Partagez | .
 

 Lorsque le jeune enseigne à l'ancien [Chio]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Rang : Jônin

Messages : 44
MessageSujet: Lorsque le jeune enseigne à l'ancien [Chio]   Dim 21 Juil - 11:30

Situation:
 

Le sang coulait à nouveau dans mes veines comme dans le temps, enfin pas tout à fait, il me manquait encore quelque chose avant que je ne fasse plus qu'un. Mais déjà cette évasion m'avait permis de me libérer de cette prison de fer et de glace. Je revivais un peu plus à chaque pas, mon but étant droit devant moi où mon destin se scellera. Et si tous ce passaient bien, peut-être qu'une nouvelle ère commencera. Une époque de trouble, de destruction, de peur, de mort, dont je serai l'unique acteur. Je me languissais déjà rien qu'à cette idée. Mais en attendant je devais affronter ces mètres de neige dans laquelle j'étais enchevêtré, ralentissant ainsi ma progression. Mais je voyais au loin que le paysage se transformait et les flocons blancs laisseraient place à d'immenses pâturages verts.
Cette idée me réchauffait l'esprit et surtout le corps. Malgré que ces étendues blanches, vierges de toutes traces soit magnifiques et reposant, passer quarante ans à contempler la même vue finit par lasser quelque peu.

La frontière n'était plus loin. Bientôt je quitterais le pays du fer et son froid hivernal pour pénétrer sur les terres qui m'avaient accueillis, chaleureuses, et qui dans peu de temps serai aux mains des flammes et du sang, le pays de la feuille. Avec toute sa végétation il est vrai que cela fera un magnifique feu de camp. Il ne me restera plus qu'à prendre une harpe et en jouer sur les hauteurs de Konoha à contempler le brasier.
Alors que j'étais plongé dans mes pensées les plus obscurs, mes plus noirs desseins de meurtre et de désolation, un immense banc noir me frôla de très près. Qu'est-ce que c'était ? Une attaque ? Des bandits de grands chemins auraient-ils eu la mauvaise idée de m'affronter. Étant dans des bons jours depuis ma sortie, je me promis de ne pas trop les faire souffrir et de les achever vite. Mais je devais d'abord savoir d'où ils venaient. Depuis le temps que j'avais été incarcéré, il est vrai que j'avais perdu pas mal de mes capacités. Je n'étais pas au meilleur de ma forme mais cela reviendrait très certainement assez vite. J'étais tellement distrait que j'en avais oublié les éléments fondamentaux pour un ninja, l'attention et toujours sur ses gardes, aux aguets.

Je continuai d'avancer par petit pas, la neige m'empêchant de me mouvoir rapidement, prêt à me défendre au cas où ils reviendraient à la charge. Mais à peine avais-je pensé ça que les voilà qu'ils me faisaient face prêt à s'attaquer à un vieil homme sans défense. Alors qu'ils approchaient je me rendis compte que ce n'étais pas des hommes, mais des oiseaux, et pas n'importe lesquels, des corbeaux. Cet animal me plaisait bien et même beaucoup, car lorsqu'on le voyait, celui-ci annonçait la mort. C'était bien le seul animal, avec ma petite souris qui venait me rendre visite dans ma cellule. Son croassement était si strident et faisait froid dans le dos. C'était un animal digne de ma personne.
Mais j'émis alors quelques doutes, en effet, un attroupement de cette taille volant de façon si bien coordonné, ce n'était pas naturel. Je me mis à regarder tout autour de moi espérant comprendre d'où cela pouvait-il venir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://narultimate-rpg.forumactif.org/t277-uchiwa-yukito

avatar
Rang : Membre d'Hikari

Messages : 154
MessageSujet: Re: Lorsque le jeune enseigne à l'ancien [Chio]   Dim 21 Juil - 21:09

L'hiver. La saison la plus difficile, mais non moins l'une des plus belle, s'était abattue sur les terres magnifique de Tetsu no Kuni. Je pouvais distinguer la chute de centaines de milliers de flocons tombant des cieux, recouvrant les plaines d'un épais manteau blanc. La température était au rendez-vous, il ne devait pas faire plus de -2°. Au vu de la saison, je m'étais préparée en conséquence : Un épais manteau en fourrure de loup recouvrait l'ensemble de mon corps, cachant ma gorge et apportait sa chaleur jusqu'à mes pieds, la peau brune de l'animal traînant sur le sol poudreux.

