Partagez | .
 

 L’orage gronde… [PV Kumojins]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Rang : Raïkage

Messages : 256
MessageSujet: L’orage gronde… [PV Kumojins]   Lun 30 Sep - 1:13

Cela faisait trois mois.

Depuis ce temps, Shinrei était devenu Raïkage et, à ses yeux, rien n’avançait. Par sa faute, se disait-il. Le sentiment de revanche s’était, semblait-il, envolé des cœurs des Kumojins pour profiter de l’oisiveté dans laquelle le village était plongé depuis sa quasi-annihilation. Et cela faisait bouillir le sang du Kaguya, qui n’en pouvait de rester là, les bras croisés, sans abattre la fureur de ses poings sur la tête de ses adversaires. Longtemps qu’il ne s’était pas amusé et rien ne pouvait l’apaiser. Rien sauf la tombe de son ami, Ayane. Si aujourd’hui il était le Seigneur du village caché des nuages, c’était bien grâce à elle. Assis devant la pierre tombale de la femme qui fut une inconnue, puis son amie, sa meilleure amie et enfin sa fiancée, Shinrei semblait exprimer des regrets, chose tout à fait rare pour lui. Marmonnant des paroles, il racontait à voix basse tout ce qu’il se passait à l’ancienne Kumojin.

Il n’hésitait pas à tout lui confier, jusqu’à sa récente alliance avec Hikari. Pour sûr qu’elle se serait disputée avec lui pour avoir pris une telle décision mais qu’importe, Shinrei se rappelait des derniers mots de sa belle : « la venger et protéger Kumo ». Pour elle, il accomplira ses derniers souhaits. Il défendra son village comme il aurait dû défendre sa meute plusieurs années auparavant. En y réfléchissant de plus près, Ayane lui avait accordé sa seconde chance, une chance de tirer un trait sur son douloureux passé. Sachant que le moment était venu, Shinrei se pencha vers la photo de sa fiancée posée devant sa pierre tombale et embrassa le portrait de la kunoichi décédée. Malgré le fait que sa mort remonte à il y a trois mois pour lui, cela fait des siècles qu’elle l’a quitté.

Il posa délicatement la photo devant la pierre tombale avant de se lever et de tourner le dos au lieu où repose sa compagne et le cimetière. Aujourd’hui, il avait une tâche importante à accomplir et cela se passait dans un lieu dont les travaux étaient enfin achevés…

Une demi-heure plus tard, Shinrei arriva sur les lieux du nouveau camp d’entrainement extérieur, situé non-loin d’un parc au sein du village. Le terrain était vaste, mesurant plusieurs hectares afin d’y accueillir une multitude de rixes. En cas de nouvelles invasions, ce terrain sera donc parfait pour épargner les civils et leur laisser le temps de fuir. Qui plus est, nombreux étaient les dispositifs piégés à y être installés, cela étant mis en place pour retourner la bataille à l’avantage des Kumojins en cas d’affrontement contre un envahisseur. Shinrei n’était en rien imprudent et veillait au grain quant aux systèmes de sécurités du village, que ce soit de la petite échoppe marchande aux portes du village.

Ses bras croisés, le jeune Raïkage se positionna debout sur le sommet d’un poteau de bois mesurant un mètre cinquante. Sa veste rougeoyante virevoltant à chaque souffle de vent, tout comme sa chevelure blanche neige, le Kaguya attendait impatiemment les shinobis qu’il avait convoqués. Ils étaient nombreux et de tous rangs et cela était quelque chose qui comptait à ses yeux : il avait besoin de différents niveaux pour mener à bien son entraînement. Car oui, il comptait les entraîner. Après tout, aussi fort qu’il soit, il lui faudra bien une force de frappe conséquente pour se venger de Kiri…

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://narultimate-rpg.forumactif.org/t133-kaguya-shinrei#288

avatar
Rang : Jônin

Messages : 16
MessageSujet: Re: L’orage gronde… [PV Kumojins]   Dim 6 Oct - 17:46

Le rayon de soleil traversa l’œil du kumojin, l’extirpant des bras de Morphée et de la douce illusion qu’elle lui offrait. Azelot se redressa difficilement, cachant la lumière de ses grosses mains cornées. Une barbe mal rasée encadrait le visage de cet homme fatigué. Les premiers pas furent rudes, raisonnant dans la maison vide comme la solitude dans le cœur du veuf. La maison n’était plus là même qu’avant. Où étaient les cris de joie des enfants ? Où était le soupir désespéré et pourtant si aimant de la maîtresse de maison ? Où étaient toutes ses choses qui avant n’avaient pas d’importances mais qui aujourd’hui manquaient cruellement. Il n’y avait plus que les pas lourds du Kajigin, se dirigeant lentement vers la cuisine, comme une bête vers sa tanière, comme une ombre fuyant la lumière. Quelques larmes s’échappèrent des yeux du shinobi alors qu’il marmonnait un son inaudible, un sourire amer sur les lèvres. Larmes qui tombèrent dans le fond de son thé brouillant l’image de l’homme.

