Partagez | .
 

 Un loisir matinal [Iroh]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Rang : Genin

Messages : 126
MessageSujet: Un loisir matinal [Iroh]   Ven 12 Juil - 21:12

- Iroh ? P’tain. Mais qu’est-ce qu’il fout ?


Il devait être huit heures environ. Je m’étais levé aux aurores pour une raison bien précise : l’entraînement. Depuis que j’ai été introduit dans les effectifs du Village caché de la Pluie, ce mot était devenu une obsession permanente. Mon souhait le plus cher était de devenir plus fort, pour pouvoir protéger mon village, et mes proches. Et pour ça, il fallait impérativement que je m’entraîne encore et toujours. Grâce à mon pouvoir particulier, j’étais en mesure de les soutenir tant bien que mal, mais ça ne suffira pas toujours… Si je ne sais pas me battre moi-même, je n’arriverais à rien.

Et là, il m’avait dit qu’il accepterait de m’entraîner ce matin. Enfin… Il n’a pas dit ne pas être d’accord plutôt. Ouais, c’est plutôt ça. Cependant, il ne faut pas croire qu’il n’en avait rien à faire de moi. La preuve la plus flagrante a été la dernière fois. Ce jour-là, il m’a offert un cadeau pour un évènement bien précis. Ca faisait dix années qu’il m’a hébergé, qu’il s’est occupé de moi comme l’aurait fait un vrai père. Il était dur, assez sévère et strict, mais c’est comme ça que je l’aime. Ce cadeau, c’était une arme. Un wakizashi pour être précis. Il est vrai que j’ai toujours adoré les armes de ce genre, et que j’ai toujours rêvé en avoir une. Une fois encore, je lui devais beaucoup. Ce n’était pas mon père adoptif pour rien.

L’arme dans son fourreau, et accrochée dans mon dos, je cherchais donc le Nibishi dans sa demeure. Enfin, notre demeure. Elle n’était pas immense non plus, mais elle était belle et plutôt grande. C’est toujours mieux que de vivre dans un trou à rat constamment. Je suis bien content de ne pas vivre dans de telles conditions. Vraiment.


- Iroh ?


J’étais donc dans la salle principale de la maison, attendant patiemment qu’il pointe le bout de son nez. Il me semble bien qu’il est dans sa chambre. Il lui faut tant de temps pour se préparer ? Il n’a quand même pas oublié… Me voilà en train de l’imaginer en train de se pieuter comme une grosse feignasse, ce qui ne m’étonnerait pas au final. Ca m’étonnerait qu’il ait fait attention à se lever à la bonne heure pour moi. Il est chiant parfois quand même. Tant même il le fait exprès… Ou il n’en a tout simplement rien à foutre. Eh oui, ce n’est pas tous les jours que j’ai la chance d’avoir un peu d’attention de sa part. C’est beau d’espérer. Et avec lui, je peux espérer longtemps.

Raah… Autant vérifier par moi-même. Je fis quelques pas dans la maison, pour arriver devant la porte de sa chambre. Actionnant la poignée, j’ouvris la porte. Effectivement, il dormait toujours… Il abuse, c’est pas sympa de sa part ! On perd du temps pour mon entraînement là… Le voyant ainsi, je soufflais un bon coup. Heureusement qu’Ayumi-sensei était plus sérieuse que lui en ce qui concernait mon entraînement. Ou du moins, il en donne moins l’impression… Comme là quoi. Un sourire naquit sur mon visage. La pile électrique avait besoin de se dépenser un peu. Rien de mieux pour réveiller un Iroh sauvage endormi. Je fis un bond pour atteindre son matelas, et me mis à sauter dessus.


- Debout ! C’est l’heure de l’entraînement !