Je m'étais éloignée du village où je séjournais de manière à atteindre les collines du Pays du Fer. C'était de ce point de vue que je pouvais goûter à la tranquillité, mais aussi profiter d'une vue des plus sublimes. Mes pas s'enfoncaient profondément dans la neige, et je vous mentirais si je vous disais que je me déplaçais avec facilité dans cette poudreuse. Porter des talons n'arrangeaient rien les choses...

Une fois arrivée à destination, mon regard se posa sur le paysage d'albâtre. J'essayais de mémoriser chaque détail de cette scène. A l'horizon, je pouvais discerner le village voisin. la fumée de ses forges ajoutant une tâche brumeuse de couleur noirâtre à cette atmosphère dominée par le blanc. Les points ambrés montraient que la bourgade avait allumée ses lumières. Un peu plus en avant, il y avait la forêt. Cette dernière n'avait pas échappée à la saison, les pins qui la constituait étaient enroulés dans un épais manteau de neige. D'ordinaire d'un vert éclatant, ils avaient suivis la mode hivernale. Et bien sûr, au premier plan, nous avions les étendues gelées. De rare rochers brun non recouvert par les caprices du temps contrastaient avec la blancheur des plaines.

Je ne sais pas combien de temps mes yeux furent attirés par ce spectacle. J'y aurais bien assistée pendant des jours et des jours. Les acteurs naturel de cette scène me fascinaient. Malheureusement, il y avait toujours quelqu'un  pour vous déranger. Me retournant, je ne tardais pas à voir une personne à plusieurs dizaines de mètre de ma position. Un homme. Il n'était visiblement pas couvert par un manteau ou autre habit épais, nécéssaire en cette saison. Il ne semblait pas frigorifié. Qui était-il ? Comment pouvait-on se balader de manière aussi légère alors que le thermomètre était si bas ? Je n'étais pas sûre de ce que j'avançais, les flocons tombant m'empêchaient de discerner convenablement le gars qui se dressait au loin. Je n'osais pas m'approcher, mais cet homme avait peut-être besoin d'aide. Je connaissais quelqu'un qui saurait le faire à ma place.

Faisant le tribut de sang, un corbeau majestueux apparu dans un nuage de fumée. D'un geste de la tête je lui indiquais mon souci.

    — Sois prudent.

Une fois mon message transmis, Karaikki, Prince des corbeaux, allait accomplir sa mission. Dans un battement d'aile, il se propulsa en direction de sa "cible". Dans un croassement il invoqua une dizaine de clones à ses côtés. Profitant de l'avancée de la petite troupe, je convergeais à mon tour vers sa position d'un pas rapide. Le groupe de charognard se posa alors sur les branches envirronante, entourant l'homme mystérieux. Me voyant arriver, Karaikki fit disparaître l'ensemble de ses clones et se posa sur mon épaule. Je lui caressais la tête, le remerciant de son service. J'observais ce gars face à moi sans dire un mot. J'attendais que quelque chose se passe, qu'un son soit prononcé.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://narultimate-rpg.forumactif.org/t190-uchiwa-chio

avatar
Rang : Jônin

Messages : 44
MessageSujet: Re: Lorsque le jeune enseigne à l'ancien [Chio]   Mer 24 Juil - 10:01

Ils revenaient à la charge, plus menaçant que la première fois, et la chose que j'avais prise pour des bandits de grands chemins la première fois c'était finalement révélé des corbeaux plus noirs que la nuit. Serais-je capable de tous les affronter dans mon état actuel ? Seul l'avenir me le dira.
Puis contre toute attente, les oiseaux allèrent se poser sur les branches environnantes, me scrutant de leur hauteur. Que me voulaient-ils finalement. Ils restèrent là, à me contempler, et moi faisant de même de mon côté. Attendaient-ils que je bouge pour qu'ils m'attaquent, ou bien les ordres de leur maître ?

