Partagez | .
 

 Entraînement de Genji [FLASHBACK]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Rang : Chūnin

Messages : 35
MessageSujet: Entraînement de Genji [FLASHBACK]   Ven 12 Juil - 20:58

Spoiler:
 



        J'étais chez moi, allongé sur mon lit, en train de dormir paisiblement quand soudain un bruit fracassant me fit sursauter. Je me réveillai alors en sursaut. C'était un bruit atrocement violent qui ne dura que quelques secondes. Je décidai alors de me lever et de regarder par la fenêtre ce qui se passait. Nous n'étions que le matin mais le soleil tapait déjà très fort, comme d'habitude à Suna. En ce qui concerne le paysage, je me serais cru au beau milieu d'un champ de bataille et j'avais eu bien de la chance de voir ma maison épargnée par ce qui venait de se passer. En effet, dans la rue où j'habitais, il n'y avait fort heureusement que les maisons du trottoir d'en face qui avait été touché. Je m'habillai alors en vitesse pour voir s'il n'y avait pas des gens qui auraient besoin d'un coup de main. Je mis ma veste, mon pantalon et j'attachai mes dreads avec le bandeau du village du sable. Je sortis donc de chez moi et c'est alors que je vis qu'il y avait bien plus de dégâts que je ne le croyais. Pas seulement la rue d'en face mais une bonne partie du village avait été détruit par quelque chose, certainement un Ninjutsu. Nous étions à ce moment-là en pleine période de guerre et il était donc difficile de vivre au quotidien mais je me levais chaque jour en pensant que cela allait être une bonne journée pour le village. Ce matin-là, cela n'avait pas été le cas. Comme à mon habitude, je n'allais pas faire tout une histoire sur ce qui venait de se passer, ce qui est fait est fait, et on ne pourra pas le changer. Je suppose que la personne qui a fait ça à ses raisons et que ça devait se produire. Si ça n'aurait pas été de cette manière, ça aurait été autrement de toute façon donc à quoi bon s'apitoyer sur le passé. Je me mis donc en route pour trouver des survivants et les aider. J'entendis alors un enfant pleurer. Au plus j'avançai, au plus ses cris étaient intenses. Il était là, à quelques mètres de ma maison, la jambe coincée sous les débris de la sienne. Je soulevai le morceau de bois qui se trouvait sur la jambe du garçon. Celui-ci se mit à ramper pour sortir de là. Je l'aidai à se relever :


        « Tu n'as rien, ça va ? »

        Garçon : « J'ai mal à ma jambe ! ! ! Baka ! »

        « Je t'ai sauvé et c'est comme ça que tu me remercies, en m'insultant, quel enfant mal élevé ! M'enfin bon c'est pas grave, je vais t'amener à l'hôpital le plus proche. »