Nan mais c’est que ça commence à bien faire là. Je veux m’entraîner avec lui moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://narultimate-rpg.forumactif.org/t187-shindo-akio-parchemin

avatar
Rang : Jônin

Messages : 60
MessageSujet: Re: Un loisir matinal [Iroh]   Dim 14 Juil - 15:16

A peine huit heures. Regardant son réveil, le grand gaillard renfonça sa tête dans son oreiller. Bah il n’y échapperait pas… Comme toutes les autres fois où le gamin qu’il hébergeait se décidait à ce qu’ils s’entraînent ensemble. Avec le temps c’était devenu une sorte d’accord implicite entre les deux. Têtu comme une mule et capable du pire harcèlement lorsqu’il souhaitait quelque chose, autant dire qu’il l’obtenait toujours avec lui. Enfin… si ce qu’il désirait restait dans la limite du raisonnable. Peu désireux d’argumenter inutilement encore et encore face à cette pile blonde, il avait décidé de rendre les armes. Mais ce n’était pas pour autant qu’il s’afficherait enthousiaste à l’idée de passer l’une de ses matinées de repos à lui montrer quelques mouvements qu’il pourrait réutiliser. Rien de bien spécifique ni de trop complexe. Il s’en sortait pour l’heure actuelle plutôt bien pour un enfant de son âge. Et d’après ce qu’il avait entendu dire, ses missions ne se déroulaient pas trop mal. C’était déjà ça.

Entendu la voix fluette du gamin qui l’appelait depuis la salle à manger, le Nibishi eut un vague sourire en l’imaginant le chercher dans toutes les autres pièces de l’appartement. Huit heures… C’était bien trop tôt lorsque l’on était en jour de repos… Et bien trop tard lorsqu’on était en mission. Bah… Un juste milieu. Mais pourquoi aujourd’hui ? Au bruit mât qu’il entendait frapper contre sa fenêtre il pleuvait. Et même plus que ça. Il pleuvait et ventait. Un temps idéal pour forger son caractère d’enfant et le transformer en petite machine de guerre… C’était de cette façon qu’étaient formés les shinobis d’Ame. Suna avait un désert à leur disposition ? Qu’avaient-ils à affronter ? La sécheresse et la chaleur ? Les ninjas d’Ame eux étaient au moins constamment exposés à des conditions météorologiques réalistes et attestées en mission ou en guerre. La maladie, l’humidité, la boue, la pluie battante. Autant de facteurs décisifs au cours d’un affrontement. Mais … Pas maintenant. De toute façon il ouvrirait assez tôt la porte en grand fracas et ce malgré le fait qu’il lui avait interdit de rentrer impunément dans sa chambre de cette façon …


-Hmpf


L’entendant s’élancer et atterrir en grand fracas sur son lit, le Nibishi eut la satisfaction de ne pas être écrasé par ce poids plume. La satisfaction et l’insatisfaction. S’il s’était jeté sur lui, au moins aurait-il pu simuler une douleur au dos pour le contraindre à aller s’entraîner tout seul. Mais connaissant le morveux, il aurait sûrement fait des pieds et des mains pour que, mal au dos ou pas, il assiste à la chose. Quelle contrainte. Quel crampon.


-D’accord. Laisses-moi le temps de me préparer…


En réalité parfaitement réveillé depuis déjà un moment, il fit mine de traîner des pieds jusqu’à la salle de bain. Il s’était déjà rasé hier, mais bon, histoire de le faire attendre il raserait à nouveau cette barbe d’un jour. Douche –comme s’ils n’allaient pas être suffisamment mouillés-, et café avalé à la va vite sous le regard furieux du garçon qu’il avait recueilli, il descendait à présent les escaliers de l’un des nombreux immeubles de la Capitale dans lequel ils habitaient. Rabattant la capuche de son imperméable, le Jonin se tourna vers le blondinet, lui intimant de mettre également la sienne. S’il négligeait cette protection minime déjà, qu’est-ce que cela devait donner en mission ? …


-Bien. Je t’entraîne mais à une condition… Tu ne dois pas me perdre de vue jusqu’à ce que l'on arrive au lieu de notre entraînement. Ça te convient, ou bien préfères-tu abandonner maintenant ?