Puis dans un nuage toutes les bêtes ailées disparurent, sauf une, plus majestueuse que les autres. Elle s'envola et alla se poser sur l’épaule de son maître qui se tenait à quelques mètres de moi. Je ne l'avais pas remarqué, mes sens étaient décidément encore engourdis... Il s'approcha de moi et je vis finalement que ce n'était pas un homme, mais bel et bien une femme, des plus charmante, mais en compagnie de la créature la plus noire qui puisse exister.
Elle s'arrêta devant moi et à son tour resta là, sans dire mot, à me regarder. Je faisais pareil de mon côté, attendant qu'elle ouvre la bouche pour prendre la parole. Mais elle n'avait pas l'air décidé et moi non plus d'ailleurs. Je ne sais combien de temps on resta là, à se regarder dans le blanc des yeux. Elle dans mes yeux rouges scellés (dont la possible existence de mon sharingan était impossible à desceller) et moi dans ses yeux noirs de jaïs, de la même couleur que ses cheveux.

Je ne la connaissais pas et pourtant j'avais l'impression que quelque chose me rapprochait d'elle, que nous n'étions pas si étrangers, mais malgré cela, elle ne me disait rien. Peut-être que cela me reviendrait plus tard, on ne sait jamais.
Puis ouvrant très doucement les lèvres, je prononçai les premières paroles depuis quelques jours

- Impressionnant jeune fille... Où as-tu appris à faire ça ?


J'attendis sa réponse, espérant en découvrir un peu plus sur cette femme des plus atypiques. Elle m'intriguait beaucoup, et je voulais savoir ce dont elle était capable de faire. Peut-être qu'elle aurait des choses à m'apprendre, à moi.

- Une petite démonstration me ferait grandement plaisir. Pourrais-tu accéder à ma requête ?

M
es paroles étaient là pour la guidé pour qu'au final il n'y ait plus qu'une possibilité, qu'elle m'apprenne son Kuchyiose. Je n'en n'avais jamais eu, mais grâce à cela il serait possible d'élargir mon panel de jutsu. Surtout qu'en ce moment, sans mon sharingan, j'étais assez vulnérable. Je devais vite trouver un moyen de compenser cette faiblesse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://narultimate-rpg.forumactif.org/t277-uchiwa-yukito

avatar
Rang : Membre d'Hikari

Messages : 154
MessageSujet: Re: Lorsque le jeune enseigne à l'ancien [Chio]   Mer 24 Juil - 17:32

L'individu ne semblait pas bavard, tout autant que moi. Nous ne faisions que nous jauger du regard, tel deux animaux sauvage qui se rencontraient pour la première fois. Personne n'ayant engagée la conversation, j'avais tout le loisir de décortiquer physiquement l'homme étrange qui se dressait devant moi.

La chose qui me frappait lorsque je l'avais aperçu, avait été sa coiffure. Sa chevelure poussait de travers, et quand je disais de travers c'était en diagonale, sans compter que ces derniers étaient noire et blanc. N'importe qui aurait rit à la vue d'une telle touffe. Personnellement, un sourire aurait pu apparaître sur mes lèvres à la vue de ces cheveux atypique, mais l'expression froide qu'arborait l'inconnu et les yeux étranges qu'il possédait m'en empêchaient. Qui était ce gars ? J'avais l'impression de le connaître alors qu'il semblait bien plus vieux que moi... Quelle étrange sensation.

C'est alors que l'homme mystérieux se décida à briser le silence pesant. Le vent hivernal fit place à une voix sans émotion. Il semblait impressionné par Karaikki. Il avait dû se rendre compte que le noble charognard était un membre du pacte que j'avais signée 4 ans auparavant. L'individu me demanda alors de lui faire une démonstration. Aucun doute quant à ce qu'il voulait voir. Malheureusement pour lui, je n'étais pas du genre à offrir des spectacles de mes jutsus, ce gars allait être deçu.

    — Je ne transmet pas mon savoir.

Je plongeais alors mes yeux dans les siens.

    — Qui êtes vous ? Et que venez-vous faire à Tetsu no Kuni ?

