Partagez | .
 

 Naoki [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Rang : Genin

Messages : 78
MessageSujet: Naoki [Terminé]   Sam 13 Juil - 22:51

[Hors Role Play]


o Prénom : Inconnu
o Âge : 20
o Ville : Inconnue
o Comment avez-vous connu le forum : Par des connaissances.
o Comment jugez-vous votre niveau RP : Affreux ! (Les hyènes du Roi Lion pourront en dire plus à ce sujet.) Honnêtement, mon style est assez lourd je pense. J'ai du recommencer plusieurs fois mes descriptions car j'étouffais en les écrivant (pas d'humeur aussi à ce moment). Mais je pense que ça en dit long !


[Role Play]


o Nom : Oarashi
o Prénom : Naoki
o Surnom : C'est aux autres de m'en donner un !
o Âge : 13 ans
o Villages souhaités : Konoha ou Kumo (mais faudra réécrire l'histoire)
o Ancien village (uniquement pour les Nukenins) : Aucun
o Grade maximum souhaité : Chûnin mais préférence pour Genin.
o Capacité spéciale : Manipulation et création à partir d'encre (avec différentes couleurs). Les créations peuvent être des créatures animées de volonté.

o Description du personnage :

« Si tu devais peindre le monde, de quelle couleur serait-il ?
— Noir. »

Cette simple réponse montrait tout à fait l'état d'esprit du jeune homme. Tout chez lui n'affichait que noirceur. Ses cheveux, ses yeux, ses habits. Son âme même devait en être teintée. Seule sa peau montrait une blancheur immaculée. Cela n'avait aucune signification malsaine. Bien au contraire. Aux yeux du garçon, le noir symbolisait l'absence de couleur. Ce que l'on a pas encore défini, ou que l'on ne peut pas définir. C'est pourquoi son monde était noir. Inconnu, ténébreux, masqué. Ses connaissances limitées l'empêchaient de trouver la couleur avec laquelle son pinceau devait dessiner les courbes.

Cependant, il y avait un détail dans le ton de sa voix. Une sorte de lassitude. Naoki avait du mal avec les autres. Ils ne lui semblaient pas méchants, mais sa nature complexe dressait des barrières entre lui et les autres. Ce n'était pas une envie de se cacher et de les fuir, au contraire, être avec des gens et rire lui plaisait énormément. En revanche, comment les approcher ? Il n'arrivait pas à comprendre la bonne manière d'agir. Était-ce bien ou mal ? Ou tout simplement normal ? Juger ses propres actions lui posait problème, car le garçon ne voyait pas le monde de la même façon que les autres. Alors, pourquoi ?

Si le néant avait un nom, devant Naoki il le perd. Ce gamin est aussi délicat qu'un pinceau. Pourtant nul ne peut pas le briser. Il est Création. La seule chose qui importe à ses yeux est de remplir le vide avec quelque chose. Que les toiles qui le narguent ne soient plus de vulgaires pages blanches. Il a une histoire à écrire, une trace à laisser. Ce désir le poussait à regarder le monde différemment, à voir les choses avec une vision plus excentrique. Parfois même, il devait les changer. Les autres avaient souvent bien du mal à comprendre son désir de modéliser le monde d'une autre façon. Pourquoi un arbre serait-il autre chose qu'un tronc couvert d'écorce brune ? Eh bien, pourquoi le serait-il ? Après tout, il suffisait d'un pinceau et de quelques pots de peinture pour changer à la fois sa couleur et sa texture.

Le changement. Une bonne, ou une mauvaise chose ? Personne n'a la réponse parfaite. On change, c'est inéluctable. On veut s'améliorer en général. Cependant, le jeune homme ne sait pas quoi faire de ce changement. Depuis longtemps, il a l'impression de rester le même, de stagner et regarder les autres avancer. Une de ses plus grandes peurs est de ne pas être capable de se tenir aux côtés de ceux qu'il aime. Ce poids l'accompagne chaque jour, et le pousse à essayer de trouver un moyen d'avancer. La seule chose qui lui soit venu à l'esprit pour ce faire : aider les autres. Étrange de vouloir s'aider soi-même pas les autres, non ? Plus exactement, il voulait sauver des vies, ou en créer. Rien qu'une de ses techniques « l'améliorait ». Il permettait à un dessin quelconque de voler, de bouger. Cet altruisme avait cependant un prix bien évident : Naoki refusait de tuer. Même attaquer quelqu'un sans raison valable lui était impossible. Devenir une meilleure personne avait sans doute un coût. Un mot résumait bien cette façon de penser : altruisme.

