Partagez | .
 

 Ryûji.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Rang : Jônin

Messages : 6
MessageSujet: Ryûji.   Sam 17 Aoû - 19:45


Hors Role Play



o Prénom : Toujours pareil.
o Âge : Toujours 17 ans, j’ai pas grandi.
o Ville : J’suis Pennois, ok ?
o Comment avez-vous connu le forum : DC de Shindō Akio.
o Comment jugez-vous votre niveau RP : Extraordinaire ! Euh… On va dire bon.




Role Play



o Nom : -
o Prénom : Ryûji.
o Surnom : Tails.
o Âge : 17 ans.
o Villages souhaités : Konoha - Kiri.
o Grade maximum souhaité : Jônin.
o Capacité spéciale : Onkyôton.

o Description du personnage :

Oui, le spécimen devant vous est réellement un ninja. Dur à croire, hein ? À vrai dire, lorsqu’on le croise dans la rue, on ne s’imagine pas qu’il fait parti de l’effectif shinobi du Village caché de la Feuille. Et pourtant, c’est bel et bien le cas. Il a plus le physique et la dégaine d’un simple adolescent complètement insouciant de la condition du monde dans lequel il vit. Un simple civil qui se laisserait aller au gré du vent et de sa musique, qui lui dicterait chacun de ses pas. Il y a de l’idée. Certaines choses ne sont pas fausses dans cette première impression, bien que beaucoup ne le soient. Inutile de préciser que personne n’est en mesure de savoir qui il est vraiment, et ce juste au travers de l’impression qu’il dégage. Non, c’est tout bonnement impossible.

Vous l’aurez sans aucun doute compris, mais l’énergumène a une passion pour le monde de la musique. Constamment, vous le verrez le casque sur ses oreilles, ou bien posé sur son cou. Quoiqu’il en soit, sa musique tourne en permanence, et il ne s’en détache presque jamais. Certains prétendent même qu’il dort avec. Cette affirmation n’a cependant jamais été vérifiée ou confirmée par l’adolescent. Ce n’est qu’une rumeur qui court. Mais bon. J’imagine que vous vous en foutez ? Ouais. Moi aussi en fait. Pour en revenir à son goût pour la musique, il ne fait pas que l’écouter. Ses activités tournent également autour de ce même sujet. Il aime bien chanter, même si généralement les autres n’apprécient pas vraiment... Mais ce n’est pas ce détail si insignifiant à ses yeux qui va l’en empêcher. Par contre, il adore également danser sous le rythme effréné de sa musique. Et là par contre, qu’une fine poignée de personnes arrivent à son niveau. À ce même titre, il excelle également derrières platines et tables de mixage, ou encore la guitare en main. C’est sans aucune prétention qu’il affirme assez souvent qu’il se lasse de n’avoir aucun concurrent potable. À noter qu’il est également compositeur, et la qualité du résultat peut s’avérer assez... Aléatoire.

La musique est donc son domaine de prédilection. Plus qu’une passion, c’est un art. Son art. Ce passionné de musique est un maître incontesté du son. Au-delà de la pratique musicale, il est capable de manipuler chaque son, chaque onde, par le biais de son chakra spécifique. Ce pouvoir se prénomme l’Onkyôton, et il lui va à ravir. Les capacités de Ryûji s’accordent à merveille avec ce qu’il est vraiment, d’où le fait que la musique représente tout à ses yeux... Ou plutôt à ses oreilles. Dans les faits, c’est plutôt ça. En tout cas, c’est le cas de le dire. Pourquoi ? Tout simplement car il est constamment plongé dans cet univers qui est le sien.

La personnalité du garçon au casque est, comme cela a déjà été dit, assez atypique, et ne donne en rien l’impression qu’il soit un ninja. Déjà, il ne porte pas son bandeau, car il considère que la présence de cet accessoire sur ce corps ne s’accorde en rien avec son style vestimentaire. Il se contente donc de le garder précieusement dans sa poche, sans pour autant que cela lui gêne. Vous voyez un peu le genre ? De plus, lorsqu’on le voit, on a l’impression de faire face à un être totalement détaché de la réalité. Mains dans les poches, regard vers le sol, avec une légère vue sur le devant, trainant des pieds, et tout ça en sifflotant l’air de la musique qu’il écoute. Rares sont les fois où il rompt délibérément la barrière qui le sépare du monde réel, pour consacrer son attention sur quelque chose. Malheureusement pour lui, ça arrive qu’on le force à briser ce mur, contre sa volonté. Généralement, ça ne lui plait pas tellement...