Sceptique quant à sa question rhétorique finale, le Nibishi connaissait déjà la réponse. Bien sûr qu’il accepterait… Ah… Lui laissant un court moment pour répondre, le Jonin ne lui accorda qu’une oreille distante avant de s’élancer sur le bâtiment dont ils occupaient à eux deux le dernier étage. Insufflant son chakra dans la plante de ses pieds, le senseur entama l’escalade, courant à la verticale le long du bâtiment, prenant soin de là où il posait les pieds. Se déplacer rapidement dans la ville allait être difficile. Lui avait l’habitude de se déplacer sur des surfaces rendues glissantes par la pluie d’Ame, mais le gamin avait-il déjà eu l’occasion à plusieurs reprises de parcourir les toits glissants de la Capitale ? Il allait bientôt le savoir. Sautant d’un immeuble à l’autre sans se retourner, le Nibishi prenait néanmoins garde à ne pas accélérer de trop la cadence. Son objectif malgré ce qu’il laissait transparaître n’était pas nécessairement de semer le blondinet… Sinon à quoi bon se lever à huit heures ?

Et puis ainsi s’il avait du mal à garder le rythme, Akio se rendrait compte qu’il devrait s’y entraîner de son côté pour pouvoir se déplacer facilement au sein de la ville en cas d’attaque. Courant sur la dernière corde tendue qui reliait un innombrable immeuble à un grand entrepôt en bordure du village, mitoyen aux conduits qui se déversaient dans la sorte d’immense lac, et au semblant de port, le Jonin s’arrêta finalement. Pas d’entraînement à la tour de l’Amekage aujourd’hui, et ce même si elle était dotée de nombreuses salles d’entrainement auxquelles il avait accès. Aujourd’hui, le toit plat de l’entrepôt leur suffirait largement. Ils devraient juste faire attention à ne pas trop abimer les bouches d’aération et autres dispositifs déjà présents.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://narultimate-rpg.forumactif.org/t226-nibishi-iroh-parchemi

avatar
Rang : Genin

Messages : 126
MessageSujet: Re: Un loisir matinal [Iroh]   Dim 14 Juil - 16:22

C’est dans la poche. Il était d’accord pour m’entraîner, bien que ça n’ait pas l’air de l’enchanter plus que ça. Bah… On s’y habitue vite. C’est sûr que je ne m’attendais pas à ce qu’il sorte de son lit en hurlant de joie, car il allait passer sa matinée avec moi pour m’aider à mon entraînement. Il n’était pas du tout comme ça. Comme je l’ai dit, on s’y habitue. Et, dans le fond, je le préfère ainsi, vu que c’est sous cet aspect-là que je l’ai toujours connu. Ca ne serait plus lui s’il venait à montrer de l’enthousiasme envers moi et mon entraînement. Tellement que je l’aurais envoyé se faire soigner s’il m’avait fait ce coup. Je me serais pas mal inquiété sur sa santé sur le coup.

Tout comme le ferait une princesse, il mit trois plombes à se préparer, en s’accaparant pendant de longues minutes la salle de bain. Si ce n’est pas pour me faire chier ça… En ce qui me concerne, je m’étais adossé contre le mur, avant de me laisser tomber par terre, juste à côté de la porte de la salle de bain. Tant qu’à être une sangsue, autant l’être jusqu’au bout. Après tout, c’est dans ma nature. Je ne le lâcherai pas de si tôt, et il le savait pertinemment. En tout cas, il n’était pas pressé. Il se faisait même désirer. Chacune de ses minutes d’attente me paraissaient aussi longues qu’une heure d’ennui, à ne rien faire. C’était très insupportable, surtout pour moi qui ne suis pas patient du tout.


- T’as fini ?