Malgré cet aspect faible, cet inconnu m'inquiétait. Il... M'intimidait. Pourquoi je me sentais si inférieure ? Alors que ce gars n'était pas du tout armé, et avait l'air plus que faible actuellement. Non, je n'avais aucune raison de me sentir faible à côté de cet homme. J'avais l'avantage. C'est lors que sans m'en rendre compte, j'avais reculée de quelques pas. Mon corps lui même pressentait le danger que représentait cet homme à la tête si familière.

J'attendais sa réponse. Prudente, ma main s'était posée discrètement sur le pommeau de mon sabre. Des précautions peut-être inutile, mais j'avais une très mauvaise impression quant à la nature de cet inconnu. Son expression froide et ces yeux étranges, n'arrangeant en rien la situation.


Dernière édition par Uchiwa Chio le Ven 26 Juil - 19:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://narultimate-rpg.forumactif.org/t190-uchiwa-chio

avatar
Rang : Jônin

Messages : 44
MessageSujet: Re: Lorsque le jeune enseigne à l'ancien [Chio]   Ven 26 Juil - 15:36

Je n'avais rien fait de particulier, seulement la regarder d'un air monotone, dénudé de toutes expressions. Ou du moins c'est ce que je pensais, je regardais plutôt l'animal qui se trouvait sur son épaule. Et malgré ma non-agressivité, la jeune femme recula de quelques pas. Un petit sourire se dessina alors au coin de mes lèvres. Elle portait maintenant sa main sur le pommeau de son sabre en signe défensif. Je riais intérieurement à cette petite scène. Je n'avais rien fait de particulier pour la mettre mal à l'aise, mais cela c'était quand même fait. Si elle voulait quelque chose de terrifiant je pouvais lui en donner. Mais je devais m'abstenir, pas besoin d'attirer l'attention à peine sorti de prison. Surtout qu'en plus elle me questionnait sur ma personne et mes desseins. Je ne devais pas éveiller les soupçons. Je n'étais pas en mesure de livrer un combat, et de la régaler de mon spectacle.

- Qui suis-je ? Que fais-je ? Tant de question plus lassante les unes que les autres qui n'apportent rien à la conversation. Je te pensais plus intéressante que ça jeune fille. Ce qui est vraiment intéressant n'est pas de savoir d'où l'on vient, mais où l'on va...

Alors que je prononçai ces derniers mots, je n'étais plus devant elle, mais derrière, à lui susurrer ces paroles à l'oreille. Je sentais ses cheveux touché mon visage, et une agréable odeur se dégageait d’elle. Le but de l'impressionné avec ce petit tour de passe-passe, allait certainement marcher. Elle ne devait avoir qu'une vingtaine d'années tout au plus, il ne sera pas difficile de lui en mettre plein les yeux. Puis me retournant, mine de ne plus être intéressé par elle, j'effectuai quelques pas

- Enfin ! Si ma requête ne te semble pas possible à réaliser, c'est certainement que tu ne dois pas en être capable. C'est bien dommage, j'aurais bien placé quelques espoirs en ta personne, j’espérais sincèrement que tu m’épates avec tes corbeaux. J'aurais pu te montrer aussi quelques-uns de mes dons mais... Je ne suis pas sûr que tu sois encore prête...

Je tournai la tête très doucement pour la regarder du coin de l’œil. Mes pupilles étaient plus sanglantes que jamais, d'un rouge flamboyant, montrant ma mentalité meurtrière, surmonté d'un sourire des plus diaboliques, des plus noirs, qui illuminait mon visage.
Un démon se tenait devant elle, et elle ne tarderait pas à s'en rendre compte. Mais je devais faire en sorte de ne pas la brusqué, ni même de lui faire peur, seulement d'éveiller sa curiosité envers moi pour l'amener à un seul but, m'apprendre ce qu'elle savait.
J’espérais simplement avoir réussi ce que je voulais. Cela faisait tellement longtemps que je n’avais pas pratiqué ce genre de méthode pour obtenir quelques choses de personnes. J’étais un peu rouillé… Mais au pire, un petit genjutsu et elle me révèlerait tout ce qu’elle savait en une minute. Oui j’étais prêt à user de la force s’il le fallait, mais ça elle n’en savait rien, pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://narultimate-rpg.forumactif.org/t277-uchiwa-yukito

avatar
Rang : Membre d'Hikari

Messages : 154
MessageSujet: Re: Lorsque le jeune enseigne à l'ancien [Chio]   Sam 27 Juil - 5:14