Le ninja alla à la fenêtre, sa tasse de thé à la main. Scrutant le soleil en pleine ascension. Chaque matin la douleur était vive, mais chaque matin, comme le soleil il se relevait. Il était un Kajigin, un des fils des fondateurs du village. C’était pour cette raison qu’il se tenait toujours debout. Son village, ses coéquipiers, sa famille avait besoin de lui. Ils avaient besoin de pilier pour se reconstruire, ils avaient besoin des Kajigins, de lui. Sa pensée fut interrompue par l’arrivée d’un oiseau de proie à sa fenêtre, l’oiseau qui donnait les missions. Buvant une gorgée de son breuvage il libéra le rapace de son devoir et décacheta l’enveloppe. La surprise d’Azelot fut grande lorsqu’il prit connaissance du sujet de ce message. Une réunion au camp d’entraînement initiée par le Raikage lui-même. Le forgeron n’avait pas vraiment prévu cela dans ses plans pour la journée. Mais une lettre de cette importance ne pouvait être ignorée de sa part.

Le moment de partir pour la réunion approchait. C’était peut être un tord, mais Azelot n’avait pas ses habits de shinobi. Même devant le Raïkage il ne pensait pas important de les porter. Il était un citoyen avant tout, un forgeron ensuite, et pour finir un ninja. Son grade au sein des ninjas lui avait été donnée après la grande débâcle d’il y avait trois mois. Il le savait lui-même, il ne le méritait pas. Recevoir le grade de Juunin pour avoir seulement tuer trois ennemis, abandonner sa famille, et condamner ses frères restés à l’extérieur du volcan était une honte pour lui. Son geste avait peut être sauvé bon nombre de civiles, mais ça avait été tout de même une condamnation pour beaucoup d’autres. Depuis se jour, un feu brûlait au fond de lui, comme dans l’âtre de son atelier. Petit feu qui avait vite fait d’exploser. C’était une caractéristique de l’homme, autrefois endormis, comme le volcan sa rage explosait. Le ninja était un héritier de cette haine viscérale envers les ennemis de Kumo. Ces êtres qui périraient par le feu pour leur traitrise.

***

Azelot marchait à travers le camp d’entrainement. Endroit qui servait de point de réunion donné par le Raïkage. Le chef du village était d’ailleurs présent, majestueux. Du haut de son poteau il scrutait les environs, attendant sûrement les hommes qu’il avait convoqués. Le forgeron avançait seul en face du Raïkage. Un vent puissant soufflait de la poussière. Le ninja marchait droit, son allure n’était plus voûtée comme le matin. Il avançait avec allure, ses muscles le soulevant avec aisance, donnant l’impression que rien n’aurait pu l’arrêter. Pourtant l’homme se stoppa. Il était à environs trois mètre du Raïkage lorsqu’il posa son genou gauche au sol et regarda le sol en signe d’allégeance. La parole suivit le geste avec une voix qu’il voulu sûr et déterminée.

« Azelot Kajigin pour vous servir seigneur Raïkage. Ce corps, cette âme et tout ce qu’ils peuvent apporter sont à vous. Avec vous je reconstruirais Kumo Gakure no Sato sur les dépouilles de nos ennemis, si haut que personne ne pourra plus imaginer nous provoquer ! »

Le foyer dans le ventre du Kajigin s’était réveillé avec ces mots. Ses yeux lançaient à la terre un regard haineux mais plein d’une volonté inébranlable. Ces mots n’avaient pas été prononcés pour plaire au Raïkage, ils résonnaient dans la tête du ninja comme une tempête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://narultimate-rpg.forumactif.org/t250-kajigin-azelot

avatar
Rang : Jônin

Messages : 13
MessageSujet: Re: L’orage gronde… [PV Kumojins]   Ven 11 Oct - 5:31