Je n’eus pas de réponse à cette question. Peut-être n’avait-il pas entendu, ou peut-être qu’il n’en avait juste rien à faire. Soupirant, je fis des cercles avec mon index sur le sol de l’habitation. Pourquoi ? Je ne sais pas. Tant bien que mal, j’essayais de tuer le temps. Il fallait bien que je m’occupe. Une fois sortit de sa demeures royale, il alla se prendre un café. En voyant cette scène, je ne pouvais pas m’empêcher de me mordre le doigt, et ce, jusqu’au sang. Ca fait mal, mais, en traître, ça soulage. Je me sentais légèrement plus apaisé suite à la morsure que je me suis moi-même infligée. Au final, il fut prêt à partir. Eh ben. Pas trop tôt.

Descendant de notre bâtiment, je mis ma capuche à la demande du Nibishi. Puis, il prit la parole, imposant une condition. Il ne m’entraînerait que si j’arrive à ne pas le perdre de vue ? Il essaye de se débarrasser de moi ? C’est peine perdue. Une sangsue ne se défait jamais de sa victime, il ne me sèmera pas aussi facilement.


- Marché conclu !


Il n’attendit pas vraiment ma réponse pour partir. J’en fis de même.

En tout cas, il commença fort. Il utilisait son chakra pour monter sur le toit de notre bâtisse, en marchant sur le mur ? J’ai un peu de mal avec cette technique, je l’avoue. Surtout lorsqu’il pleut. Ca glisse, c’est chiant. Concentrant mon chakra dans la plante de mes pieds, je fis de même que mon père adoptif. S’il le fait, je le peux aussi. Les premiers pas sur le mur vertical étaient plutôt simples, mais ça se compliqua bien vite. Arrivé à la moitié de l’immeuble, je commençais à éprouver des difficultés à me maintenir avec mon chakra… Bon. Le problème était que l’ensemble de mon corps était trop éloigné de la plante de mes pieds, ce qui me donnait plus de difficultés à me maintenir avec le chakra. À mon niveau, c’était un véritable calvaire.

Mais un Akio n’abandonne jamais. Me basculant en avant, je plaquai mes deux mains sur le mur, de la même manière que mes pieds. Du chakra se concentra dans mes deux paumes, pour qu’il s’adhère à celui du mur. Ainsi, c’était bien plus simple de monter comme ça, en s’aidant des mains et des pieds. Avec un peu de pratique, ça pourrait même être plus efficace que de courir sur un mur. Et c’est essoufflé que je parvins à finir cette ascension horrible. Il ne fallait pas que j’abandonne, Iroh était déjà loin. Il avait creusé l’écart entre nous deux, et si je le perdais de vue, c’était perdu pour moi.

Les toits de toutes ces maisons étaient glissants à cause de la pluie. Je devais faire très attention à ce que je faisais, tout en allant vite. En plus, il fallait sauter d’un bâtiment à l’autre. C’est dangereux. J’aime ça. Prenant de l’élan, je fis un bond qui me fit passer à un autre toit, avant de me ramasser sur celui-ci après avoir glissé. Eh merde. Comme pour le mur, mon chakra me servit à me stabiliser sur ces surfaces trempées, et je me débrouillais bien mieux qu’au départ, tout en allant le plus vite que possible. Je ne voulais pas perdre, il fallait que je m’entraîne avec lui. Je le voyais toujours, je m’en rapprochais. Tant mieux. Je vais réussir. Il n’y a plus aucun doute… Ou pas.

