Partagez
 

 Quand meurtre et nostalgie sont mêlés

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Quand meurtre et nostalgie sont mêlés Rouleau-nuke
Uchiwa Chio
Rang : Membre d'Hikari

Messages : 154
Quand meurtre et nostalgie sont mêlés Empty
MessageSujet: Quand meurtre et nostalgie sont mêlés   Quand meurtre et nostalgie sont mêlés EmptyDim 28 Juil - 9:01

Mission :
 

Depuis ma désertion,  je ne m’étais attachée à rien, à personne. Cependant, si il y a bien une chose à quoi je faisais attention, c’était bien mon sabre. Ce katana  qui m’avait été fait sur mesure par un très grand forgeron de Tetsu no Kuni. Depuis, cette lame ne m’avait jamais quittée. Toujours proche de moi lorsque j’étais dans le pétrin.  Ce vieil homme m’avait sans doute fait le plus beau des cadeaux. Et par respect pour cette arme et pour son créateur, j’en avais toujours pris soin.

Le Pays du Fer avait beau être l’une des contrées les plus droites et l’une des plus nobles. Les brigands sévissaient partout. N’étant pas du genre à sous-estimer mes adversaires, je n’avais pas hésité à me servir de mon sabre. Leur coupant la gorge un à un. C’est uniquement à la fin de l’affrontement que je me rendais compte que le tranchant de mon arme s’était émoussé. En même temps, voilà déjà un certain temps que je n’avais pas fait de « révision ». C’est donc la raison pour laquelle je me retrouvais à nouveau chez les Samouraïs, à la recherche d’un bon forgeron.
 
Ayant vécue 4 ans dans ce Pays, je connaissais la majorité des artisans doués dans le domaine du métal. En quelques heures, je ne tardais pas à tomber sur un des villages principaux du Fer. Cette zone était un vrai carrefour commercial ici, il n’était pas rare de voir des personnes, talentueuses dans de nombreux type d’artisanat. Sachant où aller, je ne tardais pas à rentrer dans un petit bâtiment. La chaleur se fit immédiatement sentir alors que je poussais la porte, une symphonie métallique résonnant dans l’unique pièce de la forge.  Un homme me tournait le dos,  tapant sans relâche la lame chauffée à blanc de son marteau. La mélodie s’arrêta alors, et le forgeron se retourna. Me faisant face. Je savais qu’il était vieux. Mais physiquement, il n’avait de «  vieux » que l’âge. En effet, sous cette tunique en tissu, se trouvait un corps musclé et sec.

Je le saluais alors d’un signe de tête.

    — Bonjour Yirao.
    — Raven.

Ne souhaitant pas perdre mon temps, je détachais mon arme de ma ceinture et lui tendais cette dernière. Sans réchigner, l’artisan prit le katana.

    — Aiguisage ?
    — En effet.

Le vieil homme analysa l’arme et d’une voix assurée m’annonça  que je pourrais récupérer mon bien d’ici la fin de la journée. Sans plus attendre,  je sortais le parchemin qui m’avait été donné une semaine plus tôt par un de mes clients. Il souhaitait la mort d’un homme. Je n’avais pas eu les détails du « pourquoi ».Mais c’était une habitude avec ce genre de gars. Une sacrée somme m’avait été promise, des chiffres que je n’avais pas l’occasion de voir souvent. C’est donc déterminée à accomplir le sale boulot que je partais en direction du point de rendez-vous.


