. Dans quelques secondes peut-être, il n’en resterait plus rien. C’est triste de s’imaginer ça, de se dire qu’on ne reviendra plus jamais, et qu’on va devoir trouver un autre endroit pour vivre, en attendant que la tempête passe. Encore fallait-il qu’on survive... Et ça, je n’en étais plus très sûr.

Un sifflement se fit entendre. La provenance de ce son était une arme métallique dont j’ignorais autrefois le nom : un simple kunai. Sauf que celui-ci finit derrière nous, à nos pieds, avant de provoquer une violente explosion. La puissance de celle-ci était telle que je fus propulsé plus loin, à quelques dizaines de mètres. Mon corps entier était meurtri par l’explosion, de plus que mon organisme était fragile. Je parvenais à légèrement relever la tête, pour voir que deux silhouettes étaient debout. C’est eux, ils s’en sont sortis ! Malgré cette  nuit sombre et cette pluie battante, et bien que ma vue était troublée par le coup, je les reconnus bien vite. Après tout, je ne voyais qu’eux de mes journées, je sais donc les reconnaître. Cependant, une troisième silhouette entra en scène, alors que mes yeux se fermaient progressivement... Je n’ai pas tout compris. La dernière chose que j’ai vue avant de sombrer dans l’inconscience, c’est les deux corps de mes parents tomber au sol, suite à des coups... Mortels. Ils venaient de perdre la vie, sous mes yeux.

Combien de temps ai-je dormi ? Je n’en avais aucune idée. C’est bizarre. Un mal de tête horrible m’habitait, alors que je revis les dernières images que j’ai vues avant de m’évanouir : celles du meurtre de mes deux parents, par une étrange silhouette. Des larmes coulaient, alors que j’ouvrais les yeux, avec difficulté. Il y avait un homme avec moi, bien plus grand. Je n’étais pas vraiment en forme pour pouvoir le décrire, tout était trop flou pour cela. J’entendis juste sa voix. Il me demanda de me cacher. Je n’avais pas la force de répliquer, je ne comprenais plus rien à ce qu’il se passait... Mes parents, étaient-ils morts ? Et puis, la voix de cet homme me rappelle celle de mon père. Je sais que ce n’est pas lui, et pourtant...


- Pa-Papa… ?


Non ce n’est pas lui. Ce ne peut pas être lui, c’est impossible. Il était mort, tout comme ma mère. À cette pensée, mon cœur me fit mal, alors que je me retrouvais de nouveau tout seul, à attendre que la tempête se calme. Cette personne m’avait caché dans cette maison, m’a mis à l’abri... J’ignore comment, mais j’étais toujours vivant. Etait-il intervenu pendant que j’étais inconscient ? Ca devait être ça, il n’y a pas trente six autres solutions après tout... J’ignorais qui c’était, mais je lui étais déjà redevable. Il m’avait sauvé, je sais que c’est ce que mes parents auraient voulu de toute manière. Mais bon, c’était dur. Il fallait que je m’accroche encore un peu, pour survivre, pour eux...

Les minutes passèrent. Peut-être même quelques heures. C’était long, très long. La peur me gagnait, la tension montait, et les larmes coulaient toujours autant. C’était un moment pénible, que j’aimerais oublier au plus vite. Malheureusement, ce souvenir ne m’a jamais quitté. Je suis resté caché dans une maison inconnue, sombre, en mauvais état... Tout seul, avec des multitudes d’ennemis autour. J’ai vraiment eu peur cette nuit-là... Une personne est entrée à un moment. Ce n’était pas la même, elle est juste passée prendre des provisions, et est repartie. À tout moment, quelqu’un pouvait tomber sur moi, et c’est ça qui m’inquiétait plus que tout.

Quelques minutes après, je n’entendis plus grand-chose. Progressivement, le calme gagnait la zone. Mes membres tremblèrent d’autant plus, me faisant souffrir davantage. Surtout mon bras gauche, qui était en assez mauvais état. Après cette extinction sonore, une personne entra de nouveau dans la maison. Sous une table, à l’ombre, je voyais le bas de son corps. C’était lui, cet homme qui m’avait caché ici. Devrais-je prendre le risque de sortir de ma cachette... ? Oui. Me trainant difficilement, je me sortis de ma planque. Il était là, c’était bien lui. Mais je ne savais rien, et ça m’inquiétait quand même.

Il prêta un peu attention à moi tout de même, me demandant si j’avais une idée d’où je pouvais aller maintenant. D’un signe de la tête, je lui dis que non, abaissant légèrement la tête ensuite. Je me tenais mon bras gauche qui me faisait souffrir, une vilaine plaie causé lorsque je me suis ramassé au sol à cause de l’explosion. Contre toute attente, il s’en occupa, me passant un bandage au niveau de ma blessure. Je le laissais faire. Je sentais que je pouvais lui faire confiance, après tout, il m’a sauvé la vie.


- Merci monsieur...


