Partagez | .
 

 Lapin à la broche et baies rouges [pv. Tenbatsu Raiken]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Rang : Nukenin

Messages : 17
MessageSujet: Lapin à la broche et baies rouges [pv. Tenbatsu Raiken]   Mar 23 Juil - 17:52

Le vent glacial,
L'hiver froid est l'été chaud,
Suffit d'y etre.

Le ciel était du même blanc que la neige qui recouvrait le sol, le haut et le bas se mêlaient parfois jusqu'à donner des vertiges. Kajo avait perdu de nombreuses fois de vue l'horizon, à un point où les arbres et les montagnes semblaient flotter dans les airs. Toutefois, alors qu'il aurait été plus que compréhensible de grelotter, de frissonner ou bien de claquer des dents. Le Nukenin se sentait particulièrement à son aise dans de tels lieux, l'atmosphère diffusait pour lui une douce chaleur qui pénétrait par les pores de sa peau jusqu'à réchauffer son cœur et son âme. Le simple gout de la liberté, un soupçon de sérénité : il n'en fallait pas plus pour justifier un tel paradoxe.

Il avait couru pendant des jours et des jours, repoussant toujours plus loin les limites de son propre corps et cherchant à mettre toujours plus de distances entre lui, Ame et Konoha. Bien qu'il était fort possible qu'il soit passé pour mort auprès des premiers, et même que son existence n'ait pas été retenue par les seconds, cela faisait très longtemps qu'il avait compris qu'il devait sa survie à de simples règles de prudence, même si parfois un observateur extérieur aurait pu le faire passer pour remarquablement zélé. Ses vêtements étaient déchirés, ses yeux affichaient des poches de fatigue, ses jambes flagellaient en usant de leurs dernières "dernières" forces, son visage suintait de sueur : il ne ressemblait à rien, si ce n'est à un simple vagabond, mais pourtant un sourire hagard s'étalait sur sa figure : il avait réussi et commençait à peine à souffler.

Un homme comme lui était facile à satisfaire tant il avait toujours appris à se réjouir de choses simples. Il eut tôt fait de dresser un camp de fortune : quelques branchages en guise de cabane, un foyer qui abritaient de timides flammes émergeantes et un lapin abattu à la va-vite trônait déjà au dessus d'elles, tournant lentement au-dessus d'une broche dressée à la va-vite. Dépiauté, la peau séchait non loin de là à la chaleur du feu, prêt à servir de très mince mais néanmoins non négligeable pièce d'une quelconque couverture, tandis que l'odeur de la viande rôti commençait à se répandre. Cela faisait des jours qu'il n'avait pas mangé, et il était inutile de dire que ce simple fumet, le fit saliver à toute vitesse tandis que son estomac se tordait en deux. Il avait eu la chance de pouvoir trouver quelques baies malgré la rudesse hivernale dont il s'était goinfré comme un goret, même si le meilleur restait à venir.

IL s'égara un instant dans ses pensées, lesquelles n'étaient alors que des souvenirs qui le hantaient. Cela faisait bien la centaine fois qu'il se revoyait lever la main contre ses propres camarades, prendre leur vie en les regardant dans le blanc des yeux. Tout cela pour de simples civils d'un village étranger. Sa conscience n'était pas tout à faire en paix, et il n'aurait su dire encore s'il avait fait le bon choix ou non. La simple idée qu'il puisse regretter amèrement une telle décision sans qu'il puisse faire quoi que ce soit pour arranger les choses lui compressait la poitrine. C'était limpide, plus aucune retour arrière n'était possible et il devait assumer les conséquences de ses actes. Cela sous entendait soit de pouvoir vivre avec, soit de prendre ses responsabilités.