Dernière édition par Uchiwa Chio le Dim 28 Juil - 21:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://narultimate-rpg.forumactif.org/t190-uchiwa-chio
Quand meurtre et nostalgie sont mêlés Rouleau-konoha
Oarashi Naoki
Rang : Genin

Messages : 78
Quand meurtre et nostalgie sont mêlés Empty
MessageSujet: Re: Quand meurtre et nostalgie sont mêlés   Quand meurtre et nostalgie sont mêlés EmptyDim 28 Juil - 10:23

Mission de rang C:
 


Le petit bonhomme marchait tranquillement vers l'entrée du village. Il avait prévu une bonne marge pour ne pas arriver en retard pour sa mission. Sans l'avouer, Naoki était plutôt fier de lui cette fois. Une belle mission de rang C rien que pour lui. Toutefois, il regrettait déjà la simplicité et la rapidité des tâches de niveau inférieur. En effet, cette fois il devait un peu marcher en dehors du village. En soit, cela n'avait rien d'un exploit. Il y avait pleins de missions diverses et variées qui demandaient de sortir du village. Même celle-ci ne le menait pas hors du pays. Autrement dit, c'était d'une simplicité enfantine.

Son job consistait cette fois à accompagner un vieillard. Ce dernier voulait se rendre à Tetsu no kuni, et le village lui offrait une compagnie jusqu'à la frontière. Enfin, une escorte techniquement, mais Naoki ne voyait pas comment un gentil petit homme, aussi vieux soit-il, aurait pu avoir des ennemis. Ce n'était pas un ancien ninja, ni même un chef reconnus de quoi que ce soit. On le décrivait seulement comme un vieil homme d'affaires. Peut-être avait-il escroqué quelques personnes ? Même si cette supposition s'avérait correcte, cela n'aurait pas changé grand chose à la donne. Son rôle serait de l'accompagner jusque là-bas, puis de l'abandonner pour rentrer. Quelqu'un prendrait peut-être la relève à ce moment là pour éviter les conflits entre les deux pays frontaliers ? Konoha n'avait vraiment pas besoin d'un ennemi en plus.

En apparence, il inspirait vraiment confiance. Une petite bedaine, une barbe blanche, un sourire sur le visage. On aurait dit un bon grand père qui offrait des cadeaux à ses petits enfants. Juste un petit voyage pour sa santé. Il voulait probablement un peu de compagnie pour le chemin.

Naoki ne tarda pas à arriver devant son client. Il était un peu plus petit que le vieil homme. Cela le perturbait un peu. Après tout, il devait escorter un homme qui le dépassait largement, à la fois en âge et en taille. Une heure d'avance, et ils étaient déjà tout deux présents. Commenceraient-ils plus tôt, ou devaient-ils attendre un quelconque événement ?

« Bonj...
— Tu es en retard ! Je n'ai pas de temps à perdre ! »

Le sourire bon vivant de l'homme avait disparu en l'espace d'un instant. Il venait de lancer une valise dans les bras du gamin. Ce dernier pensa un instant s’écrouler sous son poids avant de retrouver l'équilibre. Naoki n'était même plus sûr de l'heure du rendez-vous. Il se confondit donc en excuses, pensant être en tort. Même si cela n'avait pas été le cas, sa réaction aurait sans doute été la même. Après tout, cela ne changeait pas grand chose pour lui de laisser ce vieil homme avoir le dernier mot.

Le client avait déjà franchi la limite du village que Naoki n'avait pas encore trouvé comment prendre la valise pour la transporter.  Elle était plus large que lui, et presque aussi lourde. Qu'est-ce que Grincheux avait bien pu mettre dedans ? Des lingots d'or ? Ce n'était pas totalement improbable. En toute honnêteté, c'était la seule chose à laquelle le gamin pouvait penser. La gardant contre son torse, ses deux mains en crochet la maintenaient juste sous sa gorge. Le pauvre gamin devait se plier en arrière pour ne pas la faire basculer par mégarde. Sa position s'en trouvait fort inconfortable, et si Monsieur-je-boude-pour-un-retard-fictif l'avait aidé à la mettre sur son dos, tout aurait été bien mieux. Déjà, il aurait pu marcher plus rapidement, même si cela impliquait une allure d'escargot.

