Partagez | .
 

 La fin du silence [Aki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Rang : Kazekage

Messages : 220
MessageSujet: La fin du silence [Aki]   Dim 15 Sep - 14:00

Finalement, je prendrais part à cette unité. Mon deuxième moi était là, plus présent que jamais. Je ne pourrais plus le contenir. Du moins, pas à jamais, pas comme avant. Alors nous avions passé un pacte. Je lui offrais la possibilité de se déchaîner lors des combats, des assassinats que j’aurais à effectuer. Mais des combats seulement. On était maintenant une sorte d’aillés. Hahaha, c’est ironique. J’étais quelqu’un qui prônait la paix, pourtant je m’alliait à la brume sanglante, et maintenant à ma double face maléfique. Mais tout mal est un mal nécessaire en ce qui me concerne. Et tout le monde y trouvait son compte. Suna, ou du moins ses habitants, pouvaient vivre en toute quiétude, sans meurtres sanglants et injustes sur ses mains, tandis que les hommes comme moi, les fous, les vrais fous, feraient le sale boulot.

Heureusement, l’unité que j’avais mis en place, était diversifiée, et certains boulots étaient moins sales que d’autres, mais ne requéraient pas forcément moins de talent. Les ambassadeurs « de la nuit », fonctionnaient comme tel : Les membres chargés d’espionnages récoltent les informations. Ils les passent à la section chasse, ou assassinat. La section informations et torture va faire parler les corps, et les personnes capturées. La section « Brainwash », comme son nom l’indique, se chargera de détruire tout souvenir de passage à Suna, voir même effacer totalement la mémoire, si le sujet est de nature dangereuse. Car oui, je refuse qu’on tue des personnes alors qu’on a pas forcément besoin de le faire, et ça, quelque soit le prix. Les autres sections, comme persuasion ou espionnage, suivaient un courant indépendant, mais pouvaient interagir avec les autres sections quand la situation l’exigeait. Au final, il ne manquait plus que les « recrues ». Kuna était la première, et la seconde était Aki Hanabusa et son très probable binôme Haru Hayate. Car si l’unité originelle des ambassadeurs était d’ores et déjà bien remplie, sa « double face » elle ne comptait pour l’instant que deux membres.

On toqua à ma porte, ou plutôt la porte du bureau de l’ancien Kazekage. J’aime mieux l’appeler comme ça, je n’ai pas de goûts aussi luxueux, moi. Ça devait être la marionnettiste.

    Rentre.


En effet, la silhouette de la donzelle et son œillade céruléenne se dessinèrent bien assez tôt. Un bâillement naturel suite aux nuits de travail acharnées et au nombre de messages échangés avec mon daimyo se fit sentir, et je ne cherchais pas à le réprimer.
    Alors, la forme ? Prête à passer aux choses sérieuses ?




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://narultimate-rpg.forumactif.org/t192-chinmoku-xaldin#481

avatar
Rang : Jônin

Messages : 29
MessageSujet: Re: La fin du silence [Aki]   Dim 15 Sep - 16:15

La semaine qui suivit l'ascension de Xaldin fut compliquée pour Aki. Physiquement exténuée et atteinte mentalement, il lui aurait encore fallu du repos, mais l'état du village ne le permettait pas. Il fallait coordonner beaucoup d'élément afin de remettre le village sur pied aussi vite que possible et les Jônin étaient tous très sollicités pour encadrer les diverses équipes. En plus de ça, il fallait encore assurer les missions externes pour ne pas paraître affaibli aux yeux des autres villages.

La Kunoïchi reçu au matin un message de Xaldin l'invitant à le rejoindre dans son bureau. Ça ne la choqua pas spécialement, elle attendait même ce message avec une certaine impatience depuis son speech devant tout le village. Elle aurait aimé lui parler avant, mais il était difficilement accessible.
Aki s'excusa auprès de son équipe à qui elle donna quelques instructions avant de partir vers la Tour.

La Sunajin avançait lentement dans les ruelles ensevelies sous les gravas. Vu de haut, le village devait ressembler à une véritable fourmilière tant l'activité était importante. On avait décidé de tout reconstruire à partir de zéro et il fallait commencer par tout déblayer avant de construire. Les Sabaku étaient les plus sollicités pour cette tâche.
Au détour d'un carrefour, Aki s'engagea finalement sur un axe plus important déjà nettoyé qui donnait directement sur la place principale.