Une froide détermination, affrontant l'avenir sans en avoir le choix. Voilà quel était son état d'esprit. Cela ressemblait même à du défaitisme. Ses yeux ne regardent cependant pas la même chose, les gens ont souvent l'impression que ses pensées se perdent au loin, dans des endroits inaccessibles aux autres.

Naoki est en plus de cela une personne assez excentrique. Il aime bien faire les choses à sa manière. Ne sachant ce que pense les autres de ses petites habitudes, on pouvait considérer deux choix : soit ne rien faire et s'ennuyer, soit agir en accord avec sa nature et sourire. Lorsque l'on le connaît, c'est une personne joyeuse, un peu trop énergique à faire ce qui lui plaît. Souvent difficile à comprendre à cause de sa manière de s'exprimer. Mais pourquoi ? Eh bien déjà, il s'exprime souvent de manière ambigu, des métaphores, parfois même par des vers. Ensuite, car il peint un peu partout, même sur son propre corps. Le pire est sans doute peindre sur le corps des autres. C'est un style très particulier sans doute.

Pour colorer les gens, le monde, et lui-même, le jeune homme a décidé d'acquérir des connaissances de toutes sortes. La savoir pour savoir, tout simplement. La seule exception va bien évidemment à tout ce qui est expérimental ou dangereux. De telles choses ne doivent pas apparaître sur la toile qu'il a décidé de peindre pour l'avenir.



o Histoire :

« Un cœur qui ne saigne pas, est un cœur qui ne bat pas. »

Telle était la conclusion à laquelle en arrivait Naoki.


Du haut de ses treize printemps, une telle affirmation pouvait choquer. Peu de gens allaient dans des eaux aussi troubles. À ses yeux, cela paraissait limpide. C'était comme se réveiller après un long rêve. Parfois l'on a l'esprit embrouillé, incapable de dire où l'on est ni dans quelle position on se trouve. Cependant, certains réveils nous éclaircissent les idées. Des révélations. Soudain, on voit le monde d'un regard neuf, comme si l'on contemplait les choses pour la première fois.

Sa famille. Un père, une mère et un frère. Sa maison, en bois, typiquement japonaise. Tout semblait normal. Les conversations, les dîners. Même les rires ne différaient pas de ceux des maisons voisines. Alors pourquoi ? Oui, c'était la question qui le hantait. Quelque chose n'allait pas, il avait l'impression d'être abandonné, laissé en arrière car il ne pouvait pas suivre le rythme.

Les yeux écarquillés, la bouche entrouverte, Naoki ne pouvait que regarder son dos s'éloigner. Cinq ans, et il n'en fallait guère plus pour remarquer que quelque chose s'était brisé dans son foyer. Son frère, Fung, avait deux ans de plus que lui. Cela lui en faisait donc sept. Le gamin se posait toujours cette même question : pourquoi son frère quittait-il cette maison pour y revenir plus tard ? Le problème n'était pas de partir jouer, ou d'être vexé puis de revenir calmé. Chaque jour qui passait, Naoki avait l'impression de perdre son frère un peu plus. Un simple entraînement aux yeux des autres. Pourtant, dans son dos, il y avait quelque chose d'écrasant. Comme un poids que le plus jeune ne pouvait ni voir ni comprendre à ce moment là.

Sans doute était-ce une bonne chose après tout. Trop jeune pour se souvenir, cela semblait bien pratique. L'ignorance pouvait faire beaucoup de mal. En réalité, son frère et lui n'étaient pas nés ici, et ne faisaient pas partis de cette famille. Adoptés. Cela ne posait pas beaucoup de problème à Naoki. À l'époque, il ne devait même pas avoir deux ans, et donc son frère devait approcher des quatre. C'était approximatif. A vrai dire, leurs dates de naissance actuelles n'étaient même pas les vraies. On les avait trouvé, sans en savoir plus sur eux. Abandonner des enfants ne correspondait sans doute pas aux mœurs de leur parents adoptifs.

La guerre. Voilà ce qui avait créé cette situation. Enfin, une fausse guerre. Ce devait être un peu avant que Kiri et Ame ne s'allient secrètement. Konoha lançait régulièrement des attaques sur les petits villages du pays de la Pluie. Combien de personnes étaient mortes dans cette histoire ? Naoki n'en savait rien. L'existence même de ces conflits lui était inconnue. Cela faisait seulement trois ans, mais étant bébé au moment des faits, cela ne semblait pas gravé dans sa mémoire. Ses parents actuels les avaient recueillis. Ninja du village de la Feuille, ils n'avaient pas eu le courage de tuer deux enfants innocents qui n'auraient sans doute aucun souvenir des événements.