Il y eut un moment de silence ensuite. Il semblait réfléchir à quelque chose. Moi, je ne savais pas trop quoi dire ou faire, je n’étais pas vraiment à mon aise ici, avec un inconnu, malgré tout ce qu’il venait de faire pour moi... Et c’est après quelques instants qu’il me dit que j’allais rentrer à Ame avec lui. Ame ? Ca me dit quelque chose... Oui, maman m’en a déjà parlé un jour. Ce serait un village célèbre qui était non loin d’ici, où des personnes s’entraînent pour devenir des ninjas. Certains qui étaient ici devaient en faire parti. Dont cet homme.


- Et... Et mes parents ?


Je savais pertinemment la réponse. Mais... Partir loin d’eux me faisait mal. Très mal. C’est insupportable de se dire qu’on va partir loin d’eux, si peu de temps après leur mort. Même si c’était pour ma sécurité, j’aurais du mal à m’y résoudre... Il m’expliqua comme quoi qu’ils ont été vengés. C’est... C’est vrai ? Il avait tué ce tueur ? Je lui étais encore plus redevable que je l’étais depuis le début. Apparemment, le tueur provenait de Konoha, à ce qu’il m’a dit. Ce serait un autre village, quelque chose de comparable à Ame. Je ne connaissais pas trop les détails par contre, que ce soit pour l’un, ou pour l’autre.

Acquiesçant, j’étais prêt à le suivre. Je ressentais toujours de la peur, mais elle était bien moindre depuis que je l’ai rencontré. Il m’inspirait confiance, même s’il n’avait pas vraiment l’air d’une personne très bienveillante... Ce n’est peut-être qu’une impression. De plus, il était accompagné d’une autre personne. Une femme, qui devait avoir son âge. Tout comme cet homme, j’ignorais qui elle était... Elle devait probablement venir de Ame elle aussi. Je les suivais donc, jusqu’à atteindre ce fameux village, celui dont il avait dit qu’il allait me mener. Mais ici, je ne savais pas quoi faire, j’étais plutôt perdu... Ce n’était pas aussi abandonné que ce coin paumé que j’ai habité durant mes quelques années d’existence... C’était différent. Je ne sais pas où je vais finir, mais je voulais rester avec cet homme. Pas question d’aller dans un orphelinat, ou quelque chose de ce genre. C’est lui que je voulais. Lui, et personne d’autre. Arrivé dans ce village, je m’étais bien vite collé à lui, par simple crainte de l’inconnu. Je m’étais accroché à sa main, pour ne pas le perdre.

Après quelques temps dans ce village, il me fit part qu’il allait m’héberger pour quelques temps. J’étais aux anges, un grand sourire naquit sur mon visage. Je commençais à vraiment l’apprécier, même si ça n’avait pas forcément l’air réciproque. Je ne devais être à ses yeux qu’un pauvre gamin qui fait pitié... Ca peut se comprendre. C’est donc avec joie que j’ai accepté de vivre chez lui pour quelques temps.

Les années ont passé, et je n’ai jamais quitté ce nouveau domicile. Dix ans sont passés pourtant. J’ai appris à un peu plus le connaître, bien qu’il était assez froid et distant. Il s’appelait Iroh, et je le considérais comme un modèle à suivre, et je faisais tout mon possible pour ne pas le décevoir. Arrivé à l’âge de quinze ans, je suis devenu un ninja au sein du village de Ame. Je voulais devenir comme lui, et m’engager pour ce village qui m’a apporté un nouveau toit, et surtout pour Iroh. Actuellement, je suis un Genin, et un apprenti médecin en prime. La femme qui accompagnait Iroh cette nuit-là était devenue ma sensei. Elle s’appelait Ayumi, et elle était une kunoichi assez talentueuse. Elle non plus, je ne voulais pas la décevoir, et devenir fort pour qu’elle soit honorée de m’avoir comme élève. Je me donnerai corps et âme à la tâche pour eux deux, pour le village, et aussi un peu pour moi également. Après tout, malgré ces années qui sont passées, ma haine envers les Konhajins ne s’était pas atténuée... Au contraire même.


o Avez-vous des remarques ou des informations complémentaires à nous faire part ? Je ne sais pas où le dire, mais comme indiqué dans mon histoire, j’aimerais débuter Genin, quel que soit mon niveau. Merci. ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://narultimate-rpg.forumactif.org/t187-shindo-akio-parchemin

avatar
Rang : Leader d'Hikari

Messages : 649
MessageSujet: Re: Shindō Akio.   Mer 10 Juil - 21:33

Bonne maitrise de la première personne, c'est très agréable à lire.
Validé Genin rang S de Ame donc (merci ♥).

_________________
Theme I | Battle Theme I | Wolf's Theme I | Hikari's Theme
« Les fous sont aux échecs les plus proches des rois. » Kyu #3366ff
Ragnar #339999
Hikari:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://narultimate-rpg.forumactif.org/t134-kyu#289
 

Shindō Akio.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Akio Furukawa
» Hells Bells [Akio]
» Akio Sanzo
» Le loup du feu et la loupiote de la terre. (Pv Akio)
» [EVENT] Les loups du feu, toujours chaud, même en hiver. PV Akio & Chiria

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Ultimate RPG :: Général :: Présentations :: Présentations validées-