Sourcils froncés, j'observais l'homme qui m'ignorait royalement. Ses paroles montraient clairement qu'il ne m'accordait aucune réelle attention, ses étranges yeux écarlate étant tournés vers Karaikki. Il se fichait éperdument de moi. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle ce gars n'avait pas du tout répondu à ma question. Je me sentais devenir invisible à chacun des sons prononcés par cet inconnu. Et ça ça m'énervait. Ce n'est pas tant les phrases provocatrice de ce type qui me rendait malade, non c'était le fait qu'il me sous-estimait que je ne supportais pas.

Soudain, alors que j'avais relâchée mon attention, mon interlocuteur disparut de mon champ de vision. Sa voix glaciale se fit alors entendre derrière moi, dans un chuchotement des plus terrifiants. Comment avait-il fait pour arriver dans mon dos ? Je n'avais rien vu. Cet homme... Ce n'était pas n'importe qui. Il était si près de moi que je pouvais sentir son souffle animer mes cheveux. Je n'osais pas bouger, je savais que c'était inutile. Un tel acte n'arrangerait en rien la situation. L'inconnu finit alors son discours et s'éloigna de moi. En effet, je ne sentais plus sa respiration le long de ma nuque. Profitant de l'occasion, je n'hésitais pas à me retourner, faisant de nouveau face à cet individu. Cette fois-ci, c'était lui qui me tournait le dos. Il partait. D'une seule pensée, mes pupilles noire firent place à des yeux écarlate, agrémentés de trois virgules chacun. C'était une voix aussi glaciale que cet hiver qui sortit alors de ma bouche.

    — Ne me sous estime pas...

Composant des mudras, une fine aura électrique se forma le long de mon épiderme. De fin "fils" Raïton dansaient sur l'ensemble de mon corps, tel des serpents. Je me sentais légère, bien plus agile. Véloce, je rattrapais l'inconnu et lui coupais la route, sabre en main. Cette fois il n'aurait pas d'échappatoire, sans compter que mes yeux distingueraient facilement le moindre de ses mouvement. Pas question de me faire avoir ce coup-ci.

    — Je te laisse une dernière chance. Qui es-tu ? Et que viens tu faire ici ?

Karaikki toujours sur mon épaule, gonfla son plumage d'Obsidienne afin d'intimider l'homme en face de nous. Et de sa voix particulière n'hésita pas à en rajouter une couche.

    — Tu ferais mieux de lui répondre. Il n'y aura pas de "try again".

Je restais stoïque, ne bougeant pas d'un pouce. Prête à frapper. Une brise glaciale souffla. L'hiver lui même savait que cette rencontre pouvait à tout moment se finir dans la douleur et le sang. Et ce n'est pas seulement le mien qui coulerait, ni celui de mon allié. Ca je pouvais vous le promettre...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://narultimate-rpg.forumactif.org/t190-uchiwa-chio

avatar
Rang : Jônin

Messages : 44
MessageSujet: Re: Lorsque le jeune enseigne à l'ancien [Chio]   Sam 27 Juil - 8:48


- Ne me sous-estime pas...

Voilà les paroles que j'entendis très brièvement lorsque je m'éloignai doucement. Il est vrai que la jeune fille m'avait l'air assez puissante, mais prononcer des paroles telles que celles-ci, c'en étaient pitoyable et risible. Enfin... Si mes yeux n'avaient pas été scellés bien sûr, car là en l’occurrence je ne pouvais pas me permettre un combat ouvert. Les années de prison m'avaient réellement amoindri.
Puis dans un éclair jaillit devant moi, et la jeune femme apparut telle une furie, sabre en main, me barrant la route. Je l'avais piqué au vif, ça c'était évident, mais je ne pensais pas que ça irait si loin. Au moins maintenant je savais ce dont elle était réellement capable et je pouvais voir sa détermination, et j’avais maintenant toute son attention.
Je ne les avais pas encore distinctement remarqué, mais maintenant que j'y prêtais attention, mes yeux s'écarquillèrent, grands comme des bulles. La chose que je soupçonnais c'était révélée vraie. Un petit rire rauque sortit de mes entrailles, et je la regardai droit dans ses pupilles

- J'en étais sûr... Je savais que tu me disais quelque chose, mais je n'en étais pas réellement certain... Maintenant je le sais...