Elle grimpa rapidement les marches de la Tour. Elle s'arrêta quelques secondes devant la porte, prenant le temps de rajuster ses cheveux et d'épousseter sa robe avant de toquer à la porte.

    « Rentre. »

Un ton aussi familier ne pouvait vouloir dire qu'une chose : il n'attendait qu'elle, ou quelqu'un d'autre qu'il connaissait. Mais pourquoi diable analysait-elle une chose pareille... elle secoua sa tête afin de reprendre ses esprits et ouvrit la porte.
La Kunoïchi s'avança rapidement et claqua le battant derrière elle avant de faire face au Quatrième Kazekage.

    « Alors, la forme ? Prête à passer aux choses sérieuses ? »

Elle resta silencieuse quelques secondes. Lui faire part de son état général serait une erreur.
    « Ça va ! Elle sourit aussi naturellement que possible. Malgré ton discours lamentable... »

C'était un jugement dur, et elle ne le pensait pas vraiment. Elle le taquinait juste afin de calmer son angoisse constante du à l'absence d'Haru.
    « Tu m'as fait venir... »



Dernière édition par Aki Hanabusa le Dim 22 Sep - 22:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://narultimate-rpg.forumactif.org/t382-aki-hanabusa

avatar
Rang : Kazekage

Messages : 220
MessageSujet: Re: La fin du silence [Aki]   Dim 22 Sep - 19:03

Je souris à sa petite taquinerie. En fait, moi j’le trouve bien mon discours. Il ne plait pas forcément à tout le monde, mais « tout le monde » s’est habitué aux discours pleins de paillettes, les discours langue de bois. « Tout le monde » s’est habitué à ce qu’on le prenne pour un con, même directement, en face à face. Plus, il trouve maintenant ça normal. Pour lui un « pas tout le monde » qui fait un discours aussi « vide »que le mien n’a pas les talents d’orateurs nécessaires. Et attention, ça ne se limite pas forcément qu’à la basse classe, ou plutôt la populo, comme je l’appelle. Jutsugo et maintenant Aki en sont le parfait exemple. M’enfin. Désolé pour eux, mais je ne leur ferais jamais le plaisir de les prendre pour des cons.

    - Aha, pas facile de faire de “beaux” discours quand on a 18 ans. D’ailleurs, j’crois que je suis le plus jeune kage de toute l’histoire non ? C’est bien un coup à me faire gonfler les chevilles ça, tu crois pas ? Tiens, d’ailleurs, tu crois que j’vais tourner comme le vieux papy un jour ? Y voulait bien la paix lui aussi, au début.


Un autre truc qui n’allait pas changer chez moi, mon excentricité spirituelle. Et ça aussi, y va falloir faire avec, j’ai bien peur.
Mais Aki abordait déjà les sujets « délicats ». Car j’me doutais bien que ça allait être délicat avec elle, du moins pour la seconde partie. A peu près toutes les personnes dans l’unité des ambassadeurs cachée, telle que je la concevais étaient soit des gars sertis de pulsions meurtrières, soit des gars ayant juré de me suivre jusqu’au bout, soit… Des ninjas dans l’âme darkos trop sérieux qui veulent servir Suna à tout prix et qui sont trop badass parce que voilà ils se la jouent à la Itachi lel.

Aki n’appartenait à aucune de ces catégories. Elle n’était ni une meurtrière folle –du moins pas à ma connaissance, et étant moi-même un fou, je sais bien reconnaître mes pairs.-, ni quelqu’un qui allait me suivre aveuglement, ni même quelqu’un qui servira Suna à tout prix. Du moins, j’espère qu’elle est assez intelligente pour ça. La fidélité a des limites. Des limités proches de l’infinité, certes. Mais il y’a tout de même des limites. Donc… Comment aborder le sujet. Bizarrement sans les strass et l’estrade, j’étais meilleur quand il s’agissait de convaincre.

    - Ouaip, j’te verrais bien ambassadrice. Et Haru ton escorteur, si tu veux. J’suppose que vous séparer va être difficile, z’allez trop bie… Bref.