Une corde se trouvait devant moi. À l’autre bout, il y avait Iroh. C’était là, la destination finale ? Bon, j’ai réussi à ne pas le perdre de vue… Encore fallait-il le rejoindre. Je n’avais pas peur de tomber. Au contraire, cette adrénaline me motivait. Et puis, en cas de chute, mon pouvoir pourrait me permettre de l’encaisser… Mais ça serait un échec. Et ça, je n’avais rien pour m’en protéger, si ce n’est de réussir. La corde n’était pas très grande, mais elle devait être assez glissante. En marchant je n’y arriverai jamais. Il fallait courir. Prenant un léger élan, je m’élançai sur la corde, en manquant de tomber dès le premier pas. J’avais pris le soin d’insuffler une fois de plus du chakra dans mes pieds pour m’aider. Quelques pas après, je touchais le toit de ce nouveau bâtiment, avant de glisser une fois de plus. J’étais essoufflé, je respirais fort, mais tout redevint bien vite à la normale.


- Peuf. Peuf… Fiou… J’ai réussi ! On s’entraîne maintenant, hein ?


Bon, je n’ai pas fait un parcours extraordinaire, mais j’ai respecté la condition de le suivre sans le perdre de vue. C’est déjà ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://narultimate-rpg.forumactif.org/t187-shindo-akio-parchemin

avatar
Rang : Jônin

Messages : 60
MessageSujet: Re: Un loisir matinal [Iroh]   Lun 15 Juil - 19:46

Il avait réussi. Il était essouflé, mais il se tenait finalement devant lui. Hmmm. Avait-il été trop rapidement pour le Genin ou celui-ci manquait-il encore suffisamment de maîtrise et d’adresse pour se déplacer facilement sur les toits, gouttières et câbles trempés du village. Bah. Dans les deux cas il s’apercevrait au moins qu’il était loin d’être au point. Ignorant sa question, le Jonin se détourna et commença à marcher vers l’extrémité opposé du bâtiment. S’ils devaient utiliser l’endroit comme terrain d’entraînement autant utiliser l’entièreté des lieux. Arrêté à une distance raisonnable, il se retourna brusquement, basculant pour lancer un Kunai en direction du jeune Akio. Juste histoire de tester ses réflexes. Le kunai lancé de telle sorte à frôler le flanc droit du blondinet, ses talents en lancer d’armes combinés à son habileté de senseur lui assuraient la quasi-certitude de toucher sa cible si celle-ci ne réagissait, mais malgré tout de manière minime. Une façon de voir sa réactivité.

Avait-il a reprendre totalement ses entrainements passés ? Ce n’était pas la première fois qu’il le ciblait de la sorte. Une sorte de rituel… Enfin non. Il se plaisait juste à avoir la certitude que le blondinet ne mourrait jamais au cours d’une bataille de la manière la plus commune qui soit : transpercé par un Kunai malheureux. Arme courante, avec le shuriken, c’était en règle générale cette dernière qui avait contribué à la mort du plus grand nombre de ninjas. Silencieux, affuté et possiblement doté du chakra de l’utilisateur, cet instrument ninja, bien utilisé, pouvait faire des ravages, autant qu’un dragon élémentaire.

-Commencer l’entraînement? Ce n’était pas déjà le cas avant ? Et si nous recommencions ? Tu avais tout de même l’air à bout de souffle…

C’était le cas en effet, quoiqu’il en dise. Joignant ses deux mains jusqu’à laisser les manches de son imperméable déjà trempé se toucher, le Nibishi en sorti huit senbons. Quatre dans chaque main. Montrant clairement ses griffes improvisées à son jeune élève sans un quelconque sourire sadique ou un tout autre air sur le visage, Iroh décida néanmoins de continuer son sermon, une idée commençant à germer dans son esprit.

-J’avais pour idée première de mettre en pratique la première règle que je t’ai apprise aujourd’hui, l’esquive, primordiale pour un ninja, surtout pour un ninja médical... Mais pourquoi ne pas faire plusieurs leçons en une seule ?

Lançant sa première volée de senbons ans la direction du garçon, le Nibishi s’estima satisfait du résultat.

-Hmmm tu dois avoir passé l’âge pour la simple esquive finalement. Que dis-tu d’une course ? Jusqu’à la tour de l’Amekage. Enfin quand je dis course … Si tu l’atteins, tu gagnes.