Le chemin n'avait rien d'une partie de plaisir. Ce type lui faisait sans cesse des remarques désagréables sans essayer de l'aider. Il n'avait sans doute pas le droit de l'assommer et de l'abandonner à des animaux sauvages. Pourtant, l'envie ne manquait pas. Trop lent, pas assez fiable, pas assez petit, pas assez grand, trop mou, pas assez costaud. Peu important ce que Naoki pouvait faire, cela semblait toujours en-dessous de tout. Il ne servait même pas de table correctement. D'où un ninja devait servir de table ? Ravalant les répliques acerbes qui lui chatouillaient la langue, Naoki pensait à son frère pour se calmer. Le gamin voulait l'impressionner, et éviter de se faire gronder pour avoir laissé échapper un commentaire face à son client.

En tout cas, l'impression d'avoir un gentil grand-père face à lui avait complètement disparu. C'était un vieux démon se cachant occasionnellement sous de faux traits angéliques pour attirer les rongeurs.

Le voyage -qui avait débuté une heure plus tôt que prévu- continuait encore trois heures après. Certes, ils approchaient de la fin, et la faute incombait au Genin. Même si, indirectement, la majorité des torts revenaient au vieux grincheux. Ils voyaient désormais la fin du chemin, soit la frontière entre le pays du Feu et du Fer. Il y avait un petit village en contrebas, descendant dans une petite vallée. Après, cela remontait en direction du pays du Fer. Le village limitrophe se situait bien dans le pays du Feu. On pouvait l'éviter et couper directement pour aller plus vite, mais deux inconvénients majeurs apparaissaient. Déjà, le chemin était plus difficilement praticable, même si on évitait la difficile remontée après. Ensuite et tout bêtement, le rendez-vous et le point final de cette mission se trouvait dans ce village. Après, ce serait le problème d'un autre.

Techniquement, le point de rendez-vous ne se trouvait pas dans le village même, mais au petit moulin se trouvant un peu en amont. Finalement, cela économisait une dizaine de mètres au gamin. Une dizaine de mètres qui l'empêcherait probablement de craquer et de tuer lui-même celui à protéger.

La descente vers le village -qui aurait du être plus rapide- s'avéra bien plus lente. Naoki devait se courber encore plus en arrière pour éviter de dévaler la pente de manière incontrôlable. Son corps formait un angle assez exceptionnel, avoisinant les 160 degrés. S'il avait réellement du aller jusqu'au village, le gamin aurait probablement réellement craqué.

« Plus vite mollasson ! Nous sommes déjà excessivement en retard par ta faute ! »

Ravalant la réplique qui chatouillait délicatement sa langue, Naoki entreprit de changer de position pour se déplacer en crabe. Ce n'était pas vraiment plus stable, il glissait même. Le seul avantage étant qu'il pouvait désormais voir où il mettait les pieds. Au moins, il éviterait le scénario stupide où  un pauvre homme marchait sur un pierre qui roulait, et s'écrasait au sol. Surtout qu'il n'avait aucune garantie de survie si la valise lui tombait dessus.

Enfin, au bout d'une dizaine de minutes pour quelques mètres, le sol parut plus nivelé. Ils étaient arrivés sur une pelouse verdoyante, au bord d'une petite rivière. Le moulin tournait tranquillement, profitant du courant pour mouler son grain. Avec grand soulagement, Naoki posa la valise au sol. S'étirant longuement, il fixa le vieil homme, attendant de savoir si sa mission était terminée.

« Où sont ces incapables ?! Ils devraient être là depuis des heures ! S'ils m'ont planté je vais les faire fouetter avec toi ! »

Et maintenant il devait supporter ce type jusqu'à ce que quelqu'un arrive ? Naoki ne le pourrait pas aussi longtemps, surtout avec plus de quatre heures supplémentaires à son actif.