Proche de la boulette. Reprenons donc.

    - Mais c’est pas tout. Dis, tu crois que Suna détruite jusqu’au moindre grain de sable, sortant tout juste d’un régime dictatorial, va survivre à cette démocratie totale qui va être instaurée ? Plus, tu crois que les autres villages, en voyant notre état actuel, et notre nouvelle politique resteront gentils et bras croisés ? De même que pour les différents nukenins… Oh, et c’est juste une question, j’cherche à avoir le plus d’avis possibles.


Ouais en fait c’pas juste ça. Mais on va faire jôre, okay ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://narultimate-rpg.forumactif.org/t192-chinmoku-xaldin#481

avatar
Rang : Jônin

Messages : 29
MessageSujet: Re: La fin du silence [Aki]   Dim 22 Sep - 22:02

Aki se décontracta. Xaldin n'avait finalement pas tellement changé. Son passage en tant que Kage était certes récent, mais à dix-huit ans tout va tellement vite...

    « C'est dur de devoir l'admettre mais oui, tu es en effet le plus jeune Kage de l'histoire. Ta propre image doit être au beau fixe à l'étranger. J'imagine déjà les gros titres. Elle prit un air théâtral complètement absurde. 'Xaldin, le bébé du sable devient Kazekage !' ou encore 'Les Sunajin choisissent leur Kage à la crèche !'. »

Ce genre de titre, il fallait s'y attendre, cette espèce de propagande était le nerf de la guerre constante que se livrent les pays depuis x années. Mais même si les médias diffusaient très certainement cette image d'un Kazekage enfant, les têtes pensantes savaient qu'il en était autrement.

    « Les moins débiles pensent certainement que pour devenir Kage à cet âge, c'est que tu es talentueux. »

Aki marchait de long en large dans la pièce. Elle écoutait sagement les paroles de Xaldin. Elle fronça les sourcils lorsqu'il évoqua sa proximité avec Haru, il coupa aussitôt sa phrase, mais le mal était fait. Elle le laissa finir poliment avant de s'enflammer au quart de tour.

    « Moi !? 'Allez bien' avec Haru !? Mon ESCORTE !? Non seulement il refusera ce titre, mais je le refuse catégoriquement aussi ! Être ambassadrice, okay ce serait un grand honneur, mais avoir HARU constamment dans mes pattes ? Même pas en rêve ! Si il meurt je meurs aussi, je le protège autant qu'il me protège, notre 'proximité' s'arrête là. C'était faux, mais elle ne l'admettrait jamais bien entendu. Si tu me veux comme ambassadrice, alors Haru sera lui aussi ambassadeur. »

C'était catégorique. Aki ne s’embarrasserait jamais d'une escorte. Et Haru était le catalyseur de ses pensées. Pour qu'elle soit à fond, elle avait besoin de lui. L'avoir en escorte le mettrait à l'écart des rencontres diplomatiques. Elle avait besoin de son avis, de son ressenti direct. C'était ça, la complémentarité.
Elle se calma afin de répondre aux autres questions de Xaldin.


    « Le village est en piteux état, mais après cette période de dormance, tu redonnes le second souffle dont Suna avait besoin. Les villageois comme les ninja sont tous très impliqués dans la tâche et ça renforce les liens de tout le monde. Cette démocratie, je ne vais pas te mentir, c'est le gros point d'interrogation de cette histoire. En période de guerre, c'est une politique assez discutable, mais c'est très honorable. Si tu maintiens le village avec cette politique, tu gagneras non seulement le respect des Sunajin, mais aussi celui des autres pays. Si tu te plantes... le village s'écroulera sur lui-même et nous serons à la merci de tous nos ennemis. Actuellement, tes chances de réussite sont de l'ordre de quarante-neuf pour cent. Le pourcentage manquant, c'est la probabilité d'une trahison de Kiri. Elle arrêta ses allés-retours et se laissa tomber sur une chaise, recroquevilla ses jambes contre elle et les entoura de ses bras. Elle reprit. Concernant le point de vu des autres villages, je ne pense pas qu'ils nous attaquerons tant que notre système ninja restera actif. Cette guerre civile n'a pas suffisamment durée pour que nos ennemis nous jugent suffisamment affaibli pour un assaut frontal, et le fait qu'on ait Kiri à nos côtés ne leur donne certainement pas envie de jouer à ce jeu. Peut-être même nous craignent-ils... »

De nombreuses idées se bousculaient dans sa tête, toutes plus ou moins confuses. Suna avait une quantité impressionnante de carte en main, ne restait plus qu'à faire les bons choix.