Le regard sombre, perdu dans le vide, ses pensées vagabondent. Ce village, cette animation... Le chaos, pourtant si proche, semble si loin. Cette étrange tranquillité d'esprit, plus présente que jamais ces dernières semaines, est soudainement perturbée par une violente douleur qui le saisit dans le dos, juste entre ses omoplates. Elle dure un instant, puis s'estompe peu à peu, remplacée par une agréable chaleur qu'il sent s'écouler dans tout son corps. Assis en tailleur, au milieu de la pièce, il n'est pas seul. Derrière lui, une jeune femme, assise dans la même position, paumes ouvertes vers son dos nu, effectue de lents mouvements de bras, comme guidant cette chaleur, qui commence à s'estomper, à travers son corps. Au fur et à mesure que ces sensations disparaissent, la respiration de Rakurai se fait plus calme, plus profonde. Son visage crispé par cette désagréable sensation s'adoucit en même temps que le flot s'écoule le long de ses membres. Les longs cheveux argentés de la jeune femme caressent le haut de sa nuque. Ses yeux, dont le bleu électrique contraste avec la pâleur de sa chevelure, sont fixés sur la colonne vertébrale du garçon, suivant la progression des soins. Ils sont seuls ; les bruits du village sont trop lointains pour perturber ceux de leurs respirations respectives. Dans cette intimité, un premier mot va briser le silence apaisant qui s'éternise en ce lieu.

«  Tu... Elle s'arrête, semble ne pas vouloir finir la phrase qu'elle commence à peine. Comprenant qu'elle s'est résignée, Rakurai murmure, comme s'il ne voulait pas vraiment se faire entendre.
- Au moins, c'est efficace... Merci. »

Merci. Ça lui fait bizarre, de s'entendre dire ça. Un mot qu'il n'a pas l'habitude de prononcer, mais qui s'impose peu à peu dans son vocabulaire, comme à chaque fois que Kaori lui administre un traitement. Quant à elle, malgré la bienveillance évidente dans ces paroles, elle perçoit la nuance menaçante qui accompagne chacun des mots du jeune homme, peu importe ce qu'il dit. C'est quelque chose qu'elle n'arrive pas à ignorer. Après tout, cela provoque le même frisson que lorsqu'elle l'a vu entamer la chute, quelques semaines auparavant, qui provoqua leur rencontre. Malgré l'affection – et la pitié qu'elle n'ose pas montrer – qu'elle porte à son patient, cette appréhension envahit son esprit à chaque fois qu'elle le voit. Il l'intrigue, mais elle ne veut pas l'ennuyer en parlant de guerres, de morts, de conflits ou d'assassins. La maladie qui le ronge est suffisamment douloureuse à elle seule.

Tout à coup, le visage de Rakurai se crispe, comme s'il se concentrait sur un effort particulièrement intense. Lentement, sa tête commence à osciller sur ses épaules. Son regard absent semble suivre des lignes imaginaires sur le mur de pierre qui lui fait face. Après un instant, il se retourne avec vivacité pour se lever tout aussi rapidement.

« Apparemment, je suis obligé de te laisser.
- C'est le message de l'autre jour ? demande Kaori, se sentant comme forcée de s'assurer qu'il n'arrivera rien à celui qu'elle continue à voir comme un simple malade, et sûrement pas comme un shinobi à part entière.
- Ouais, c'est ce Shinrei. Il doit avoir quelque chose derrière la tête. J'pensais pas qu'il ferait appel à d'autres que moi. »

Kaori ne répond pas, mais le ton boudeur de Rakurai la fait pouffer. Cela lui évoque un gamin qui découvre qu'il va être forcé de partager un paquet de bonbons. Cependant, elle ne met pas longtemps avant de le regretter. Elle considère que la discussion est encore loin d'être finie, mais elle ne l'a même pas senti se déplacer. A présent, il doit être loin. Comme d'habitude, il a disparu trop tôt. Elle pousse un soupir, tout en se demandant si elle a bien raison d'accorder tant d'importance à un shinobi atteint par la dégénérescence osseuse du clan Kaguya...

Ils ne sont pas si nombreux que ça, au final. De loin, Rakurai perçoit les quelques chakras, certains bouillonnant de rage, d'autres calmes et lucides – s'il peut vraiment les décrire ainsi -, dont il a suivi les mouvements quelques minutes plus tôt. Il s'est assuré de dissimuler le sien ; simple réflexe lorsqu'il se déplace parmi les foules. Il hésite un instant. Doit-il s'approcher, ainsi que la politesse le conviendrait, ou vaut-il mieux qu'il reste en retrait, comme à son habitude ? Son dilemme est rapidement réglé : le nouveau Raïkage – auto-proclamé, soit dit en passant – compte s'adresser au village, ou au moins à ses shinobi. Autant se placer suffisamment près pour entendre, sinon il devra aller poser des questions à la fin du cours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: L’orage gronde… [PV Kumojins]   

Revenir en haut Aller en bas
 

L’orage gronde… [PV Kumojins]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Orage sur Le Havre
» Orage d'été -TANKA-avec mp3
» Nouvelle amitié? (Pv Orage du Matin)
» Baptême d'un Orage
» Présentation de Lune d'Orage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Ultimate RPG :: Kaminari no Kuni :: Kumo Gakure no Sato :: Village-