Dernière édition par Oarashi Naoki le Dim 28 Juil - 23:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://narultimate-rpg.forumactif.org/t235-naoki#744
Quand meurtre et nostalgie sont mêlés Rouleau-nuke
Uchiwa Chio
Rang : Membre d'Hikari

Messages : 154
Quand meurtre et nostalgie sont mêlés Empty
MessageSujet: Re: Quand meurtre et nostalgie sont mêlés   Quand meurtre et nostalgie sont mêlés EmptyDim 28 Juil - 12:05

Deux heures de marche. C’était le temps qu’il m’avait fallu pour arriver au point de rendez-vous. « L’échange » se déroulerait près du moulin à quelques mètres de ma position initiale. En tout cas c’est ce que ma cible semblait croire. En effet, cette rencontre n’avait été qu’un simple leurre. Ce n'était qu'un prétexte qui n'avait eu pour seul but, qu’il sorte d'Hi no kuni, sans réelle protection. Oui, j’avais bien dis sans véritable garde. D’après l’ordre que j’avais entre les mains, l’homme que je devais abattre devrait probablement être escorté. Le bout de papier ne mentionnait que la présence d’un Konohajin. Voilà longtemps que je n’avais plus croisée de shinobis de la Feuille. Mes retrouvailles avec un ancien frère d’arme allaient être sanglantes. Voyant qu’il n’y avait encore personne, je profitais de l’occasion pour me faufiler à l’intérieur du moulin. Le bâtiment étant ancien, de multiples brèches s’étaient formées sur son toit, m’offrant la possibilité d’entrer sans passer par la porte.

Le moulin tournait, il était donc évident qu’une ou plusieurs personnes soient à l’intérieur à s’affairer. C’est lorsque je vis un couple de paysan profondément concentrés dans leurs besogne que mes propos furent confirmés. Les poutres du toit me servant d’appui, j’étais totalement indétectable. A moins que l’une de ces deux personnes décide subitement de lever les yeux au ciel, j’étais hors de leurs champs de vision. Malheureusement, les évènements futurs qui allaient se produire ici, m’empêchais de les laisser conscient. D’un saut, j’atterrissais sur le sol rugueux du bâtiment. Mes talons claquèrent, résonnant dans l’unique pièce. Ce son eut tôt fait de les avertir de ma présence. L’homme, proche d’un mur, finissait la tête dessus. Je ne faisais pas attention au résultat, je connaissais son statut et le craquement sonore avait parlé pour lui. Au tour de sa petite amie, qui elle, avait eu le temps de commencer à fuir. Véloce, je fonçais sur la jeune ouvrière et d’une prise rapide, avais passé mon bras autour de sa gorge. Serrant de plus en plus mon emprise, cette dernière ne tarda pas à tomber dans l’inconscience.

Je m’apprêtais à cacher les corps lorsque que j’entendis une voix colérique à l’extérieur du bâtiment. Le moulin fonctionnant toujours et provoquant un bruit insupportable, je ne compris pas ce qu’il se passait à l’extérieur. Accroupie, je décidais de jeter un coup d’œil discret par la fenêtre. Un vieil homme barbu se tenait droit, s’énervant après ce qui semblait être un gamin. Ce dernier portait une valise et vu son comment il galérait, elle ne devait pas être légère. Si je me fiais à la description marquée dans le parchemin, ce vieillard était mon homme. Ma cible. Après un bref temps de recherche, je retirais un masque de mon sac. Trop de personne avaient découverte mon identité. J’avais décidé que cela n’arriverait plus jamais. Cet outil décoratif restait la meilleure solution que j’avais trouvée.

Il était temps d’y aller. D’une série de mudra, me voilà enveloppée d’une aura Raïton. Désormais bien plus rapide, je me propulsais hors de ma cachette, kunaï en main. Ce gars n’allait même pas comprendre comment il allait mourir.

Trop facile…

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://narultimate-rpg.forumactif.org/t190-uchiwa-chio
Quand meurtre et nostalgie sont mêlés Rouleau-konoha
Oarashi Naoki
Rang : Genin

Messages : 78
Quand meurtre et nostalgie sont mêlés Empty
MessageSujet: Re: Quand meurtre et nostalgie sont mêlés   Quand meurtre et nostalgie sont mêlés EmptyDim 28 Juil - 19:55

Ce vieux débris ne comptait visiblement pas le laisser partir si facilement. Il rageait tout seul de s'être fait planter par son escorte. S'il avait accepté qu'un gamin l'accompagne, cela voulait sûrement simplement dire que son « escorte » était pour le transport de cette stupide valise. Naoki n'avait pas vraiment envie de se faire entraîner au-delà de la frontière, pour des raisons diplomatiques et personnelles. Il avait accompli sa mission après tout. Enfin, presque. Il ne restait plus qu'à l'accompagner à la frontière une fois que son rendez-vous serait là. Une simple et dernière vérification.