    « Nous devons absolument maintenir nos relations avec Kiri au beau fixe, voire même les améliorés autant que possible. Si nous arrivons à retirer ce pourcentage en moins, tout deviendra incroyablement plus simple... »

Encore fallait-il trouver comment améliorer cette relation au point que le Mizukage se batte définitivement pour Suna...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://narultimate-rpg.forumactif.org/t382-aki-hanabusa

avatar
Rang : Kazekage

Messages : 220
MessageSujet: Re: La fin du silence [Aki]   Sam 5 Oct - 21:36

J’aime bien voir les gens perdre leur sang froid. C’est paradoxal dans un certain sens, mais ça a un effet relaxant, limite apaisant. Et puis c’est drôle. Parce qu’un accès de colère tel que celui-ci révèle beaucoup de choses. Même pas besoin d’utiliser une de mes techniques pour savoir ce qu’ils ressentent l’un pour l’autre, ces deux là. Ca saute aux yeux, mais ils ne l’ont peut être pas remarqué. Ou ils font semblant. Ou les deux. Me demandez pas comment ça pourrait être les deux, ma dernière relation sérieuse remonte à l’époque où j’perdais encore mes dents d’lait. Ouais. Y’a quat’ cinq ans.

Bref, le fait est que j’avais décidé qu’en venir au fait directement serait plus facile. Inutile de tourner en rond aussi longtemps pour un truc qui n’aboutira peut être pas.
Mon ton se fit plus grave. Mon œillade céruléenne était perçante, limite intimidante, alors que d’habitude lorsqu’on me voyait l’on avait envie de sourire.

    Assied-toi s’il te plait.


Ca n’avait pas été dit sur un ton autoritaire, ni froid.

    Le truc c’est qu’il ne peut pas être ambassadeur, tu sais mieux que moi pourquoi. Mais le truc aussi c’est que pour ce job, vous allez devoir être deux.
    J’vais pas y aller par quatre chemins. Je ne crois pas qu’on peut obtenir la paix comme ça, tout simplement en adoptant un discours et une tenue de hippie avec tout le monde. Ceux qui croient le contraire se leurrent. Ce n’est pas par hasard que j’ai choisi Kiri comme allié.
    Pour avoir cette paix, il va falloir se salir les mains pour les autres. C’est ce en quoi je crois. Quelqu’un au moins doit faire le sale boulot, derrière. Suna n’est qu’une maquette réduite de cette « paix mondiale ». Si les hommes, et femmes veulent vivre sereins entre eux à notre époque, si l’on veut progresser, si l’on veut rester en sécurité, quelqu’un devra se charger du boulot que tout le monde faisait avant. Les choses ne changent pas aussi vite c’est simple. Quelqu’un doit perpétuer les vieilles habitudes, jusqu’à ce qu’on n’en ait plus besoin. Sinon, comme tu l'as toi même dit, tout peut s'écrouler en un clin d’œil. Et moi je suis quelqu'un qui bâtit tout sur des bases solides.


Elle était entrain de découvrir un tout autre Xaldin. Un Xaldin calculateur et réaliste, limite pessimiste.

    Et puis, il y’a tous ces meurtriers fous, aux pulsions incontrôlables. Ces aliénés, ces ninjas qui sont faits pour tuer. L’hémoglobine est leur drogue, elle est leur passion. Lâchés dans la rue, ils finiront par faire du mal, et ne compte pas sur moi pour les expulser. Je suis Kazekage sans jamais avoir tué personne. Même Kao je voulais le laisser vivant. Et ça ne changera pas. Je ne ferais jamais quelque chose de mal sans que ce soit nécessaire. Et aujourd’hui, ce dont je te parle est une nécessité.