        Je mis le garçon sur mon dos et je me dirigeai donc vers l'hôpital le plus proche. A ma grande surprise, il avait lui aussi été dévasté. L'autre hôpital se trouvait proche de l'aire d'entraînement. Il en avait été décidé ainsi au cas où les gens abuseraient un peu trop de leur chakra. Cela a été décidé ainsi pour pouvoir effectuer des interventions rapides auprès d'eux. Je m'y rendis le plus rapidement possible, constatant l'étendu des dégâts. Je n'avais jamais rien vu de pareil et j'ai vraiment eu de la chance tout comme ceux qui habitaient de mon côté de la rue. J'arrivai à l'hôpital non loin de l'aire d'entraînement et j’aperçus sur celle-ci, au loin, deux silhouettes qui s'en allèrent dans la forêt. Que pouvait-il bien se passait ? Je décidai de ne pas y penser car j'avais plus urgent à faire, j'irais voir après peut-être. Je rentrai à l'intérieur de l'hôpital, il y avait beaucoup plus de monde que d'habitude. Je demandai à l'infirmière s'il y avait de la place pour le garçon mais elle me répondit qu'il ne pouvait rien faire pour l'aider, toutes les chambres étaient déjà occupées. Que pouvais-je bien faire, il avait perdu un peu de sang et sa jambe n'avait plus l'air de répondre. J'eus soudain une idée mais j'avais peur de la réaliser. C'était peut être trop dangereux d'essayer ça, d'autant que je ne l'avais encore jamais fais auparavant. Malheureusement (pour le garçon), mon optimisme ne me fit pas hésiter longtemps, il avait besoin de sang et j'en ai justement un très spécial. C'est à cet instant que j'ai réalisé que peut être que si je lui en injectait, il pourrait guérir. Je demandai à l'infirmière si elle pouvait me passer des bandages et elle accepta en échange de 50 ryos. Je me dirigeai alors vers le terrain d'entraînement et je pu voir à nouveau deux silhouettes dont une était différente de tout à l'heure, cette fois-ci partir en direction du centre ville. Je ne m'en occupai pas, j'avais des choses bien plus importantes à faire. Je posai le garçon sur le sol, sortit un kunai et fit une entaille dans la paume de ma main. Pour voir si je n'avais pas perdu la main, je pointa ma plaie en direction d'un arbre au loin et je m'écriai :

    « Chiton, Senbu no Jutsu (technique des senbons de sang) »


        Trois senbons sortirent de la plaie en direction de l'arbre visée. J'avais donc toujours le contrôle de mon sang. C'était le moment de vérité pour le garçon et également pour moi. Certains peuvent penser que je suis fou de vouloir faire ça, il n'empêche qu'il n'y avait pas d'autres solutions donc je devais tenter le coup. Si cela se passait mal, j'allais à coup sûr me mettre tout le village à dos. J'étais terrifié à l'idée que cela ne fonctionne pas, que cela entraîne la mort du garçon. Il avait déjà perdu connaissance. Ce n'était peut être qu'une simple jambe cassée et il allait très certainement s'en remettre alors pourquoi vouloir tenter le diable. Je ne savais plus quoi faire, j'étais embrouillé. Je pris le temps de réfléchir deux minutes. Je vais y arriver, ça va marcher, ce sont les mots que je répétais dans ma tête pour me donner de la confiance. Assez réfléchis, il fallait maintenant agir. Je posai donc ma main ouverte sur la plaie du garçon, je contrôlai mon sang à l'aide de mon chakra, comme je devais en injecter chez le garçon, j'allais forcément en perdre mais mon chakra étant générateur de sang, cela n'était pas un problème. Je devais faire attention à ne pas lui injecter trop de sang, juste la dose nécessaire pour stopper l’hémorragie. J'injectai du sang chez le garçon par petite vague successive, je l'entendis crier très fort mais je ne pouvais pas m'arrêter maintenant. Pour essayer de le calmer je lui racontai une blague.


        « Hé petit, écoute, voilà une petite blague sympa rien que pour toi : C'est un instituteur, il demande à un de ses élèves Julien : Qu'y a-t-il sous les os du crâne ? Et alors Julien répondit : Désolé, je ne l'ai pas en tête …, elle est bonne non ? »


        Comme la plupart des gens le garçon ne ria pas à ma blague mais au moins j'avais détourner son attention sur ce que je disais et il ne criait plus. J'arrêtai ma technique, je pris les bandages et les enroulai autour de la plaie du garçon. J'attendis de voir si tout allait bien, si mon sang avait pu le soigner. Le garçon se leva timidement, il avait beaucoup d'appréhension quand à ce que je venais de lui faire ce qui est normal, même moi j'en avais même si j'étais confiant parce que je savais que ça pouvait marcher. Il se mit alors à marcher difficilement mais il y arriva. C'était pour moi une grande satisfaction. Grâce à moi, il pouvait à nouveau remarcher même si cela avait l'air compliqué.


