Partagez
 

 Tenbatsu Raïken

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tenbatsu Raïken
Rang : Nukenin

Messages : 14
Tenbatsu Raïken Empty
MessageSujet: Tenbatsu Raïken   Tenbatsu Raïken EmptyMer 10 Juil - 18:01



"L'habituel défaut de l'Homme est de ne pas prévoir l'orage par beau temps" 
Nicolas Machiavel
o Nom : Tenbatsu
o Prénom : Raïken
o Âge * : 30 ans
o Villages souhaités * : Nukenin et Ame
o Ancien village (uniquement pour les Nukenins) : Iwa
o Capacité spéciale : Contrôle des Frelons du clan Tenbatsu

o Description du personnage * :

On pourrait facilement s’imaginer parler ici d’un homme assez grand au physique athlétique et élancé. On s’attarderait sur sa musculature fine, presque féline qui l’a toujours prédisposé à une approche indirecte des affrontements. Mais au final on ne voit qu’une chose quand on regarde Raïken. Un seul élément frappe ceux qui croisent son chemin : ses bandages. 
Choix purement esthétique, nécessairement disgracieux mais qui « cache la misère ». Misère dans lequel se trouve son corps, intégralement brûlé. Suite à « l’incident » survenu voila 5 ans, le corps de Raïken est devenu une abomination. Profondément marqué par le traumatisme de ce changement, la personnalité du Nukenin a directement été influencée par ce changement.
Passé la phase du déni, c’est vers une profonde dépression que c’est laissé entraîné le Tenbatsu qui a péniblement remonté la pente tout au long des années qui ont passés. 

Ceux qui ont connu Tenbatsu Raïken alors qu’il était un shinobi d’Iwa parlent de lui comme s’il était mort. Par ailleurs, quand on sait qu’il est sans doute le plus notable des traîtres enfantés par cette guerre on ne s’en étonnerait même pas. Mais Tenbatsu Raïken a surtout perdu lors de ces événements tout ce qui le rattachait à son enfance. Adolescent prodigue obligé de grandir trop vite, il a remplacé sa compassion par le pragmatisme et sa bonne humeur par le détachement.
Sur son sort il ne s’apitoiera jamais. Les quolibets sur son apparence ne l’ont jamais réellement affectés et il a suffisamment d’estime de lui-même pour ne pas être déstabilisé par la première remarque. C’est donc un homme très calme, rarement en colère et qui a finalement compris que l’on était peu de choses sur cette terre. Qu’on parvienne à laisser notre empreinte, dans la roche où dans les cœurs, on ne vit réellement que pour le voyage et pas pour la destination.

o Histoire (25 lignes minimum)* :

Il n’avait jamais réellement compris la nécessité d’un tel cérémoniel. Le visage totalement fermé, il essayait de maintenir son attention sur chacun des gestes de la doyenne des kunoichi qui égouttait gracieusement la louche au-dessus de l’âtre. La vieille femme avait la peau parcheminée par les années mais sa posture demeurait impeccablement droite et chacun de ses gestes étaient remplies de grâce. Elle exécuta parfaitement l’infusion et pris le récipient de thé qu’elle fit tourner plusieurs fois dans sa main avant de le poser devant le Tsuchikage.
Ce dernier s’inclina et attendit que Raïken soit lui aussi servi avant de porter la coupe à ses lèvres. Le Shinobi lui jeta un regard perplexe et haussa les sourcils en buvant lui aussi.

    - Nous sommes donc d’accord ?
    - Vous ne me laissez pas vraiment le choix Kage-sama.

Les deux hommes échangèrent un sourire sincère. Ils avaient fait leurs classes ensemble, sans nécessairement se côtoyer. Mais un profond respect les liait, le genre de sentiment qui peut exister entre deux hommes qui avaient vu disparaître la quasi-intégralité de leurs camarades d’enfance au fur et à mesure des batailles.

    - Vous avez encore besoin de moi Kage-sama ?
    - Non cela ira Kanae.

Le Tsuchikage avança une des figurines sur la carte du pays et donna un parchemin à la vieille femme qui s’inclina avant de quitter la pièce. Raïken observa le chef du village d’Iwa perdre son regard sur la figurine d’ivoire.
Le shinobi comprenait que son chef avait encore du mal à réaliser ce qui était en train d’arriver. Les troupes d’Ame s’étaient mises en marche. Leur future attaque défiait toute logique, que pouvaient bien faire un si petit village contre la force que représentait Iwa. Les troupes de la roche étaient 10 à 15 fois plus nombreuses… En accomplissant le plan du Tsuchikage, la bataille tournerait au massacre. Il suffirait d’ouvrir les portes du village pour que la montagne engloutisse définitivement les shinobis de la pluie.