C’est ainsi qu’il est perçu : un homme dont la lassitude et la fainéantise se lit sur son visage. Un être qui vit au jour le jour, et complètement inconscient de tout ce qui l’entoure. Grand gamin dans l’âme, certains se demandent même s’il sait que le monde est en guerre actuellement. Bien entendu, il le sait. Il n’est pas non plus un ninja pour rien. Néanmoins, il n’y prête attention que lorsque la situation l’exige. Inutile de préciser qu’il aimerait passer ses journées à glander, se reposer, et faire la fête la nuit tombée. Ce sont ses occupations favorites après tout. Et c’est avec plaisir que je vous annonce que vous vous trompez lourdement sur son compte. Comme on dit, les apparences sont souvent trompeuses. Cette phrase s’applique plutôt bien au personnage particulier qu’incarne Ryûji.

En effet, il ne faut pas croire qu’il se fout autant de ce qui l’entoure réellement. Disons qu’il aime prendre du recul sur chacune des situations qui s’offrent à lui, et c’est donc plutôt compliqué de parvenir à le perturber. Imperturbable. C’est un aspect de sa personnalité qui revient assez souvent. Et malgré tout ce qui a pu se dire, il est un bon ninja, et y met du cœur à l’ouvrage. Il a un paquet d’expérience sur son village, sur les combats, et bien d’autres encore. Il sait se battre, mêlant sa passion pour la musique et son don pour la danse en plein cœur de chaque combat qu’il mène. Quand il s’agit de combattre pour son village, sa motivation s’enflamme instantanément. Malgré les apparences, il représente une personne à qui on peut se fier en cas de danger.

Physiquement parlant, il ne passe pas inaperçu. Comme vous le savez déjà, il a toujours un casque sur lui, pour écouter sa musique. En plus de ça, il est principalement caractérisé par sa chevelure orangée pas forcément coiffée tous les jours, et sa tenue violette au grand col, qui lui cache généralement la bouche, ainsi que le bas de son visage. Son physique n’a rien de bien impressionnant : quelques muscles, mais pas trop, et un corps plutôt frêle, sans tomber dans les extrêmes. Malgré ces petits détails, il dispose d’une force physique non négligeable, et n’est pas si fragile qu’il en à l’air.

On apparente assez souvent l'adolescent à un renard, de par son agilité et ses cheveux orangés. De plus, il est lié à cette espèce animale par un Pacte particulier, ce qui confirme davantage cette ressemblance. Son surnom provient de là également. Un renard... Un renard orange... Tails... Vous voyez quoi. C'est pas bien compliqué !

o Histoire :

Naître dans un monde perpétuellement en guerre... Quel malheur. Qu’avons-nous fait pour mériter pareille sentence ? Surtout lorsque nous sommes condamnés à souffrir dès notre plus tendre jeunesse. En rien je ne prétends être un cas à part, mais bel et bien comme un nouveau né qui a connu le fléau de ce monde dès le berceau... Comme une grande partie d’entre nous.


Quelques mois. C’est tout ce que j’avais. Cela ne faisait que quelques misérables mois que j’ai passés dans ce monde. À cet âge-là, je ne pouvais pas encore prendre pleinement conscience de ce cauchemar qui m’entourait. Je n’avais pas encore réalisé que d’une seconde à l’autre, la situation pouvait devenir dramatique, et que ma vie pourrait ne tenir plus qu’à un seul et minuscule petit fil. Si jeune, il nous est impossible de se défendre. On ne pouvait que compter sur les autres pour veiller sur nous, ou pour nous protéger. C’est cruel de penser que l’on baigne dans un monde chaotique, ou la vie côtoie fréquemment la mort, alors que l’on ne s’en rend même pas compte. Insouciants, notre univers ne dépasse pas le cercle familial. C’est la seule chose qui compte pour nous, et c’est aussi notre seul et unique pilier.  