        Garçon : « Merci beaucoup pour ce que vous avez fait pour moi. Je suis désolé de vous avoir traiter de Baka, vous êtes génial ! Je veux être comme vous quand je serais plus grand »

        « Hé bien merci mon petit, c'est un grand honneur que tu me fais là. Va retrouver tes parents, ils doivent s'inquiéter. »


         Le garçon baissa la tête et il avait vraiment très mauvaise mine. Des larmes coulèrent de ses yeux.


        Garçon : « Mes parents sont... sont... sont morts dans la cata... cata... catastrophes. »

        « Désolé je ne savais pas, si tu veux tu n'as qu'à habiter chez moi pour l'instant, je trouverai quelqu'un qui pourra s'occuper de toi, je t'en fais la promesse. Mais dis moi, quel est ton nom ? »

        Garçon : « Je m'appelle Hiro, Hiro Shinata. »

        « Aller viens, je t'emmène à la taverne pour boire un coup, mais pour toi ce sera sans alcool t'es trop jeune mon petit ! »

        Nous nous sommes mis à rirent ensemble, c'était vraiment un bon moment, j'avais réussis à soigner ce garçon en lui injectant du sang et cela lui a même fait retrouver le sourire. Il boitait toujours un peu mais il allait vite s'en remettre. Cela faisait de moi son héros et ça me rendait heureux. Il ne manquait maintenant plus qu'une chose, trouver un nom à ma nouvelle technique : pourquoi pas Chiton, KyuuKyuu no Jutsu (Technique des premiers soins).



Dernière édition par Genji Kuro le Mer 17 Juil - 17:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://narultimate-rpg.forumactif.org/t170-genji-kuro

avatar
Rang : Chūnin

Messages : 35
MessageSujet: Re: Entraînement de Genji [FLASHBACK]   Mer 17 Juil - 17:10




       J'avais 10 ans. J'étais, à l'époque, passé Genin depuis déjà un an. Un sensei m'avait donc été donné. Il avait été décidé que ce serait Hayate Murama, un excellent Jounin du village de Suna. Il maniait le katana comme personne au sein du village et il fut un très bon professeur. C'est grâce à lui notamment, que j'ai développé une technique bien particulière liée à ma capacité spéciale. Il s'agit du Chiton Tsurugi No Jutsu qui consiste à créer une épée avec mon sang. Voilà comment ça c'est passé :



    .: FLASH BACK :.


       Je me retrouvais à l'académie. J'étais assis sur la balançoire qui se trouvait devant. Il devait être aux alentours de 15 heures. J'attendais Hayate car aujourd'hui était un jour spécial. Il devait m'apprendre une nouvelle technique. J'étais tout excité ce qui rendait l'attente encore plus longue. La veille, nous avions travaillé sur le contrôle de mon sang comme tous les jours depuis un mois déjà. Je devais lancer des Senbons de sang car c'était la seule technique que je connaissais. Cependant, je ne la maîtrisais pas encore. J'avais du mal à viser correctement car je ne contrôlais pas bien mon sang. Il me fit la promesse de m'apprendre une nouvelle technique lorsque je serais capable de manipuler correctement mon sang. Si je voulais devenir plus fort, il me fallait apprendre d'autres techniques donc je me suis tué à la tâche pour y arriver le plus tôt possible. Lorsque j'y parvins enfin, c'était pas plus tard que la veille. Il tenu sa promesse en me donnant rendez-vous à l'académie.

       Mais que pouvait-il bien faire ? J'en avais marre de l'attendre, je voulais apprendre cette technique rapidement. Il fallait qu'il se dépêche. J'étais pressé de devenir plus fort, de montrer qu'on peut compter sur moi. J'étais un enfant comme les autres, impatient ! S'il avait exister un moyen pour accélérer le temps jusqu'à son arrivée, je l'aurais sans doute utiliser mais évidemment, cela était complètement impossible et que je le veuille ou non, je devais attendre sinon pas de technique. Il y avait un vent assez violent ce jour-là, mes cheveux longs flottaient dans l'air. Les gens me regardaient avec un air stupide comme s'ils se disaient :