Malgré tout, Kajo ne s'était pas trop éloigné de la route et bien que cela comportait un risque, il ne voulait pas se perdre dans la nature glacée, pas par un tel temps. Oh bien sur, il avait de quoi le changer lui-même, mais jouer sur le climat d'une région étant habituée à un certain conditionnement météorologique, il n'y avait rien de mieux pour attirer l'attention.
Le Nukenin profitait de la chaleur, humait son futur repas et se réjouissait de la protection minimaliste que pouvait lui procurer l'idée d'être en "asile" au sein du Pays des Samourais, pays neutre de toute affaire ninja par définition, lorsque son regard fut attiré par la vue d'un passant le long de la route. L'homme semblait être seul et il était impossible qu'il ne l'ait pas vue.

Aussi étrange que cela puisse paraitre, Kajo était dans un sens rassuré de voir un signe de vie humaine, même si c'était tout à fait sciemment qu'il l'avait fui les derniers jours. L'homme avançait toujours, ne quittant pas d'un iota le rythme de sa marche inexorable. Les règles de courtoisie semblaient toutefois se perdre, il était bien trop rare de croiser d'autres humains dans un cadre si hostile pour ne pas s'en tenir au simple b.a.-ba.

Le Shinobi le héla :

- Hey ! Un bonjour n'a jamais écorché personne !

Il aurait bien rajouté un "gros con" à la fin, mais du coup, c'était lui qui n'aurait pas été très poli. Autant éviter de faire preuve d'hypocrisie, tant qu'à faire ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rang : Nukenin

Messages : 14
MessageSujet: Re: Lapin à la broche et baies rouges [pv. Tenbatsu Raiken]   Jeu 25 Juil - 10:48


Tetsu no Kuni… Ses montagnes, ses paysages enneigés, ses samouraïs qui attendent la moindre occasion pour vous fumer la gueule, ses abrutis qui vous hèlent.

La vie d’un Nukenin n’était pas aussi palpitante qu’on voulait bien vous le faire croire. On passait son temps sur les routes à enchaîner les petits boulots. Bien sûr certains décidaient alors de poser leurs bagages mais cette vie de sédentaire rappelait plus celle des fermiers que des ninjas sans peurs et sans reproches dont les légendes étaient faites. Et puis le risque de se faire débusquer augmentait exponentiellement à mesure que l’on restait sur place. Car malgré ce que l’on voulait nous faire croire, les villages étaient bien trop occupés pour vous lâcher une troupe de chasseurs de déserteurs au cul. Raïken avait lui-même lancé la chasse aux déserteurs par le passé et comme s’amusait à le répéter son chef d’unité de l’époque « à objectifs flous, conneries précises ». On ne partait pas la fleur au fusil chasser le Nukenin, il était bien plus difficile à choper qu’une gallinette cendrée. Alors on attendait, la bonne information, le bon moment… Avec le recul, Raïken réalisait que chasseurs de déserteurs était à peu près aussi chiant que déserteurs lui-même.
La plupart des Nukenins vous le diront. On avait plus de chances de mourir connement dans un fossé sur un chemin escarpé que de se faire capturer par son ancien village. La réalité c’était qu’un Nukenin était un paria et que tout était là pour le lui rappeler.
Il faisait chaud ? Trouve rapidement de l’eau pour ne pas mourir déshydraté. Il faisait froid ? Tu as intérêt à avoir pensé aux fourrures lors de ta dernière escale. Tu avais faim ? Valait mieux savoir pour toi que tu saches te servir de tes dix doigts. Bref, vous aurez compris l’idée : un Nukenin était un survivant.
Vous en conviendrez sans aucun doute, avoir un sharingan et faire le killer avec des beaux yeux rouges c’est classe. Par contre savoir traiter une infection suite à une coupure en forêt pour éviter de claquer trois jours plus tard de septicémie c’était plus pratique.