Avaient-ils du mal à avoir des enfants ? Craignaient-ils qu'en tant que ninja, la mère perde le bébé ? Ces questions restaient sans réponse. Seule importait l'amnésie des enfants. Du moins, c'était le cas pour le plus jeune. L'aîné, Fung était plus froid, plus introverti. Connaissait-il la vérité ? Impossible à dire. La seule personne avec laquelle sa froideur se brisait en milliers de morceaux de glace n'était autre que son petit frère.


* * * * * * * * * *


Après l'avoir regardé tristement partir s'entraîner, le gamin renifla légèrement, et s'en retourna à l'intérieur, où un délicieux gâteau se préparait. Naoki s'approcha de la table dans la cuisine où sa mère s'affairait. Yuuki préparait déjà le repas pour que tout soit prêt aux retours des deux hommes de la maison. Sur ce point, un gamin de cinq ans ne comptait pas vraiment. Maintenant que son frère avait disparu, la seule chose qui l'intéressait vraiment était d'enfoncer son index dans la pâte onctueuse qui donnerait un gâteau. C'était liquide, un peu épais certes, mais cela coulait toujours assez facilement. Un peu comme de la pâte à crêpes. La couleur y ressemblait d'ailleurs beaucoup, un jaune pâle, avec quelques petites bulles sur le dessus. Plus le gamin regardait le récipient, plus il avait envie d'y tremper son doigt.

Dès que sa mère tourna le dos, Naoki se dressa sur la pointe des pieds, un éclat espiègle dans le regard. Rapidement mais discrètement, son index s'enfonça sur deux phalanges avant de se réfugier dans sa bouche. C'était sucré, onctueux. Le gamin songeait déjà à réitérer l'expérience quand sa mère se retourna.

« Mais qu'est-ce que c'est que ces manières ! »

Le doigt toujours dans sa bouche, souriant, Naoki se retourna avant de partir en tout hâte. Le ton de sa mère était faussement sévère. L'atmosphère légère de ses moments n'avait rien d'une comédie ou d'un mensonge. Lui-même pouvait le dire, ils s'aimaient tous. Ils étaient ses parents. À ses yeux, cette vérité ne pouvait être réfutée.


* * * * * * * * * *


Assis sur le rebord d'un muret de pierre, le gamin attendait avec impatience. Il secouait ses jambes, d'avant en arrière, sans rien faire de particulier. C'était son habitude, chaque fois que son frère partait en le laissant seul derrière, il patientait du mieux qu'il pouvait. À cinq ans, comprendre ce que faisait son aîné était un peu difficile. En tout cas, il l'admirait beaucoup. La différence entre leur capacité et leur détermination était indéniable. Naoki ne cherchait même pas à combler l'écart entre eux, cela ne le gênait pas qu'on le considère complètement inférieur à Fung.

L'attente pouvait sembler facile, mais pour un enfant qui ne jurait que par son grand frère, cela devenait vite extrêmement difficile. Les nombreuses heures à attendre son retour passaient lentement. Que faire quand on perd ce qui nous est cher ? On trouve simplement autre chose. Une occupation pour oublier ce vide, voilà ce qu'il lui fallait en attendant de récupérer sa plus précieuse pierre. À force de patienter sur son muret, Naoki voulait faire quelque chose dont son frère soit fier, juste pour le voir lui sourire et le complimenter sur quelque chose.

Le dessin. Une lumière au milieu de l'obscurité. Simplement un peu d'encre, qu'il étalait sur un parchemin vierge. Des courbes, souvent peu précises. On atteignait difficilement la perfection dès le début, mais Naoki s'y accrochait. Durant les absences de son frère, sa seule distraction réelle était de dessiner ce qu'il voyait. Un arbre, une fleur, la maison, son muret. Même le visage dans son frère dont il essayait de tirer un portrait fidèle.

Des limites commençaient toutefois à apparaître. Il ne savait plus quoi dessiner, ou comment le dessiner. Quelque chose n'allait pas, un détail. Il lui fallait d'autres couleurs, des mélanges atypiques qui lui permettraient de mieux rendre la réalité. Même là, le gamin avait du mal à trouver des sujets. Il avait dessiné mille et un dragon de couleurs et de formes différentes, et bien trop de portraits de sa famille pour les compter. La nature même semblait étouffer sous ses feuilles.