Une course poursuite au final. Voilà finalement quelque chose qui allait être intéressant bien qu’il ne comptait pas y aller à fond. Le Genin avait tout de même un certain niveau. S’il se pensait suffisamment entraîné pour penser à le déranger, il allait le lui faire regretter.

-Dix secondes. 9-8-7…

Le compte à rebours était lance, et niveau projectiles entre le parapluie accroché à son dos, sa sacoche et ses parchemins, il n’était pas en reste. Il allait pleuvoir d’avantage sur la Capitale, mais cette fois il allait pleuvoir de l’acier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://narultimate-rpg.forumactif.org/t226-nibishi-iroh-parchemi

avatar
Rang : Genin

Messages : 126
MessageSujet: Re: Un loisir matinal [Iroh]   Mer 17 Juil - 14:34

Malgré ma fatigue, j’étais prêt à continuer l’entraînement de Iroh. Je dois pouvoir y arriver, j’en suis capable. Nul doute qu’il me mènera la vie dure, mais j’étais prêt à subir ça. Il fallait que je progresse coûte que coûte. Peut-être qu’un jour, il sera même fier de moi, qui sait ? Même s’il ne le reconnaîtra pas forcément, bien entendu. Je pense que je serais tout de même en mesure de le savoir, si un jour c’est le cas. Pour l’instant, je n’étais qu’un petit Genin qui lui trainait entre les pattes, et qui le ralentissait. J’en avais bien conscience. Un jour, ce ne sera plus le cas. J’en fais le serment. Il finira par ne plus me considérer comme un fardeau. Ce jour arrivera, j’en suis persuadé.

Il marchait sur notre terrain d’entraînement  improvisé, s’éloignant de moi. Patiemment, j’attendais que quelque chose se passe. Il devait sans doute préparer quelque chose… Soit commencer l’entraînement d’un seul coup, soit me sermonner pour un quelconque détail… Soit les deux. Je ne doute pas une seconde qu’il ait trouvé quelque chose à me reprocher durant cette course poursuite. En même temps, il y avait de quoi. J’ai eu du mal à le suivre, je suis tombé à plusieurs reprises, je n’ai pas su monter qu’avec mes pieds… Il y avait de quoi. J’y étais préparé, et j’accepterai ses critiques. Après tout, j’étais encore très loin d’être un grand ninja.

Tout à coup, il se retourna, envoyant un kunai en ma direction. Déjà trop tard pour sortir un autre instrument ninja pour s’interposer avec. De plus, je n’étais pas toujours très précis dans mes lancers. Un risque inutile, qui pouvait me faire une belle blessure. L’arme semblait plus se diriger vers la droite… Ou la gauche… Non droite je crois. Raaah, plus le temps. Un simple bond vers la gauche me suffit à éviter le kunai de justesse. J’ai réussi ! Je ne pus m’empêcher d’en sourire, même si ce n’était pas très compliqué en soi.


- Commencer l’entraînement? Ce n’était pas déjà le cas avant ? Et si nous recommencions ? Tu avais tout de même l’air à bout de souffle…


Hm. Il n’avait pas tort quand on y pense. Cette poursuite restait un entraînement comme un autre après tout. Mais alors… !


- J’ai réussi la première étape de l’entraînement alors ?! Haha !


Mon sourire s’agrandit encore. J’ai pu prouver que j’étais digne de poursuivre son entraînement, j’en étais fier. Pour d’autres, ça pourrait paraître anodin, mais pour moi, ça avait toute une signification particulière. Il fallait que je continue ainsi, en relevant chacune de ses épreuves. J’en étais capable. Après tout, j’ai bénéficié de son éducation, de son enseignement en plus de recevoir celui d’Ayumi-senseï. Si je n’y arrivais pas, je pouvais ne m’en prendre qu’à moi-même, car j’avais quand même deux Jônins rien que pur moi.