Enfin, pour ce faire, fallait-il encore que ce pauvre et gentil vieil homme survive jusque là. C'était d'ailleurs plutôt mal parti. Si ce type continuait à se montrer aussi désagréable, il aurait vraiment besoin d'une escorte. Et une bonne, car le gamin n'aurait de cesse que lorsque sa langue lécherait ses bottes !

Tentant de se calmer, Naoki respira profondément. Il fallait l'ignorer. Après tout, ce n'était qu'un vieil homme innocent, ce ne serait pas bien de s'en prendre à lui sans raison valable. Sans oublier que son ordre officiel étant de l'escorter jusqu'à la frontière, ce serait stupide d'échouer par manque de patience et de contrôle.

Soudain, quelque chose jaillit du moulin dans leur direction. Le gamin eut juste le temps d'écarquiller les yeux et d'entrouvrir la bouche. Il savait que c'était déjà trop tard. La vitesse de cette onde électrique arriverait avant qu'il n'ait le temps de s'interposer. Sérieusement ? Naoki glissa sa main vers un parchemin. Elle avait déjà couvert la moitié de la distance lorsque ses doigts s'en saisirent. Ce serait sans doute trop tard pour le sauver si l'attaque s'avérait mortelle. Pourquoi essayait-il de le secourir déjà ? Ah oui, c'était sa mission. Et son devoir en tant qu'être humain. Enfin, peut-être que tout le monde se serait mieux porté sans lui, mais cela ne le regardait pas.

Il déroula le parchemin devant lui d'un geste vif. Peu importait maintenant, devait-il combattre ou se retirer ? Sincèrement, il n'en avait aucune idée. Cette situation n'avait jamais été évoqué. Il était censé être en première ligne, et donc pouvoir le protéger à tout moment. À la place, ce gros balourd avait décidé de s'avancer, de le critiquer, de l'épuiser aussi bien physiquement que mentalement. En attendant de décider quoi faire exactement, il ne pouvait quand même pas ignorer l'attaque. Même si son client décédait, le gamin aurait des comptes à rendre au village. Si son frère apprenait ce stupide échec...

Et dire qu'il avait été si content d'avoir une « chance » de faire ses preuves. Le parchemin avait un dessin symétrique. D'étranges caractères. Un sceau bien évidemment. Naoki ne se serait pas amusé à essayer de faire un dessin dans cette situation. Même sans en faire, il n'avait pas le temps d'intercepter l'attaque. Une seule solution semblait viable. Sortant un petit pinceau, il préparait déjà l'étape suivante, alors qu'une flaque d'encre éclaboussait son client. L'attaque venait d'atteindre sa gorge. C'était réellement trop tard pour le sauver. Une effusion de sang giclait, se mélangeant au liquide noir.

Naoki distinguait maintenant une silhouette masquée. Impossible de dire s'il s'agissait d'une femme ou d'un homme. Probablement un homme, vu la taille et l'absence de poitrine. Des liens se formèrent à partir de l'encre, pour saisir l'assassin, et le lier à sa victime. Le parchemin, une fois le sceau libéré, était redevenu vierge. D'un geste vif, Naoki passa à l'attaque. Des pattes griffues, des crocs acérés, une carrure impressionnante. Plus de muscles que d'encre en somme.

« Tu ne t'en tireras pas comme ça ! »

Le tigre sortit du parchemin pour attaquer.