Puis regardant le corbaque d'un air sec, je lui fis signe avec la main, l'imitant, de ne pas intervenir. Me retournant vers la jeune fille, je m'avançai de quelque pas, plus de cette marche terrifiante que j'abordais quelques minutes plus tôt, mais plus enjoué

- Comme je te l'ai dit... Je ne suis personne en particulier, un simple voyageur qui ne désire que quelques petites choses, apprendre et découvrir. Je viens d'un peu plus haut, par-delà les montagnes. Je voyage à la recherche de nouveaux horizons et de nouvelles rencontres

Et chuchotant à moi-même dans un rictus effrayant "et tu es certainement la plus belle rencontre que je pusse faire"

- Sache une chose jeune demoiselle, je ne suis pas ton ennemi, et je pourrai même être ton ami qui sait. Alors qu'est-ce qu'une Uchiwa vient faire par ici, il est rare d'en trouver d'aussi loin de chez eux, et sans bandeau. Dois-je en conclure que tu as déserté ? Hmm ? Intéressant...

Posant ma main sur la sienne pour qu'elle range son arme, je ne montrais plus aucun signe d'agressivité envers elle. Regardant autour de nous, je lui fis signe de me suivre pour venir s'asseoir prêt de moi sur une souche d'arbre. Elle avait certainement beaucoup de choses à me raconter, des choses très intéressantes.

- Je suis curieux, tu as égayé ma curiosité. Raconte-moi tout, je veux tout savoir.

J'espérais qu'elle pourrait m'apprendre quelques choses sur notre cher village. En effet, depuis quarante ans que je n'y avais pas mis les pieds, les choses avaient dus bien changer. Et surtout pourquoi cette jeune fille avait-elle décidée de fuir le village de la feuille. Il y avait bien une raison. Un nouvel objectif se dessinait alors dans ma tête, en faire une alliée, pour un avenir sombre et incertain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://narultimate-rpg.forumactif.org/t277-uchiwa-yukito

avatar
Rang : Membre d'Hikari

Messages : 154
MessageSujet: Re: Lorsque le jeune enseigne à l'ancien [Chio]   Sam 27 Juil - 19:03

Je crois bien que ce gars avait un but : M’énerver le plus possible. En effet, ma tentative d’intimidation n’avait pas fonctionnée. Seul un rire des plus provocateurs se fit entendre de la part de l’inconnu. Ma colère monta d’un cran. En quoi était-ce amusant ? Il était à ma merci. Je pouvais lui trancher la gorge à tout moment. J’avais déjà tuée des shinobis pour moins que ça… Etait-il fou de rire de sa mort ?

C’est alors que l’homme se justifia. Il disait que je lui rappelais quelque chose. Qu’il n’en était pas sûr au début de notre rencontre, mais qu’il s’en souvenait désormais. Je restais silencieuse, attendant qu’il approfondisse le sujet. Je savais qu’utiliser mes Sharingans n’avait pas été l’idée du siècle, mais les capacités de cet homme n’étaient pas à prendre à la légère. Je me devais de combattre à mon plein potentiel si un affrontement arrivait. Sa découverte devait sans doute être liée à mes yeux.

Malgré l’amusement qu’avait provoqué mon action, ce type finissait enfin par me répondre. C’était un « simple » voyageur,  un homme qui ne désirait que « voir un peu de Pays ». Ce gars… Il me prenait vraiment pour une idiote. Il croyait vraiment que ce mensonge digne d’un gamin de 6 ans, allait fonctionner ?