Lorsque son frère rentrait, ses dessins disparaissaient soudainement. Naoki ne voulait pas lui montrer quelque chose d'imparfait ou d’incomplet. Il voulait brandir devant le visage surpris de son frère une chose dont il serait fier.

Les mois passaient, le cadet s'améliorait. Cependant, ce n'était toujours pas assez. Un autre sentiment commençait à l'envahir à chaque fois qu'il regardait son frère partir. De la peine. Étrangement, cela lui faisait mal de le regarder sans rien faire. Incapable de se tenir à ses côtés faute d'être aussi talentueux dans l'art du combat. Il ne pouvait pas y faire grand chose.

Ayant peur de le perdre, Naoki commença à travailler également. Plus discrètement. Ses parents étaient deux ninjas très compétents, c'est pourquoi le gamin s'adressa à sa mère pour l'aider à rattraper son retard. Enfin, il y avait un détail particulier dans sa requête. Il ne voulait pas devenir « aussi fort que son grand frère ». Ce devait être possible, avec un entraînement adapté. Après tout, même s'ils ne se ressemblaient pas beaucoup, ils étaient tout de même parents. Ce que désirait Naoki différait d'un sentiment de rivalité. Il voulait être utile, pouvoir supporter son frère, même si cela ne signifiait pas grand chose pour l'autre. L'épauler ne serait-ce qu'un peu signifierait déjà beaucoup à ses yeux.

Son frère était extrêmement doué quand il s'agissait de pourfendre un adversaire. Une arme en main, il valait sans doute mieux ne pas l'affronter. En tout cas, Naoki n'aurait pas voulu le faire. Si lui-même demandait de l'aide à leur parents pour s'améliorer, Fung semblait s'y refuser. Avec qui s’entraînait-il ? Le gamin n'en avait aucune idée. Cela ne l'intéressait pas vraiment, il préférait éviter de parler de choses qui les éloignaient. En toute honnêteté, il aurait parié que son frère s'entraînait seul. Après tout, sa froideur ne s'effaçait qu'avec lui. C'était agréable de sentir une telle affection.


* * * * * * * * * *


Naoki dessinait, il devait avoir dix ans environ. Son talent ne faisait aucun doute après toutes ses heures à attendre. Quand l'aîné partait, il s'entraînait, pour ne pas l'inquiéter plus que cela. Quand le cadet pensait que son frère rentrait , il retournait sur son mur et traçait des lignes comme si de rien était. Bien entendu, les feuilles disparaissaient toujours aussi soudainement à l'approche de Fung.

Ce jour-là, il y eut une exception. Le cadet restait assis sur son muret, guettant de temps à autre si les personnes qui passaient correspondaient à son frère. Voyant quand ce n'était pas le cas, il replongeait dans son dessin. Cette fois encore, un portrait qui ne semblait pas particulièrement réussi à ses yeux. Certes, on pouvait considérer cela superbe, avec une main assurée. Mais cela ne lui suffisait pas. D'un geste vif, il passa le croquis au dos, et posa une nouvelle feuille vierge. Trempant à nouveau son pinceau dans l'encre noire, Naoki reprit depuis le début. Il n'avait même plus besoin de tracer des lignes. Les courbes venaient d'elles-mêmes sans aucun problème. Quand pourrait-il offrir ce dessin en cadeau à son frère ? Depuis le temps qu'il s'appliquait à le perfectionner, ne toujours pas avoir réussi à faire un portrait à sa hauteur le frustrait. Sa main glissa, laissant une large trace au milieu de la figure. Sur un essai quelconque, il aurait sans doute essayé de masquer en une cicatrice ou un bandeau par exemple. Là, cela ne lui convenait simplement pas. Il arracha le feuille et la froissa, exaspéré. Passant à la suivante, Naoki ne se souciait même plus du pinceau. Ses doigts plongèrent dans l'encrier, et il commença à tracer les traits à main nue. Cela ne pouvait rien donner de bon mais il n'avait plus assez de patience en réserve.

Soudain, sa tête pencha légèrement en avant. Quelqu'un lui appuyait sur la tête. Sursautant, Naoki savait déjà de qui il s'agissait. La seule personne qui lui ébouriffait les cheveux de la sorte était Fung. Relevant les yeux, le cadet fixa le visage qui lui souriait. C'était décalé à côté de son attitude lorsqu'il partait s'entraîner. Il y avait ce poids sur ses épaules que Naoki ne voyait pas. Et quand il revenait, ce sourire effaçait toutes les pensées noires. Visiblement, le surprendre ainsi le rendait plutôt fier de lui. Avant que le gamin n'aie pu faire quoi que ce fût, ses feuilles lui glissèrent des mains.