    - Bien… Si tu parviens à t’avancer suffisamment dans les lignes d’Ame tu pourras couper leurs retraites et leurs lignes de ravitaillement. La victoire sera rapidement notre. Pour Iwa.
    - Pour Iwa.

*****
Personne n’aurait compris…
Ce n’était pas tant l’irrégularité de la route qui rendait le trajet pénible pour le chariot. La foule faisait bloc, chacun des êtres qui la composaient souhaitait regarder dans les yeux l’homme qui était amené vers ce qu’il restait de la place du village. Les décombres encore fumantes, les gravats,  un spectacle désolant qui ne laissait rien transparaître de ce qu’avait pu être le fier village d’Iwa voilà encore 3 jours. Imaginer pouvoir tout reconstruire était une hérésie. Depuis l’attaque d’Ame, Iwa ne serait plus qu’une coquille vide…
Mais aujourd’hui tout le monde oubliait la quasi-destruction du village. Aujourd’hui, le peuple de la roche laissait éclater sa colère et sa haine. Oubliant le temps d’un après-midi les forces d’Ame et leur écrasante domination sur le champ de bataille. Les shinobis d’Iwa, les civils de Tsuchi No Kuni et même des factionnaires d’Ame, laissez ici pour garder le village sous surveillance, se réunissaient pour voir passer le traître.
Le pilori était monté sur un chariot. D’ordinaire les exécutions étaient un instant solennelle mais de mémoire d’homme jamais un peuple n’avait autant communié dans la haine. Il faut dire que la faute du shinobi était à la hauteur du courroux de la masse. Il avait tué ses frères d’armes, il avait saboté la mission qu’on lui avait confiée. A cause de lui un flot incessant de troupes s’était déversé sur Iwa. A cause de lui, Ame avait réussis l’improbable. La destruction entière d’un village, de ses remparts, de ses habitants de son âme, tout ça par la faute d’un seul homme.

Le chariot stoppa sa progression et huit shinobis se réunirent autour de leur ancien camarade. Nombreux pour le spectacle car un seul d’entre eux aurait suffi à transporté le prisonnier. Le corps recouvert de plusieurs couches de sang séché, personne n’avait souhaité le laver pour l’exécution.
Amené sur une stèle de pierre, Raïken ouvrit péniblement un œil gorgé de sang tandis qu’on l’amenait au centre de la pierre. Une odeur âcre envahissait ses narines. Il connaissait le châtiment réservé au traître. D’eux il ne devait rester rien, on effaçait leurs traces pour effacer leurs existences même. Derrière lui la cuve d’acide bouillonnait sous l’effet de flammes, alimentées avec zèle depuis plusieurs heures. On le plongerait dedans, le liquide deviendrait opaque avec une forte dominante de rouge. Tout un village attendrait alors que l’acide redevienne transparent : symbole de la purification absolue.
Il redressa la tête et son regard croisa celui du Kage. Solennellement, ce dernier vint se positionner face à lui, dos à la foule, symbole du rempart qu’il incarnait entre le peuple d’Iwa et le traître. Protégeant son peuple, le chef d’Iwa soutenu longuement le regard du traître.
Imperceptiblement, la commissure de ses lèvres tressauta.
Dans un ultime sursaut Raïken profita du relâchement des gardes pour saisir le Tsuchikage par son obi et le tirer violemment vers lui. Le traître sentit le vide son sous pied et s’agrippa fermement au Kage en laissant la gravité faire le reste. Tout avait duré moins d’une seconde.

Les deux hommes basculèrent de la stèle dans la cuve provoquant des hurlements dans la foule qui mit plusieurs secondes à réagir. Les gardes, dont certains avaient été proches d’empêcher Raïken d’agir, mirent plusieurs secondes à réagir.

L’acide commença à brûler les deux corps. Raïken sentit sa peau se dissoudre. Ses paupières fermées le brûlaient. Mais à aucun moment il ne lâcha le Kage. Ce dernier se débattait. Un shinobi a beau avoir tout le pouvoir du monde, plongé le dans un bain d’acide et il redeviendra un homme ordinaire.