       « Que fait ce gamin ici tout seul ? Il ferait mieux de se couper les cheveux celui-là ! »


       Bref, rien de bien réjouissant. Une personne s'approcha de moi. Il avait un bandana sur la tête sur lequel il y avait une plaque en métal avec un symbole gravé dessus : celui du village de Suna. Je pouvais sentir son odeur de cigarettes toujours aussi répugnante. C'était, vous l'aurez compris, mon sensei, Hayate. C'était un grand fumeur, et comme peu de gens fumaient à ce moment-là, il était très facilement reconnaissable à son odeur. C'était une odeur vraiment horrible, elle me donnait la nausée mais c'était mon professeur et c'était un bon professeur donc je ne lui en tenais pas compte. Il venait donc enfin d'arriver. C'était pas trop tôt !



       « Quand même ! Ça fait au moins une demi-heure que je vous attends ! »

       « Patience Genji, patience. Un ninja doit savoir se montrer patient. La précipitation est la première source de l'échec, ne l'oublie jamais ! »


       « Patience, patience ! Vous dîtes toujours ça Hayate-sensei mais pour l'instant, à part attendre je n'ai encore rien appris de nouveau avec vous ! Alors pour une fois que vous acceptez de m'apprendre une technique, comprenez moi ! »


       « La patience vient avec l'âge, tu es encore jeune mais ne fais pas l'erreur de précipiter les choses, crois moi ! Si tu suis ce conseil, tu deviendras quelqu'un de grand ! Bon trêve de bavardage, suis moi ! Je vais te l'enseigner cette nouvelle technique ! »


       Hayate me fit un sourire et se retourna. Il se dirigea derrière l'académie. Il y avait là-bas un terrain dégagé et il devait sans doute vouloir m'y emmener car on aurait la place pour s'y entraîner. Je regrettais les mots durs que je venais de prononcer à mon sensei car je savais qu'il avait raison. Il avait une telle confiance en moi. Il ne voulait certainement pas que je dérape. Il voulait que je reste moi même tout en m'apprenant les vertus de la vie. J'étais sous le ''charme'', je ne pouvais pas espérer un meilleur professeur que lui. Il s'arrêta en haut d'une dune. Je m'arrêtai aussi.


      « Hayate-sensei, je suis désolé pour ce que je vous ai dit tout à l'heure, mais j'étais tellement excité vous me comprenez, hein ? »

        « J'étais comme toi à ton âge Genji, je peux comprendre et c'est pour ça que je t'enseigne ce que je sais, je ne veux pas que tu comètes les mêmes erreurs que moi. Bon, et si nous parlions de cette technique que je comptais t'apprendre, qu'en dis-tu ? »


    Je baissai la tête et murmurai :


       « Merci pour tout sensei ! »

     « Tu as dit quelque chose Genji ? »

     « Non , non j'ai rien dit ! Alors c'est quoi cette technique ? »

     « C'est une technique que toi seul peut apprendre. Je ne sais pas si cela est vraiment réalisable mais je pense que oui. »

     « Quoi ! Vous voulez m'apprendre une technique mais vous savez même pas si elle est réalisable ?! Je ne vous suis pas vraiment là... »

     « Ecoute moi bien Genji. Cette technique n'est pas compliqué en théorie mais elle risque d'être plus compliquée à mettre en pratique. Tu sais que je ne suis pas un expert en Ninjutsu. Donc, de ce fait, je ne pourrais pas t'apprendre grand chose à ce niveau-là et il faudra donc que tu te débrouilles de côté. Cependant, je suis plutôt doué dans l'art de manier les armes. C'est pourquoi, j'aimerais qu'avec ton sang, tu modélises une épée. Comme ça, je pourrais t'apprendre tout ce que je sais. N'est-ce pas une bonne idée ? »

     « C'est une super idée ! J'arrive à créer des Senbons alors je devrais bien être capable de former une épée avec mon sang, ça ne doit pas être si compliquer que ça. »