Il continua donc à me parler, lançant au passage quelques senbons dans ma direction, tout en me parlant d’un exercice lié avec l’esquive. Il n’avait pas tort, en tant que médecin, il ne fallait pas que je me fasse toucher. C’est ce qu’il m’a appris. Si je me fais blesser en plein combat, je mettrais en danger mes partenaires. Il fallait donc que j’apprenne à esquiver correctement les coups. Oui, j’ai bien appris ma leçon. Pour esquiver ses senbons, il n’y avait qu’une solution : à terre ! Et c’est ce que je fis. Je m’abaissai sur le toit mouillé par la pluie pour éviter la salve d’aiguilles. Il ne craignait pas vraiment que je me blesse. Etait-ce de la confiance ? Ou bien le fait que je sois blessé ne l’importait peu ?

Suite à ça, il me parla d’une course. Une nouvelle épreuve qui me confiait. Il fallait que je parvienne à atteindre la tour de l’Amekage. En apparence, ça paraissait simple. Sauf qu’il allait tout faire pour m’en empêcher. Tel que je le connais, il n’hésitera pas à me canarder d’armes en tout genre pour m’empêcher d’atteindre mon objectif. Et rien ne me servait de me cacher, et d’avancer discrètement, puisqu’il était doué de capacités sensorielles. Il me retrouvera bien vite. Il lança ensuite un compte à rebours. Pas de temps à perdre.


- On se retrouve à l’arrivée alors !


J’étais sûr de moi, je savais que j’en étais capable, bien que je n’aie aucun plan précis en tête. Dix secondes. C’était tout ce qu’il me laissait pour avancer un maximum, avant de commencer à attaquer. C’était impossible d’atteindre la tour en dix secondes. Il fallait que je me bouge donc. Aussitôt le dix annoncé, je me suis précipité sur les toits de la capitale. À l’aide d’un mudra j’utilisais mon pouvoir sur moi-même pour accélérer la cadence. Ma vitesse se multiplia par deux, pour que je puisse me déplacer plus rapidement… Malheureusement, ça ne sera jamais assez suffisant pour atteindre la tour sans qu’il n’attaque.

Deux choix s’offraient à moi : continuer sur les toits, ou retourner sur le sol. Sur les toits, c’était plus rapide d’atteindre le bulding, mais j’étais plus vulnérable. Sur la terre ferme, ça me prendra plus de temps, mais je trouverai de meilleurs endroits pour me protéger d’éventuels projectiles. Dans les deux cas, il allait me mener la vie dure. Très dure.

Une seconde, c’est tout ce qu’il me restait. À ma droite, une gouttière. M’y accrochant, je descendis en m’y laissant glisser, avant de m’engager dans mes ruelles du village. L’endroit où était Iroh était un point assez élevé, et je ne pourrais pas vraiment profiter des ruelles pour me protéger. Mais c’est déjà ça. En tout cas, j’avais pas mal avancé déjà, mais les dix secondes étaient passées. Le spectacle allait maintenant commencer. Me voilà maintenant en très grande difficulté. Il ne fallait plus que je me précipite, et que je reste très concentré sur le Nibishi qui allait normalement commencer à m’assaillir. J’imagine qu’il me faut encore deux minutes au minimum pour atteindre ma destination. Deux minutes de pur calvaire, voire plus selon comment il me ralentit… Ce qu’il arrivera sûrement à faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://narultimate-rpg.forumactif.org/t187-shindo-akio-parchemin
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Un loisir matinal [Iroh]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un loisir matinal [Iroh]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Footing très matinal [Olivier]
» Réveil matinal [Pv]
» Réglementation de la slackline en accueil de loisir
» Promenade matinal {Caruso}
» Quelle est la base du développement ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Ultimate RPG :: Ame no Kuni :: Ame Gakure no Sato :: Capitale-