Techniques:
 


Dernière édition par Oarashi Naoki le Dim 28 Juil - 22:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://narultimate-rpg.forumactif.org/t235-naoki#744
Quand meurtre et nostalgie sont mêlés Rouleau-nuke
Uchiwa Chio
Rang : Membre d'Hikari

Messages : 154
Quand meurtre et nostalgie sont mêlés Empty
MessageSujet: Re: Quand meurtre et nostalgie sont mêlés   Quand meurtre et nostalgie sont mêlés EmptyDim 28 Juil - 21:12

L’herbe de la plaine s’écarta lors de mon passage, ces morceaux de chlorophylle s’envolant sous l’effet de la vitesse provoquée par mon« boost » physique. En quelques secondes, j’étais sur le vieil homme. Et d’un geste précis, la pointe de mon kunaï forma un tracé horizontal écarlate le long de sa gorge. Un bref gargouillis, et le voilà qui tombe, ses mains essayant de retenir l’hémoglobine sortant de la plaie. Mission réussie. Il ne me restait qu’à m’éclipser, continuer dans ma lancée. Le gamin que j’avais vu derrière le vieil homme devait sans doute être le shinobi chargé de son escorte. N’ayant pas activée mes pupilles, mon allure m’avait empêchée de distinguer clairement les mouvements du Konohajin. C’est donc surprise, que je voyais un liquide noirâtre apparaître sur le cadavre de ma cible. Cette dernière se solidifia et forma des liens qui m’enlacèrent au corps du vieil homme.  Qu’est-ce que c’était ?! La matière semblait molle, humide. De l’encre ? Probable. Alors que j’essayais de deviner l’origine de cette attaque, son responsable était furieux. Dans un geste rapide, il dessina quelque chose sur un rouleau de parchemin. Quelques secondes plus tard, un animal « sortit » alors du parchemin, et dans un rugissement fonça dans ma direction. Il fallait que je sorte de là tout de suite !

Me concentrant, j’insufflais du chakra dans mon kunaï. Ce dernier fut bientôt entouré d’une aura Raïton. Bandant les muscles, je tentais tant bien que mal de couper un lien afin de sortir de l’étreinte de son jutsu. Après un gros effort, la lame de mon arme trancha un lien, m’offrant ainsi une mobilité beaucoup plus large. Couper le reste de ces fils d’encre fut alors beaucoup moins compliqué. Mais dans tout ça, il y avait un détail que j’avais oublié : L’animal d’encre. Ce dernier avait eu largement le temps de franchir la distance qui nous séparait. Je savais que j’allais devoir subir lorsque sa silhouette se dessina devant moi, bondissant dans ma direction. Par réflexe, je mettais mes bras devant mon visage, m’offrant un semblant de protection. Un cri de douleur dépassa mes lèvres lorsque les griffes de l’animal se plantèrent dans la chair de mes deux avant-bras. Le poids de l’animal me fit chuter lourdement sur le sol. Sa mâchoire cherchant à tout prix à me dévorer. Je ne pouvais pas tenir une telle masse pendant des heures. Il fallait que je détruise cet animal tout de suite. Ma main s’illumina alors. Une énergie Raïton se dégageant en grande quantité de ma dextre. L’attaque émettait des petits sons aigus, semblable à des centaines voire des milliers de cris d’oiseaux. C’était le Chidori. Profitant d’une ouverture créée par la créature d’encre, je lui traversais l’entièreté de son corps. Le résultat ne se fit pas attendre, l'animal redevint liquide parsemant le sol de son corps obscur. Le souffle court, je me relevais saisissant un nouveau kunaï. De multiples coupures étaient apparues le long de mes bras, le sang tombant sur le sol herbeux de la plaine.

Je n’attaquais pas. Il fallait que je récupère. Cette pause me permit alors de regarder plus en détail celui qui m’avait mis en si mauvaise posture. Des cheveux noirs, tout comme ses yeux. Cet enfant m’avait l’air familier, il me rappelait quelqu’un. C’est alors que l’encre qui se mélangeait au sang me donna un indice quant à son identité. Ce pouvait-il que ce Konohajin, qui se dressait devant moi, soit Naoki ? Quatre ans étaient passés, mais la ressemblance était frappante. Oui, je me souvenais maintenant qu’il manipulait l’encre. De nombreux souvenirs se réveillèrent, me replongeant dans le passé. Il avait vraiment bien progressé.