Qu’en est-il des parents cependant ? Leur situation est très peu enviable. L’enfant qu’ils se doivent de protéger dans un tel monde, n’est-il pas jugé comme un fardeau, un handicap, une faiblesse ? Les parents se doivent de protéger leur fils, mais ils doivent continuer à accomplir leur destinée de ninja, pour la protection de leur village, et pour l’avenir de tous les shinobis. Chacun avait son idéal, mais dans un monde comme celui-ci, c’est au plus fort d’imposer le sien. C’est triste, mais c’est ainsi. À partir de là, les tensions se sont multipliés, et voilà où ça nous a mené.  Mes parents, eux, se battaient principalement pour faire prospérer notre village. Lequel ? Celui de la Feuille, Konoha. C’est dans ce village que je suis né. Mes parents n’en sont pas originaires cependant, ils y sont arrivés il y a des années de cela. Mais passons ces détails, qui ne servent à rien au final.

La protection du village était donc leur priorité, puisqu’une attaque peut très bien arriver d’un moment à l’autre. Chacun avait son rôle, chacun se battait ou planifiait. Une bonne organisation malgré tout, ce n’est pas plus mal. Mes parents avaient leur place dans cette société. Ils formaient un duo redoutable à ce que l’on m’a raconté, je ne peux qu’en être fier. Ils se basaient principalement sur leur complicité, et leur complémentarité. Le seul moyen de les faire plier, c’est d’en mettre un hors d’état de nuire. Or, leur duo était tellement puissant que mettre en difficulté l’un des deux relevait de l’extraordinaire. Peut-on parler d’une légende. Peut-être bien, si on considère qu’aucune légende est éternelle. Oui, ils ont connu une défaire. Une seule, qui a été fatale.

Bien que je ne m’en souvienne plus, étant bien trop jeune pour en avoir gardé des souvenirs, j’ai pu savoir ce qu’il s’était passé, par le biais d’un homme proche de mes parents. Ce jour-là, mes parents m’ont confié à cette personne, qui était plutôt âgée. Encore à l’époque, ça allait. Ce n’était pas la première fois. Lorsqu’ils partent sur une mission, c’est ce qu’ils faisaient. Je n’ai jamais fait un seul caprice à ce sujet, sauf ce jour-là. Malade, grincheux, je ne voulais pas m’en séparer. J’y étais pourtant forcé. D’après ce que le vieil homme m’a dit, mes parents seraient partis pour leur mission, le cœur brisé. Ils tenaient beaucoup à moi, et ils étaient obligés de me laisser. Ils le savaient, c’était peut-être pour toujours. Et ça a été le cas : ils ne sont jamais revenus. Des sources sûres nous l’ont confirmé : ils étaient morts durant leur mission.



- Hé ! Papi ! Ecoute-moi ça !
- Ryûji... Je suis occupé. Va t’amuser ailleurs.


La même répartie habituelle, qu’il me sort tous les jours depuis quelques années déjà. À cette période-là, je n’avais que sept ans, et je passais mon temps à jouer comme bon nombre d’enfants de mon âge. Quant à lui, mon papi, c’est cet homme à qui mes parents m’ont confié. Il m’a gardé chez lui, à contre cœur. Il ne m’a jamais aimé, et je le sais très bien. De ce fait, j’avais du mal avec lui également. Je ne l’aime pas trop, mais étant une personne que je côtoyais jour après jour, je n’avais pas d’autre choix que de tenter de m’en approcher. Enfin, si je le voulais, je pourrais complètement l’ignorer. Mais c’est impossible. Même si on ne s’aime pas trop, il n’en reste pas moins un pilier sur qui je suis censé me reposer. Et puis, c’est à lui que mes parents m’ont confié... Je devrais être en mesure de l’apprécier, sauf qu’à sens unique, ce n’est pas simple.