       Je me mis donc en place. Je sortis un Kunaï de ma poche et me tranchai la paume de la main. Un léger son sortit de ma bouche, c'était tout de même assez douloureux de faire ça. Maintenant, je devais me concentrer, penser à une épée tranchante, très tranchante. Ensuite, je devais expulser mon sang et le durcir pour former l'épée. Cela ne devait pas être difficile, en tout cas sur le papier. Je m'exécutai. Je tendis ma main vers le ciel et je fis sortir une quantité assez conséquente de sang de la paume de ma main. Je tentai de le transformer en quelque chose qui se veut être une épée mais je n'y parvins pas. C'était le premier essai. Il n'était donc pas surprenant que je me rate. Je recommençais donc plusieurs fois mais à chaque fois, ce fut sans succès. J'obtenais des formes totalement différentes de ce que je souhaitais. Un coup, j'avais une masse, un coup, je n'obtenais rien. J'eus une fois, un résultat se rapprochant d'une épée mais elle était bien trop courte. On aurait plutôt dit que cela ressemblait à un couteau mal aiguisé. Je décidai d'en arrêter là pour aujourd'hui. J'avais déjà perdu pas mal de sang avec cet entraînement et il me fallait récupérer. Je connaissais mes limites car ce n'était pas mon premier entrainement comme celui-ci. A l'époque, j'avais trop forcé et j'étais tombé dans les pommes. Hayate avait dû m'amener à l'hôpital et c'est lui qui s'occupa de payer les frais de séjour. Je me sentais mal et je me suis promis de ne plus recommencer c'est pour cela que lorsque je sens que ce n'est plus possible que je continue, alors je préfère m'arrêter.


 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://narultimate-rpg.forumactif.org/t170-genji-kuro

avatar
Rang : Chūnin

Messages : 35
MessageSujet: Re: Entraînement de Genji [FLASHBACK]   Jeu 1 Aoû - 23:11



        Le lendemain, je repris l'entraînement. La seule différence était que cette fois-ci, Hayate n'était pas là pour me surveiller. Je me retrouvai donc seul, au même endroit que la veille à savoir derrière l'académie. Je pouvais voir les traces de mon entrainement, le sang avait tâché le sable ce qui n'était pas très beau à voir mais bon, je ne pouvais pas faire autrement. Les traces disparaitraient de toute façon d'ici quelques jours, le vent ayant fait se retourner le sable. A cette époque, je ne connaissais pas encore la technique d'aspiration. Grâce à elle, mes entraînements se sont accélérés, je pouvais dépasser mes limites mais ceci ne viendra que plus tard. Revenons en à mon épée. Je devais réussir à modeler mon sang de façon à lui donner la forme d'une épée. Comme me l'avait dit Hayate, la théorie était ici bien plus simple que la pratique, c'est qui est souvent le cas d'ailleurs. Former des Senbus, c'était tellement simple mais là, je devais donner une quantité suffisante de sang pour que mon épée ait une taille convenable. Je ne devais pas expulser trop de sang sinon elle serait trop lourde ou trop longue et si je n'en expulsais pas assez, elle serait bien trop courte et dans ce cas, ce serait un couteau. En plus de devoir faire attention à la taille et au poids, je devais aussi faire attention à solidifier mon sang de manière à le rendre tranchant. Je ne devais pas faire une arme contondante. Il y avait donc beaucoup de facteurs à prendre en compte et cela rendait ma tâche bien plus difficile.