    Voilà, j’ai assez tourné autour du pot. Je suis entrain de monter une seconde unité au sein de Suna. Les ambassadeurs de la nuit. Pour l’instant, nous ne sommes que trois. Avec toi et Haru, ça en fera cinq. Et je compte bien ramener d’autre personnes. Nous sommes la vraie ombre de Suna. Nous agissons sans que personne n’en sache rien, et nous faisons tout pour maintenir la paix et la sécurité à Suna. Nous sommes des ambassadeurs ou des escorteurs normaux, en mission. Mais nous sommes souvent envoyés comme membres de cette seconde unité. Espionnage, interrogatoire et torture, traque et capture, il y’a de tout. Du travail ninja le plus basique au travail que seul quelques hommes au cœur de pierre pourront effectuer. La première règle est de n’accomplir de mauvaises actions que si c’est inévitable. La deuxième est de ne jamais révéler notre vraie appartenance. La troisième est de ne jamais nuire à un Sunajin, directement ou indirectement.

    Que ce soit du travail diplomatique secret, un espionnage ou un assassinât, nous ne dérogerons jamais à ces règles. Je t’ai tout expliqué, pour le reste, je laisse ta conscience et ton bon sens décider. Je te répondrais en ce qui concerne Kiri, ton rôle au sein de l’unité et tout le reste après ça.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://narultimate-rpg.forumactif.org/t192-chinmoku-xaldin#481

avatar
Rang : Jônin

Messages : 29
MessageSujet: Re: La fin du silence [Aki]   Mar 8 Oct - 18:31

Alors c'était ça au final... cette histoire d'ambassadeur n'était qu'une sorte de couverture afin de cacher des projets bien plus sombres. La jeune femme, dans sa tenue de diplomate, et Haru dans un pseudo-rôle de garde du corps ne serait que la partie visible d'un iceberg meurtrier.
L'idée lui plaisait totalement pour la simple et bonne raison qu'elle et Haru était tout à fait désigner pour remplir ce rôle. On pourrait même presque croire que l'idée générale de l'unité avait été forgé autour de leur duo...
Un sourire se dessina sur ses lèvres jusqu'à ce qu'un détail la fasse passer de la satisfaction à l'agacement.


    « Comment ça... on ? Ne me dit pas que t'as l'intention de faire parti d'une unité d'élite alors que t'es Kage ? Dit-elle d'une voix suintant l'exaspération. C'est clair, tu as un pouvoir qui me fait trembler rien que d'y penser mais quand même... Suna a besoin de toi ailleurs que sur le champ de bataille, et surtout, si tu meurs, ce sera la fin du village. Le système est beaucoup trop instable en ce moment ! »

La Hanabusa savait au fond d'elle que le Kazekage ne changerait pas ses projets. Mais elle aurait été plus rassurer de savoir Xaldin en sécurité quand elle partirait en mission. Une raison supplémentaire d'avoir peur de la mort n'était vraiment pas nécessaire. Elle devait protéger deux personnes à n'importe quel prix à présent. Elle devait être forte pour deux hommes sur qui reposait son Destin. Elle serra les poings, rentrant pratiquement ses ongles dans sa peau avant de reprendre.

    « Je parlerai de tout ça avec Haru. De toute façon, lire et signer des papiers à longueur de journée c'est pas son truc. J'pense qu'il sera partant quand je lui parlerai de... la nuit. Je serai la plume et il sera le couteau. Tu peux compter sur nous, Xaldin. »

Son regard était déterminé. Aki devait admettre qu'elle était pressée d'en savoir plus. Elle savait que dans un premier temps, ce ne serait pas facile de convaincre Haru d'être son escorte, mais elle était certaine qu'il changerait d'avis en apprenant qu'en réalité, il serait membre d'une unité chargée de renverser la guerre en frappant l'ennemi en plein cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://narultimate-rpg.forumactif.org/t382-aki-hanabusa

avatar
Rang : Kazekage

Messages : 220
MessageSujet: Re: La fin du silence [Aki]   Dim 20 Oct - 10:14

Pendant un instant, j’ai cru que Suna allait devoir faire face à une deuxième rébellion consécutive. Mais finalement, les traits colériques qui s’étaient un instant dessinés sur son faciès étaient liés à son appréhension face au fait que je participe moi-même à cette unité. Il semble que je dois encore expliquer deux trois trucs.