Voyant qu’il commençait à se rapprocher de ma position, je m’empressais de pointer mon arme dans sa direction afin de l’en empêcher. Je lui avais laissée une chance de survivre à notre rencontre, mais il fallait croire que cet homme ne souhaitait que finir affalé, mort sur le sol gelé. Je m’apprêtais à passer à l’attaque, lorsque l’inconnu repartit dans un discours. Les sons prononcés eurent le don de lui donner un sursis. En effet, cet homme disait qu’il ne me voulait aucun mal. Qu’il pourrait très bien être un allié… Il découvrit facilement que j’avais désertée. En même temps, je savais qu’avoir activé mes pupilles aurait des conséquences. Je ne pouvais plus reculer désormais.

Surprise par ses paroles, je n’avais pas eu le réflexe de reculer lorsqu’il se retrouva proche de ma position. D’un geste qui se voulait apaisant, l’étrange personnage apposa sa main sur la mienne. Dans le seul but, que je range mon épée. L’homme partit alors s’asseoir  sur une souche d’arbre recouverte de neige. D’un geste, il m’invita à faire de même. Méfiante jusqu’au bout des ongles, je ne le suivais pas, restant debout. Je désirais avoir de plus amples explications. Alors que lui voulait connaître mon histoire, je lui répondais par une tout autre question.

    — Qui êtes-vous ?

Pas question que je lui dise quoi que ce soit avant qu’il ne me donne sa véritable identité. J’avais déjà commis l’erreur d’avoir dévoilée mes pupilles. Pas question d’en commettre une deuxième. Sabre toujours en main et Sharingan toujours activés, je partais à la recherche de son identité. J’avais moi-même une idée, mais je préférais entendre la réponse authentique.

    — Ecoutez-moi bien. Je ne vous dirais rien avant que je ne connaisse réellement votre identité.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://narultimate-rpg.forumactif.org/t190-uchiwa-chio

avatar
Rang : Jônin

Messages : 44
MessageSujet: Re: Lorsque le jeune enseigne à l'ancien [Chio]   Lun 29 Juil - 10:15

Quelle insistance impromptue. Elle commençait à me taper sur les nerfs avec toujours sa même question : "Qui êtes-vous". Si je ne lui disais pas elle finirait par réellement s'énerver, et vu ses tentatives d'intimidations, elle passerait à l'acte certainement si une autre de mes réponses ne lui convenait pas. J'étais piégé, je ne pouvais plus lui mentir, et je ne pouvais pas non plus lui révéler qui j'étais. Une personne qui aurait dû être morte depuis longtemps était finalement présente n'était pas forcément une chose bonne à connaître. La carte de la moquerie, celle de la surprise ainsi que celle de l'apaisement n'avaient pas marché. J'étais bloqué... Puis une idée lumineuse me traversa l'esprit, jouer la comédie et faire mon martyr. Je me trouvais finalement de vrai don d'acteur. Peut-être que ceci marcherait avec elle. De toute façon il n'y avait qu'un moyen de le savoir.

En effet la jeune fille était de plus en plus menaçante envers moi brandissant son sabre, ses yeux écarlate me scrutant de haut en bas, prêt à lancer l'assaut au moindre faux pas.
Je me relevai de ma souche doucement, l'air triste. Puis je me dirigeai vers un arbre d'un air penaud, la tête baissé à regarder le sol enneigé. Je posai ma main sur le tronc, tournant mon dos à la jeune fille et je commençai mon discours, dans l'espoir de l'attendrir

- Oui tu as raison... Je me joue de toi depuis le début... Je m'en excuse. La vérité c'est que je ne suis réellement personne. Je ne suis plus rien aux yeux de ce monde qui m'a oublié et déjà enterré. Mais je veux revenir sur le devant de la scène et montrer aux gens que non, les légendes ne disparaissent pas, et vous hantent jusqu'au bout. Et puis j'ai aussi un rêve, celui de revoir le blason de ma famille restauré, et qui sait, peut-être même se hisser au plus haut.