Combien de temps depuis que les deux hommes avaient sombré ? L’acide translucide mêlait le rouge sang à la couleur chair. Mais très rapidement, la cuve bascula et déversa son contenu et les deux hommes sur la place en brûlant au passage les jambes  des badauds trop curieux.
Refusant d’ouvrir les yeux, Raïken ne put se fier qu’à ses oreilles. Entendant déci-delà les hurlements des femmes à la vue du traître et du Tsuchikage. Il ouvrit finalement la bouche prenant une profonde inspiration. Un homme poussa un cri de dégoût derrière lui alors qu’il sentit que l’on tirait sur son scalp. A cet instant il aurait pu jurer avoir senti chacun de ses cheveux se décoller de sa peau sous l’effet de l’acide. Il ne sentit pas la lame se poser sur sa gorge mais l’imagina.

Personne ne comprendra…

    - Non ! Ne le tuez pas ! Vous ne feriez que lui rendre service.

Il se hasarda à ouvrir un œil pour voir face à lui Kanae, la vieille kunoichi. Son regard balaya la scène. Un homme fit un signe de tête à un autre et se leva laissant apparaître au regard de Raïken le corps du Tsuchikage qui gisait inerte. Sa joie fut rapidement remplacée par l’angoisse. Du chef d’Iwa on ne pouvait deviner les traits, sa peau avait brûlé sur son corps lui donnant l’apparence d’une gigantesque plaie. Raïken regarda ses mains : des cloques de sang.
La kunoichi effectua rapidement un mudra et déversa sur lui une trombe d’eau. Il réalisa seulement à cet instant la douleur que son cerveau avait occulté jusqu’alors. Il manqua de s’évanouir mais déjà la vieille femme était sur lui pour l’empêcher de s’affaisser.

    - Tu t’imagines pouvoir mourir avec le sourire après ça ? Tu vas vivre Raïken, tu peux me croire... Tu vas vivre.

Un sentiment de terreur le submergea. Ce n’était pas comme ça que ça devait se passer.
*****

    - Tenbatsu Raïken ? Je connais ce nom. C’est toi qui as vendu le village d’Iwa à Ame. Précipitant ainsi la chute de ton village.
    - C’est très gentil à vous de m’accorder autant de crédit mais en vérité Ame n’avait besoin de personne pour accomplir ce qu’ils ont fait.

Le corps couvert de bandage, Raïken esquissa un sourire sans convictions à son interlocuteur. Ce dernier était visiblement mal à l’aise, n’osant pas le regarder de peur de lui rappeler son handicap. Mais il était difficile de faire autrement. Rarement un homme avait dû subir de telles conséquences à ces actes.
Il avait dû se contenter des bandages pour masquer la sévérité de ses blessures. Tout son corps était brûlé, des mèches éparses de cheveux dépassaient de ses bandages mais elles n’étaient pas capables de faire illusion. En réalité, Raïken n’avait plus rien de commun avec ce qu’il était avant.

    - Maintenant si vous ne souhaitez pas faire affaire avec moi dîtes le tout de suite. Je suis persuadé que d’autres « marchand » seront ravis de s’offrir mes services.

Son interlocuteur, un petit homme bedonnant engoncé dans un kimono violet, balaya la discussion d’un revers de main et l’invita à s’assoir.
Raïken lui avait été chaudement recommandé. On disait de lui qu’il était un bon garde du corps et ses tarifs demeuraient abordables.
C’était peut-être le plus grand félon que la guerre avait engendré, il n’en demeurait pas moins que quelqu’un devait bien surveiller ses marchandises…
*****

    - Tu ne m’as jamais expliqué comment tu avais fait pour t’échapper d’Iwa.
    - Et depuis quand les filles de joies se préoccupent des infirmes ?

Un sourire se dessina sur ce qui avait dû être ses lèvres par le passé. Allongée nue sur le ventre, la geisha fit une moue boudeuse. Il se pencha en avant et embrassa la courbure de ses reins. Délicatement il parcouru de ses mains le corps de la jeune femme. Bien faîtes mais pas très belle, elle était la seule à accepter de lui vendre son corps le temps d’une soirée.
Il faut dire que si les bandages faisaient illusion, une fois retirée il n’était plus qu’un monstre comme le lui avait rappelé beaucoup d’autres femmes avant Natsuko. Depuis le temps qu’il la fréquentait une certaine complicité liait les deux individus mais Raïken était suffisamment lucide sur son apparence pour savoir que sans son argent, même une fille d’aussi basse extraction qu’elle n’aurait pas voulu de lui.
C’est perdu dans ses pensées et nostalgique de ses conquêtes d’antan qu’elle le ramena à la dure réalité.