    Sisi, j’en ai bien l’intension. C’est pas seulement par peur de croupir dans un bureau. Et puis, mon binôme est loin d’être incompétent, et pour s’agir d’effacer nos traces, c’est le meilleur à Suna, et très certainement l’un des meilleurs au monde. Et puis même si je meurs, y’a des gens qualifiés pour me remplacer.


Que ce soit Zankô, Kuna, ou même Aki elle-même, les personnes ne manquaient pas. Mais j’évite de penser à ça, car les chances pour que ça se produise sont… Quasi nulles.
Bref, tout ça pour dire que finalement, ça ne s’était pas si mal passé. Convaincre le quidam n’allait pas être facile, mais je suis sûr qu’elle y arrivera à la fin. Et si elle n’y arrive pas, je suis sûr que l’orgueil de Haru sera trop grand pour qu’il la laisse avoir la part du gâteau toute seule.

    Bon, maintenant que tu as accepté, nous pouvons passer à la suite.

Même démarche que pour Moujuu, un livre, deux livres, trois livres, suivis d’un léger cliquetis.

    Les légendes de Kimiko le roux. Je suppose que même toi, tu ne les a pas lues. Bref, faisons bref, ce sont les galeries souterraines qui servaient autre fois de passage secret aux Chinmokus. Etant donné qu’une bonne partie de ma famille va être de la partie au sein de l’unité, j’préfère utiliser ce conduit que le condamner. Toi et Haru, vous n’aurez à l’utiliser qu’en rentrant de besogne, vu que vous aurez peut être à transporter des corps, mais pour certaines tâches comme l’espionnage, emprunter ce passage va devenir une habitude quotidienne.


Je suppose que découvrir ce passage lui en bouchait un coin. Comme quoi, le savoir n’était pas toujours inscrit sur une feuille ou une encyclopédie. Les femmes d’abord comme l’on dit !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://narultimate-rpg.forumactif.org/t192-chinmoku-xaldin#481

avatar
Rang : Jônin

Messages : 29
MessageSujet: Re: La fin du silence [Aki]   Lun 21 Oct - 16:38

Quel borné... Comme elle le pensait, ce n'était même pas la peine d'essayer de le faire changer d'avis, mieux valait le menacer.

    « De toute façon, si tu meurs, je trouverai un moyen de te ressusciter pour te tuer à nouveau et tu sais que je suis capable d'inventer un jutsu de ce genre rien que pour ça ! »

C'était un projet monstrueux dont beaucoup de livre parlait en réalité, mais strictement personne n'avait eut le moindre résultat probant, ou du moins pas à Suna. Beaucoup arrivait à donner vie à des corps, mais personne ne savait faire revivre l'âme et si jamais quelqu'un avait réussi un jour, il avait emporté son secret dans la tombe.

Quand Aki entendit le cliquetis, elle se leva immédiatement de sa chaise et se précipita devant la bibliothèque, comme attiré par une irrésistible envie de découvrir ce que ce système digne des meilleurs romans policiers pouvait cacher. Elle s'avança lentement devant Xaldin et franchit en première la ligne séparant le bureau et l'entrée du passage secret.


    « Alors voilà ce que cachait les souterrains de la ville... ça me semblait bizarre qu'on ait jamais exploité le sous-sol et qu'aucun document ne fasse part d'un projet pareil... »

Elle continua d'avancer. Le souterrain était éclairé par une série de torche qui était sûrement changé de temps. Malgré tout, leur nombre n'était pas suffisant et l'ambiance restait relativement feutrée, voire lugubre.

    « Tu sais, une fille normale se demanderait pourquoi un type aussi chelou que toi l'emmènerait dans un endroit aussi sombre et vide... tu me fais la visite ? J'y vois rien et ça a l'air d'être un vrai dédale... »

En effet, la Hanabusa se tenait à présent devant un embranchement à trois voies et quelque soit la direction dans laquelle on regardait, on ne voyait rien de plus qu'un long couloir envahit par les ténèbres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://narultimate-rpg.forumactif.org/t382-aki-hanabusa
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: La fin du silence [Aki]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La fin du silence [Aki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Ultimate RPG :: Kaze no Kuni :: Suna Gakure no Sato :: Tour du Kazekage :: Salle du Kazekage-