    — Je vois que tu sais faire autre chose que des souris désormais…

Etait-ce de l’inconscience ? Je n’en savais rien. Mais ce qui était sûr, c’est que j’avais enlevé mon masque. Ce dernier s'enfonçant dans l'herbe.

    — …Naoki.


Spoiler:
 


Dernière édition par Uchiwa Chio le Lun 29 Juil - 1:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://narultimate-rpg.forumactif.org/t190-uchiwa-chio
Quand meurtre et nostalgie sont mêlés Rouleau-konoha
Oarashi Naoki
Rang : Genin

Messages : 78
Quand meurtre et nostalgie sont mêlés Empty
MessageSujet: Re: Quand meurtre et nostalgie sont mêlés   Quand meurtre et nostalgie sont mêlés EmptyDim 28 Juil - 22:43

Naoki ne savait toujours pas quoi faire. C'était difficile vu que le client venait de décéder sous ses yeux. Un combat paraissait inutile puisque celui qui devait payer le village ne pouvait plus le faire. Enfin, il fallait tout de même ramener la valise, peu importait ce qu'elle contenait. Le cadavre serait trop lourd à coup sûr. À moins de le découper de le mettre sur un oiseau, et de l'envoyer à Konoha. Oui, c'était bien la solution la plus simple pour tout ramener. En espérant que personne ne décide de détruire son oiseau en plein vol. Ramasser les morceaux seraient un peu salissant.

Pour l'instant, le gamin avait un autre problème. Il venait de déclarer la guerre à un inconnu plutôt agressif. Vu sa vitesse de déplacements, ce serait très délicat à gérer. Même s'il pouvait maintenir une certaine distance de sécurité, cela ne garantissait rien. Techniquement, la distance aurait pu être en sa faveur. Si ce type avait attaqué aussi directement, risquant gros, il était certainement plus à l'aise au corps à corps. Cette erreur lui coûterait cher puisque, même s'il n'était qu'un morveux, ses techniques n'en étaient pas moins puissantes. Cependant, en s'éloignant trop, ce serait délicat de le rattraper. Vu sa vitesse, cela pouvait même devenir impossible.

Sans doute la question ne se posait-elle pas. Fuir demandait des conditions particulières non complétées pour l'instant. La première étant d'avoir accompli, ou de renoncer à sa tâche. La seconde être plus rapide que le poursuivant. Ces deux-là étaient validées. On pouvait en rajouter une troisième. Avoir un adversaire qui ne puisse pas attaquer. Malheureusement pour son l'incconu, ce n'était pas le cas. Peu importait jusqu'où cet assassin irait, il ne serait sans doute pas assez rapide pour pouvoir lui tourner le dos inconsciemment.

Pour l'instant, son objectif était clair. Mettre hors d'état de nuire la menace. Cela ne voulait bien évidemment pas dire tuer. Naoki n'irait pas jusque là pour une mission perdue d'avance. Mais il ne se laisserait pas faire. Il n'allait pas tourner le dos à quelqu'un comme ça.

Son opposant avait eu la malchance de se faire attraper par ses liens. La combinaison des techniques était parfaite. Ou du moins, très efficace. Difficile d'y échapper sur une si courte distance. Le timing sans doute. Si lui-même avait été la cible, cela n'aurait pas pu fonctionner de la sorte. Les conditions s'y prêtaient juste. Son tigre jaillit du parchemin, plantant ses griffes dans les avant-bras de son opposant. Ses crocs quant à eux tentaient de s'attaquer à la tête, mais sans succès. Naoki se préparait à la prochaine situation, pinceau et parchemin prêts à l'action. Pour l'instant, il n'avait pas besoin de rajouter une créature. Ce serait dangereux de trop en faire. Tant que ce n'est pas nécessaire, il fallait se contenter de peu. Dans le cas contraire, on pouvait se retrouver dans des situations désagréables.