Puis me retournant vers elle, j'attendis de savoir si ma réponse lui avait suffi. Si ce n'était pas le cas, cette fois je serai vraiment embêté car je n'aurais réellement d'autre choix que de lui dire mon nom et mon prénom. C'était une chose que je voulais garder secret le plus longtemps possible. Car si une seule personne apprenait que j'étais encore en vie, ou que je m'étais échappé de la prison de haute sécurité de Tetsu no Kuni, et malgré le fait que le temps est passé, beaucoup de personne haut placée enverrai des centaines de ninjas à mes trousses, tout ça pour me tuer et récolter les honneurs de la disparition du Démon de Sekigahara.
Mon nom était presque devenu un tabou, et seuls les sages les plus anciens connaissaient mon histoire. J'étais une légende devenu un mythe qu'on avait tôt fait d'oublier et de faire disparaître. Mais bientôt l'heure de ma résurrection se ferait, et je montrerais que même les choses les plus cachées finissent par remonter à la surface pour vous torturer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://narultimate-rpg.forumactif.org/t277-uchiwa-yukito

avatar
Rang : Membre d'Hikari

Messages : 154
MessageSujet: Re: Lorsque le jeune enseigne à l'ancien [Chio]   Jeu 8 Aoû - 6:10

Cet homme se foutait-il réellement de moi ? A coup sûr, je répondais oui. Sans compter que je lui avais dit qu'il ne lui restait qu'une seule chance pour me dire la vérité. Mais non. Il était encore en vie et ça, c’était déjà un très gros cadeau que je lui faisais. Cependant, s’il s’amusait encore à jouer avec mes nerfs, il allait finir par perdre un bras, une jambe ou même une tête. Beaucoup de personnes s’étaient décidés à me titiller et pour la plupart, ils avaient finis sur le sol, inerte. Je ne ferais pas d'exception pour ce type, peu m'importait sa catégorie sociale. S’il tournait autour du pot de cette manière, il finirait comme tous ces prédécesseurs.  

Tel un acteur de théâtre Kabuki, l’homme se leva de sa souche d’arbre, me tourna le dos et commença à se lamenter. Il disait n’être personne, un homme oublié, que le monde avait effacé. Mes sourcils se froncèrent : En effet, il me prenait vraiment pour une conne. Je le laissais déblatérer ses conneries et le regardais, sans parler, sans bouger. Depuis le début de notre rencontre, ce gars avait employé un ton arrogant, froid et orgueilleux. Et tout à coup, comme ça, il devenait un faiblard employant un langage tragique. Une grosse blague en gros. Je préférais abandonner, cet homme était juste fou, il ne méritait même pas l’attention que je lui avais accordé. Autant mettre un terme à cette rencontre et faire comme si rien ne s’était passé. Beaucoup de secrets restaient non résolus, notamment le fait qu'il se soit faufilé dérrière moi sans que je ne m'en rende compte. Mais bon, après tout, je réfléchirais bien mieux devant un bon verre. Et au vu de l’état physique de cet homme, il ne serait pas capable de tenir bien longtemps avec ce froid.  

Ma main se desserra de la poignée de mon sabre et, à contrecœur, je remettais ce dernier dans son fourreau. Un, puis deux, puis trois. C’est le nombre de pas que j’ai fait pour me retourner et partir dans une direction opposée à cet homme.

    — Quittez ce Pays. Vous n’êtes pas le bienvenue ici.

Resserrant l’étreinte de mon manteau, je partais. Direction, l’auberge de l’Enclume. Malgré l’épaisse fourrure, il faisait toujours aussi froid. Un bon feu de cheminée et une soupe me ferait le plus grand bien.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://narultimate-rpg.forumactif.org/t190-uchiwa-chio
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Lorsque le jeune enseigne à l'ancien [Chio]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Lorsque le jeune enseigne à l'ancien [Chio]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Jeune artiste kidnappé , blessé par balle et laissé pour mort à Cité Soleil
» Technique du Jeune Jack
» Que pensez-vous de cette intervention de Levaillant Louis Jeune au Nouvelliste
» Mort d'un jeune journaliste/Adieu Bien-Cher, adieu mon ami
» Les rouge vs les bleu :Un jeune est assassiné à Montréal.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Ultimate RPG :: Chroniques :: Chroniques-