        Je me positionnai pour tenter mes premiers essais de la journée. La plaie que je m'étais faite la veille avait déjà cicatrisé. L'avantage d'avoir ce sang spécial, c'est que les blessures guérissent légèrement plus vite que la moyenne. Cela voulait aussi dire que je devais la rouvrir aujourd'hui. Je sortis donc un Kunaï et je fis une entaille dans la paume de ma main au même niveau que la cicatrice. Du sang commença à couler. Je tendis mon bras et le fis expulser et je tentais de le solidifier aussitôt. J'obtins un résultat proche de celui que je recherchais. J'avais dans les mains, une épée. Cependant, lorsque j'essayai de m'en servir sur un des pantins d'entraînements qui se trouvait à côté, je n'arrivai même pas à l'entailler. Le tranchant de ma lame n'était pas suffisant, mais j'avais réussi à obtenir la taille idéale ce qui était un bon début. Je recommençai une fois mais là, à ma grande surprise, je n'eus aucun problème. La taille de la lame était parfaite, et le tranchant l'était également. Mais toutes les bonnes choses ont une fin. Je perdis vite le contrôle de l'épée et celle-ci se liquéfia. Je n'avais donc pas encore totalement la maîtrise de mon sang. J'aurais dû être capable de la conserver plus longtemps voir indéfiniment. Il s'agit juste de conserver l'épée à une valeur constante de sang et de chakra pour ne pas qu'il y ait des variations de la pression et ainsi conserver la forme que je lui avais donnée. Bon finalement, après l'avoir dit, c'est bien plus compliqué que ce que je pensais. Je croyais avoir fais le plus dur en réussissant à former l'épée mais ce n'était pas le cas, bien au contraire, ce n'était que le début. Je comprenais mieux aussi, pourquoi Hayate m'a fait travailler mon contrôle du sang pendant toute la semaine. 
        Je décidai donc de faire une petite pause. Il était encore tôt, le soleil n'avait pas encore atteint son point culminant, autrement dit, il n'était pas encore midi. Je retournai donc devant l'académie. Je m'assis sur la balançoire. Je me mis à réfléchir à propos de la technique et de comment je pourrais la conserver le plus longtemps possible. Il me faudrait être concentrer uniquement sur mon arme mais en combat, cela risquait d'être difficile. Je suppose que c'est faisable mais je n'avais sans doute pas le niveau pour maîtriser cette technique. Lorsque midi sonna, je suis allé dans un petit restaurant du village qui paye pas de mines mais qui fait pourtant les meilleurs ramens du pays. Il parait qu'à Konoha, on en fait des meilleurs encore. Rien que pour ça, j'aimerais aller là-bas une fois. Arrivé au restaurant, j'ai fais la rencontre avec un autre ninja du village. Il s'agissait de Takashi Maeda. C'était un autre bon Jounin du village et je savais qu'il maîtrisait bien le Fuuton. Il fait parti de ses fameux manieurs qui se servent du Fuuton sur leurs armes pour augmenter leur tranchant. Cela devait lui demander une concentration énorme pour le maintenir durant une longue durée. Je décidai donc de lui poser quelques questions étant donner que ma technique demandait d'être dans la même configuration.


          « Takashi -sempai, je peux vous poser une question ? »
        « Qui es-tu jeune ninja ? C'est la première fois que je te vois. »

        « Mon nom est Genji, je suis l'élève de Hayate ! »
        « Oh ! Le jeune Kuro c'est ça ? C'est bien toi qui possède un sang spécial c'est bien ça ? Hayate m'a déjà parlé de toi. Apparemment tu es plutôt doué. Alors c'est quoi cette question ? »
       « Oui c'est bien moi. Hayate-sensei veut que j'apprenne une technique mais elle demande un contrôle de mon chakra et de mon sang très important. J'ai pensé que vous pourriez m'aider parce que je sais que vous êtes doué pour ça, j'ai entendu parler de votre façon de combattre avec vos armes. »
        « Tu veux parler de lorsque je me sert de mon affinité pour améliorer la puissance de mes armes. Il est vrai que ça demande une concentration importante mais avec l'habitude, on y fait même plus attention. Et donc en quoi consiste cette technique ? »
        « Je dois créer une épée avec mon sang. J'arrive à obtenir la bonne forme mais je ne parviens pas à la conserver suffisamment longtemps, j'espérais que vous pourriez me donner un truc pour y arriver. »
        « Ecoute moi bien Genji. Il n'y a pas de truc. Cela viendra avec la patience. Ne précipite pas les choses. Persévère et tu y arriveras. »
        « C'est ce que me répète sans arrêt Hayate, qu'il faut que je sois patient, mais j'aimerais bien accélérer un peu les choses quand même. »
        « Je suis désolé Genji mais je dois y aller, je vais tout de même te donner un conseil : si tu n'arrives pas à conserver une épée, essaie avec quelque chose de plus petits. Au fur et à mesure que tu y arriveras, tu agrandis ton arme. Au début tu perdras forcément un peu de temps mais au bout d'un moment ça viendra tout seul, fais moi confiance. »