Raïken se retourna calmement en direction de l’homme qui l’avait interpellé. Guilleret, à la limite de l’imbécile heureux, son interlocuteur semblait ne pas avoir remarqué la pertinence de sa remarque. Balancer la phrase de l’écorché à un mec couvert de bandage c’était un peu comme faire la blague du « pas de bras, pas de chocolats » à un manchot. Etait-il con ou se payait-il sa tronche ? Sans rien dire, Raïken se détourna. Dans les deux cas il était plus judicieux de ne pas faire de vagues. Un long trajet l’attendait encore jusque Kumo et il était inutile de se compliquer la vie avec un cadavre à dissimuler. Et puis… Il y avait autre chose que Raïken n’aurait pas pu expliquer.
Une pensée lui traversa soudainement l’esprit et le Nukenin s’immobilisa. Il soupira en regardant de nouveau derrière lui. Le type l’observait toujours, visiblement déçu de sa première réaction. Bougonnant, le Nukenin s’approcha du campement de fortune du jeune homme ne cachant rien des bandages qui recouvraient son corps. Il s’accroupit laissant le feu et le repas entre les deux hommes et se mit à fouiller silencieusement sa besace. Intimant par son autorité naturelle le silence à l’homme qu’il n’avait toujours pas pris le temps de détailler.
Finalement Raïken sortit une petite fiole contenant un liquide jaunâtre qui ressemblait à s’y méprendre à de la pisse.
    - Question purement rhétorique : un paysage enneigé, très peu d’animaux qui doivent donc subvenir à leurs besoins. Tu trouves des petites baies rouges, visibles comme le nez au milieu du visage sur la neige, apparemment suffisamment pour t’en faire péter le bide et en mettre en accompagnement avec le lapin. Tu ne te demandes pas pourquoi, alors qu’il n’y a rien à bouffer à des kilomètres à la ronde, personne, je dis bien personne, n’a eu la présence d’esprit de manger ses baies ?
    Tu bois la moitié de la fiole maintenant et tu mets l’autre sur ton repas si tu ne veux pas le perdre définitivement. Sinon…
    Deux heures après ingestion tu commenceras à ressentir des bouffées de chaleurs ainsi que des crampes d’estomac. Peu après des spasmes violents t’obligeront à rendre tout ton repas et crois moi, il est peu probable que cela se limite à un seul orifice. Mais cela n’arrêtera pas pour autant les douleurs, les spasmes continueront. Si violents que tu finiras bien par t’éclater une côte où deux. Mais là encore ce n’est rien puisque pendant que tu serais en train de souffrir, tes reins s’arrêteraient de fonctionner à cause de la toxine contenu dans les baies. L’infection commencerait par ton sang puis se répandrait à travers tout ton corps. En l’espace de trois jours la plupart de tes fonctions vitales se mettront à l’arrêt. Commencerait alors une longue descente aux enfers car incapable de bouger, de gémir, de faire quoique ce soit tu continuerais pourtant de ressentir la douleur…
    Donc bois... Et bonjour.
Pendant de longues secondes la scène était figée. Raïken tendant la fiole à son interlocuteur au-dessus des flammes…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://narultimate-rpg.forumactif.org/t179-tenbatsu-raiken

avatar
Rang : Nukenin

Messages : 17
MessageSujet: Re: Lapin à la broche et baies rouges [pv. Tenbatsu Raiken]   Ven 26 Juil - 17:22

Kajo resta un instant sans rien dire, plongeant ses yeux jaunes dans ceux de son vis à vis, le dévisageant avec un regard béat et naif. Une bienveillance s'échappait naturellement de ses yeux pour la bonne et simple raison qu'il n'avait rien à lui reprocher, mais surtout car sa réaction avait de quoi surprendre, le moins que l'on puisse dire était qu'elle n'était pas banale. L'inconnu resta ainsi un bref instant, sa fiole tendue au dessus de son repas. Le Nukenin souleva le récipient à hauteur de ses yeux et en observa le contenu : putain, on aurait dit de la pisse.
Son regard se porta à nouveau sur son interlocuteur avant que se dessine un sourire carnassier sur son visage, amusé :

- Pas mal l'ami, vraiment pas mal ! Tant de sollicitude dans ce monde hostile est bien rare pour ne pas être souligné, et je te suis gré de tes conseils, qui vont certainement m'éviter une mort des plus douloureuses.


Il ôta d'un coup sec le bouchon de liège avec le pouce et s'apprêta à le porter à sa gorge :

- Hey mais attends !! On ne se connait pas, tu pourrais me faire boire n'importe quoi ! J'en oublie les règles élémentaires de prudence ! Si c'est un médicament, cela doit être sans danger, tiens, toi d'abord !!