    - Enfin vu ton… Apparence. On a du te remarquer non ?
    - Merci mon ange de me rappeler que je ne passe pas inaperçu. Aucun enfant ne m’avait encore jeté de cailloux aujourd’hui et cela fait pratiquement une semaine qu’aucune vieille dame ne s’est pas évanouie à mon passage.
    - Ooooooh J’aurais vexé le grand guerrier. Moi la fille du fermier aurais-je osé courroucer le grand shinobi. Mais ne t’inquiètes pas Raïken, le plus important tu l’as encore.

Elle se redressa pour l’embrasser à pleine bouche, luttant contre son dégoût pour son apparence. Délicatement, elle passa la main dans son kimono et lui lança un regard lubrique avant de s’affairer à ce qu’elle avait de mieux à faire.
Pendant quelques minutes, Raïken oublierait qu’il l’avait payé pour ça…
*****

    - Et c’est tout ?
    - Tout ce que j’ai pu entendre en tout cas. J’ignore si Suna restera longtemps indécis mais pour le moment ils ne semblent pas prêt à entrer à nouveau en guerre.
    - Bien Raïken. Le conseil te remercie de tes informations.
    - Ce n’est pas avec les remerciements que je me nourris.

Il tendit froidement sa main à la vieille femme qui s’indigna d’une telle réaction. Elle fouilla dans l’une des poches de son gilet et posa une bourse sur la petite table en bois. Raïken l’attrapa en la sous-pesant et la rangea dans l’un des pans de son kimono.

    - Tu as toujours beaucoup de défaut mais l’avarice n’en faisait pas parti. Tu t’impliques du mieux possible dans ton rôle de Nukenin je suppose ?
    - Il faut bien non ? Le rôle est en train de devenir ma vie vous savez.
    - Je n’aborderai pas ce sujet avec toi aujourd’hui. Tu sais pourquoi nous avons procédé ainsi. Tu as agis en véritable patriote pour le peuple de Tsuchi.
    - Mais personne ne le saura...
    - Personne ne doit savoir, même le conseil ignore que tu es mon espion. Pour eux tu t’es évadé en tuant trois gardes et l’histoire est close. Si la vérité sur tes actions devait éclater alors le village s’effondrerait comme un château de cartes. Leurs croyances, leurs espoirs. Tout disparaîtrait, nous sommes déjà au bord de l’implosion et tu te proposes pour infliger le coup de grâce en leurs révélant que tout est basé sur un mensonge ?
    - Alors pourquoi ne pas avoir respecté le plan ? Pourquoi m’avoir sauvé la vie ?!!

Le hurlement de Raïken s’était éteint dans un souffle. Sa trachée demeurait encore fragile et ce n’est qu’au bout de nombreux mois qu’il avait retrouvé l’usage de la parole. Kanae baissa le regard et imposa le silence par ce simple geste. La respiration sifflante de Raïken alourdissait encore un peu plus l’ambiance.
Le Nukenin termina de se calmer en observant pathétiquement l’attitude de soumission de la kunoichi. Il soupira et se dirigea vers la porte.

    - Ne blâme pas le village pour mes décisions. C’était le seul caprice d’une vie de sacrifice et d’obéissance…

Il s’immobilisa devant la porte et hésita de longues secondes à se retourner. Il secoua finalement la tête en se ravisant.

    - Au revoir mère.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://narultimate-rpg.forumactif.org/t179-tenbatsu-raiken
Tenbatsu Raïken Rouleau-kumo
Kaguya Shinrei
Rang : Raïkage

Messages : 256
Tenbatsu Raïken Empty
MessageSujet: Re: Tenbatsu Raïken   Tenbatsu Raïken EmptyMer 10 Juil - 18:11

Bienvenue sur Naruto Ultimate RPG !

Nous te validons en tant que Nukenin de rang S.
N'oublie pas de faire ton parchemin.

Bon rp parmi nous !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://narultimate-rpg.forumactif.org/t133-kaguya-shinrei#288
 

Tenbatsu Raïken

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Ultimate RPG :: Archives :: Archives-