Même si je suis encore jeune, je ne suis pas dupe. J’ai bien compris qu’il ne m’aime pas, et j’ai également compris pourquoi. Il m’en veut. Pourquoi ? C’est tout simple. Il est persuadé que la mort de mes parents est en partie de ma faute, car ils ne sont pas partis le cœur léger. Pour lui, le caprice de cet autre jour a grandement joué dans leur mort. Comment cela se fait que je m’en doute ? Bah, il m’a raconté cette histoire il y a quelques mois, histoire que je sache, et j’ai ressenti dans son ton qu’il m’accusait indirectement. Même s’il ne m’aimait pas plus que ça, on ne peut pas dire que je ne suis pas un enfant heureux. Généralement, j’ai ce que je veux. Je ne reçois juste aucune affection. Le fait d’être quand même leur enfant doit y jouer, sinon il m’aurait laissé à la rue. Dans le fond, je le hais quand même, car ce n’est pas de biens matériels dont j’ai besoin. C’est de bien plus.

En tout cas, c’est dans cette situation familiale là que je me suis construit. C’est ainsi que j’ai commencé à me refermer sur l’univers de la musique. Un hobby qui me plaisait autrefois, lorsque j’ai commencé à écouter certaines musiques en boucle. Petit à petit, c’est devenu une véritable passion. Là encore, j’ai pu compter sur papi pour me fournir en matériel. Je dois avouer que par moment, ça m’arrange... Mais ça ne change rien au fait que j’ai de la rancœur envers lui, envers ce qu’il est réellement pour moi, et de son comportement à mon égard. C’est dans cette optique là que j’ai grandi. La musique est devenue mon seul repère, mon seul centre d’intérêt. J’ai commencé très tôt à m’enfermer dans ma chambre, pour rester seul à exercer ou écouter cette passion. C’est ainsi que je suis devenu ce que je suis.



Intérieurement, une nouvelle envie grandissait. C’est vers l’âge de dix ans que j’ai commencé à vouloir suivre la voie de mes parents. Ils étaient autrefois des ninjas réputés pour leur puissance, et leur duo presque infaillible. J’ai voulu devenir comme eux, et connaître ce nouvel univers à la fois palpitant et empli de dangers en tout genre. C’est ainsi que je me suis retrouvé à l’académie du village. Là-bas, je crois avoir connu les pires années de mon existence. Bien qu’en pratique, j’étais plutôt doué, sur le papier... C’était tout à fait autre chose. En plus, je souffre de cette hyperactivité depuis mon plus jeune âge, alors rester assis sur une chaise, avec un stylo et une feuille de papier sur le pupitre... Ce n’est pas pour moi.

Mais malgré tout ça, j’ai fini par devenir un ninja, et j’eus bien vite l’occasion de m’illustrer sur le champ de bataille. Konoha avait décidé d’attaquer Ame à ce moment-là. J’avais treize ans, et je m’étais engagé dans ce combat. Chacun a su se battre vaillamment, mais la défaite était inéluctable. On ne faisait pas le poids face à la puissance de la Pluie. Nous étions donc obligés de battre en retraite. Le chemin du retour fut fructueux pour moi, car ce fut ma première rencontre avec un animal lié à un pacte d’invocation : les Renards. C’est à cet instant-là aussi que j’en suis devenu le détenteur.

Poursuivant ma route, je suis devenu un Jônin respecté du village. Enfin, respecté au niveau de la puissance, car bon nombre d’entre eux peinait à accepter mon attitude désintéressée. S’ils me connaissaient un peu mieux avant de juger, ils sauraient que sous cette apparence, se cache un ninja loyal.


o Avez-vous des remarques ou des informations complémentaires à nous faire part ? J'ai déjà joué ce personnage, mais cette fiche là est unique, et a été rédigée pour ce forum uniquement. De plus, pour le Pacte des Renards dont je parle, je m'occuperais officiellement de le faire en Chroniques.


Dernière édition par Ryûji le Mar 27 Aoû - 11:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Rang : Jônin

Messages : 6
MessageSujet: Re: Ryûji.   Mar 27 Aoû - 11:41

Fiche terminée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Rang : Kazekage

Messages : 220
MessageSujet: Re: Ryûji.   Mer 28 Aoû - 11:14

Berk, trop mauvais comme prez'. En plus t'es un gros traître. Franchement j'hésite même à proposer un ban pour ton comportement. Pour la peine tu seras Jônin rang S de Konoha, et que ça te serve de leçon. Pff.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://narultimate-rpg.forumactif.org/t192-chinmoku-xaldin#481
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Ryûji.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ryûji.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Ultimate RPG :: Général :: Présentations-