Sur ces mots, il balança à son bon samaritain la fiole débouchonnée qui virevolta dans les airs, un reflet de malice dans le regard: jouer à l'imbécile était un de ses jeux préférés. Il fut un instant perdu dans ses pensées, emprisonné dans un sentiment de nostalgie. Il avait passé tellement de lunes seul dans la nature ... Elle avait toujours été son refuge, son abri et il s'y était souvent senti plus en sécurité et familier qu'avec son propre domicile. De l'enfant amusant à s'enfuir dans la forêt et à grimer aux arbres, il était devenu l'adolescent qui aimait se tester et se retrouver, découvrant son moi intérieur et repoussant ses limites physiques, enfin le Shinobi qu'il était avait appris à s'y cacher, à y survivre et surtout à y tuer. De vadrouilles, en balades, de journées en semaines, de semaines en mois, la nature était son récital, son fief et son foyer.
Plongeant son regard dans le feu, il se remit à parler, de manière beaucoup plus sérieuse, toujours perdu à mi-chemin entre la réalité et les souvenirs. Il surveillait la cuisson de sa viande et le fit tourner machinalement avec sa broche de fortune :

- L'églantier, ou rosier des chiens, peut parfois pousser jusqu'à une hauteur de 2-3 mètres. De fait, il est souvent épargné par biches, lapins et autres bestioles qui pourraient les ravager. Il reste que les oiseaux. Les fruits sont comestibles et même assez porteurs de vitamines. Il faut les manger en pressant la baie pour faire sortir la pulpe. Si tu manges la peau et surtout les quelques poils qu'il y'a dessus, sinon tu vas avoir des démangeaisons là où je pense. Lesquelles justifient le nom que donnent les gosses à ce truc : "gratte-cul". Perso, je préfère prendre le risque de me gratter le trou de balle plutôt que d'avoir envie de me gratter à l'intérieur du bide. Ca va j'ai réussi le test de l'abruti ? Par contre, j'espère que ton truc c'est pas ce que je crois, car franchement c'est plutôt trouble. Si par malheur, il s'avérerait de ton urine, et à ce moment la je prefere ne pas savoir pourquoi tu la garderais sur toi, prête à consommer, je m'inquieterais. Mais je n'ai pas de raisons de m'en faire, n'est ce pas ?


A vrai dire, il voulait à tout prix croire que ce n'était pas de l'urine. Il s'en foutait que l'autre crève la bouche ouverte, mais franchement : quel malade serait capable de transporter sa pisse dans un pot ? Il n'aurait su juger l'attitude de son interlocuteur à son égard, le type l'avait pris de haut, peut être avait il tenter de lui jouer une farce pour se foutre de sa gueule, peut être était il réellement sincère, mais aussi avait il lâché un bonjour, malgré tout. Le monde était bien suffisamment imparfait pour que la distinction entre le Bien et le Mal soit parfois difficile à faire, en conséquence peut être était il prétentieux de vouloir juger une personne dès les premiers instants. Après tout peut être était ce simplement un aigri qui s'était trop gratté le visage en ayant la varicelle ?

- Si le coeur t'en dit, je veux bien te filer un peu de barbaque, l'ami. Au fait, on doit te la faire souvent, mais t'as quoi au visage ?

Il aurait été un peu hypocrite de passer au delà de cette question, car franchement au vu de l'allure, tout le monde devait bien se la poser. Une curiosité diabolique commença à poindre le bout de son nez, quel genre d'homme avait il en face ? Le Shinobi restait prudent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Lapin à la broche et baies rouges [pv. Tenbatsu Raiken]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Lapin à la broche et baies rouges [pv. Tenbatsu Raiken]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Lapangel. Le lapin pas crétin [ Fini, à valider)
» Civet de lapin aux épices
» Protéger une broche
» Saturnin le Lapin
» Rome interdit les bocaux à poissons rouges...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Ultimate RPG :: Archives :: Archives-