        Takashi se leva et partit. Je finis mon bol de ramen et je repartis à l'entraînement. Il avait raison. Je devais y aller progressivement. Quelque chose de plus petit serait certainement plus simple à conserver et une fois que j'y arriverais bien, je ferais quelque chose d'un peu plus gros jusqu'à ce que j'arrive à le conserver assez longtemps, et ainsi de suite jusqu'à arriver à former l'épée. J’allais donc suivre son conseil qui me paraissait judicieux. Je ne devais pas précipiter les choses sous peine de ne jamais y arriver. Je fis sortir du sang de ma main à petite quantité pour former un couteau. Je réussis à conserver la forme plus longtemps que tout à l'heure, soit environ 5 minutes. Ce qui était déjà un bon point mais ce n'était pas assez. Je devais au moins tenir 20 minutes avant de pouvoir augmenter la taille de mon arme. Cela me demanda toute la journée pour y parvenir. Le lendemain, je pus augmenter la taille et encore une fois, il me fallut la journée pour parvenir à la contrôler parfaitement. Et cela continua ainsi pendant six jours jusqu'à ce que j'arrive finalement à maîtriser la forme que je souhaitais. Je pouvais la conserver une vingtaine de minutes.
        Je partis alors à la rencontre de mon professeur pour lui montrer le fruit de mon entraînement. Je ne vais pas y passer par 4 chemins, il était fier de ce que j'avais accomplis et moi de même. Il pensait sans doute que je n'y parviendrais pas aussi rapidement mais la stratégie de Takashi m'a bien aidé je l'avoue. Si je ne l'avais pas écouté, j'en serais sûrement toujours au même point. Pour me féliciter, Hayate voulut m'inviter à manger du ramen dans mon restaurant préféré. Je refusai poliment mais il insista alors je fus dans l'obligation d'accepter son offre. C'était vraiment un bon professeur. Il s'occupait de moi comme si j'étais son fils. Cela m'avait terriblement ému.


    .: FIN DU FLASH BACK :.


        Encore aujourd'hui, à chaque fois que je repense à Hayate, je reprends confiance en moi et cela me donne du courage. Il a nourrit mon optimisme, si je suis ce que je suis c'est grâce à lui et je lui en serais à jamais redevable. Malheureusement, il est mort et je n'ai rien put faire pour lui. Cela m'attriste mais il vit toujours en moi, il me permet de me surpasser. Cette technique qu'il m'a appris ce jour-là, ce fut le début d'une longue série qui allait tourner au cauchemar mais j'y reviendrais plus tard. C'est aussi une des techniques que j'utilise le plus aujourd'hui car même si jusqu'à un certain âge, j'avais peur de m'en servir, il est vrai qu'elle m'a bien aidé et à plusieurs reprise.

     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://narultimate-rpg.forumactif.org/t170-genji-kuro
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Entraînement de Genji [FLASHBACK]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Entraînement de Genji [FLASHBACK]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Entraînement magique [FLASHBACK avec Morrigan et Myrdhinn]
» Entraînement d'orientation
» [Entraînement] Lame
» Entraînement sous haute température [ Sento - Tenzen ]
» La roche n'est pas si solide! Chapitre d'entraînement numéro 4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Ultimate RPG :: Chroniques :: Chroniques-