« Qu'est-ce que tu nous fais de beau là ? »

Comprenant que son frère allait voir ses dessins ratés. Naoki eut soudainement l'impression d'avoir avalé une glace entière d'une seule traite. Tout son corps se gela, et une étrange chaleur commença à lui monter aux joues.

« Non ! Ne regarde pas ! »

Naoki essaya d'attraper les feuilles que son Fung tenait à bout de bras pour l'empêcher de les reprendre.

« Rends-les moi ! »

Se fatiguant de sauter, tout en sachant pertinemment que les récupérer relevait du miracle, Naoki s'arrêta pour fixer son frère avec des yeux de chat. Malheureusement, cela ne pouvait pas fonctionner si l'autre ne le regardait pas. Pour l'instant Fung se concentrait sur les divers dessins, ne lui prêtant donc pas la moindre attention. Les diverses représentations étaient sans doute parfois impossibles à identifier. Certaines ressemblaient à des cadavres dont on aurait martelé la figure pour empêcher toute identification.

« D'accord, d'accord, je te les rends. »

Gentiment, et toujours en souriant, Fung lui tendit ses feuilles. Naoki les récupéra et les serra contre lui. Même s'il devait les froisser, il ne voulait pas que son aîné les lui reprenne. Boudant un peu, le gamin commença à ramasser ses affaires pour éviter de tout renverser. À nouveau, une main lui frotta la tête, ébouriffant ses cheveux. A ce point, cela ne changeait sans doute plus grand chose.

« Par contre, je garde celui-là. »

D'une voix assurée, presque taquine, Fung affichait un air malicieux tout en montrant une feuille qu'il n'avait pas voulu lui rendre. Bien évidemment, il s'agissait du portrait raté d'un peu plus tôt. Naoki ne savait pas vraiment comment réagir. Embarras ? Colère ? Frustration ? Panique ? Il y avait un peu de tout, et cela devait sans doute se remarquer. Son grand frère retira sa main, tout en continuant à sourire.

« Ce n'est pas censé être pour moi ?
— Si mais...
— Eh bien alors je le prends. »

Que dire face à cette logique imparable. Si le dessin n'avait pas été pour lui, il ne l'aurait sans doute pas pris. Cela semblait évident dans tous les cas. À quoi bon faire un portrait d'une personne si ce n'était pas pour le lui donner après ? Le gamin se sentait stupide. Cela semblait si évident que son frère accepterait son cadeau. Même si ce dernier avait été horrible, il l'aurait quand même pris en souriant. Un sourire qui lui était presque exclusivement réservé.

Sa naïveté le mettait mal à l'aise. Pourtant, il se sentait heureux. Après tout, cela faisait des années qu'il travaillait pour ce simple petit instant, juste pour donner un dessin. Sans s'en rendre compte, lui-même se mit à sourire.

« Allez viens, on va jouer ensemble. »

D'un hochement de tête, Naoki accepta avec joie. C'était son frère, la personne qui comptait le plus, qui le soutenait, qui le protégeait. Il n'y avait rien d'autre à dire, si ce n'est qu'un jour, il pourrait marcher à ses côtés sans avoir l'impression d'être un poids.




o Avez-vous des remarques ou des informations complémentaires à nous faire part ? Forte addiction aux bonbons au caramel. J'aimerais évidemment ne pas être validé au-dessus de Genin, par simple logique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://narultimate-rpg.forumactif.org/t235-naoki#744

avatar
Rang : Mizukage

Messages : 271
MessageSujet: Re: Naoki [Terminé]   Dim 14 Juil - 0:30

    Bonsoir. Bien. Je dois t'avouer que je suis surpris.

    J'allais te mettre minimum Chûnin, même malgré ton âge et la personnalité de ton personnage. Mais je vais respecter ta demande et tu es donc validé au rang de Genin. Je me permet cependant de te mettre en Rang A. J'aime ta façon d'écrire et je compte suivre ton évolution. Je n'ai aucuns doutes sur ta future évolution.

    Welcome ! Penses à faire ton parchemin et à le mettre dans ton profil une fois qu'il sera validé. Bon rp parmi nous.

_________________

Je mènerais ce monde vers la Purification.

- Power of One
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://narultimate-rpg.forumactif.org/t136-yoshimori-apolyon-sum
 

Naoki [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Naoki Kitano - Your fear is my Kingdom...[Terminée]
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Ultimate RPG :: Général :: Présentations :: Présentations validées-