Un bruit commença à tinter l'air, comme un sifflement à ses oreilles. Un genjutsu ? Naoki le craignit un instant, avec de contempler stupéfait sa créature d'encre. Elle éclata, fendue en deux par un éclair. Au moins, ce n'était pas une illusion. Par contre, une telle attaque était extrêmement dangereuse. Si son opposant réussissait à s'approcher de lui suffisamment pour la lancer, il aurait bien du mal à s'en sortir indemne. Il fallait donc en finir et ne pas se laisser approcher.

Avant que l'autre n'ait le temps de passer à l'attaque, il fit deux bonds en arrière pour ajouter à la distance. Ni trop courte, ni trop grande, juste ce qu'il fallait pour lancer des attaques relativement efficaces, et réagir si ce n'était pas lui qui avait la main. Il hésita un instant, son pinceau prêt à dessiner la créature suivante. Avec une attaque pareille, il pouvait réessayer la même technique, encore et encore. Dans ce cas, il miserait sur l'usure, ce qui ne serait sans doute pas très judicieux. Après tout, l'homme avait l'air plutôt expérimenté. Il avait su réagir à cette attaque sur une très courte portée. Quelles étaient les chances que sa réserve de chakra soit supérieure ? Il allait donc devoir ruser un peu.

L'assassin marquait une pause, reprenant son souffle. Il ne devait peut-être pas être aussi expérimenté. Naoki étala donc rapidement trois parchemins devant lui. Un genou à terre, il entreprit donc la suite des festivités. Son pinceau toucha le premier parchemin et commença à tracer un nouveau tigre. Le premier s'était quand même avéré assez efficace. Il pouvait recommencer sans trop craindre d'échouer complètement. Toutefois, il ralentit en plein milieu, surpris.

Son opposant lui parlait. Des souris ? Cela faisait bien longtemps qu'il avait dépassé ce stade. Alors que sa vitesse décroissait pour finir par s'arrêter à quelques traits de la fin, le masque de l'inconnu tombait. Ou plutôt, l'inconnue. La voix le lui avait suggéré. Des cheveux sombres, des yeux sombres, ce visage, il le connaissait. Mais d'où ? Le gamin eut un doute, juste quelques instants. Ces traits, nul doute qu'il les avait déjà dessinés. La personne continua en disant son prénom. Naoki. Oui, c'était bien lui. Donc cette personne le connaissait vraiment, et il la connaissait aussi.

« Onee-san ? »

Les mots sortirent, réflexe d'un lointain souvenir. Ce dernier le fit légèrement rougir. Il lui avait donné un dessin d'elle, bien des années auparavant. Pourtant, le gamin n'arrivait pas à comprendre. Pourquoi était-elle ici ? Pourquoi avait-elle tué le vieil homme ? Aussi ennuyant soit-il, la mort paraissait excessive. Cela faisait des années que ce visage n'était pas apparu dans son esprit. En réalité, il pensait même que la Kunoichi était morte dans une bataille et que personne n'avait été en mesure de l'identifier. Alors comment ?

« Qu'est-ce que vous faites ici ?! »

Techniques:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://narultimate-rpg.forumactif.org/t235-naoki#744
Quand meurtre et nostalgie sont mêlés Rouleau-nuke
Uchiwa Chio
Rang : Membre d'Hikari

Messages : 154
Quand meurtre et nostalgie sont mêlés Empty
MessageSujet: Re: Quand meurtre et nostalgie sont mêlés   Quand meurtre et nostalgie sont mêlés EmptyLun 29 Juil - 1:52

Une brise caressa mon visage. Après m’être débattue pour ne pas finir la tête entre les dents de la créature d’encre, le souffle frais du vent me fit le plus grand bien. Malgré la douleur provoquée par les multiples entailles, je restais inébranlable, ne faisant rien filtrer émotionnellement. Mon regard ne quittait pas celui de Naoki, surpris. Je comprenais ce qu’il ressentait à cet instant. Aussi je restais silencieuse, attendant qu’il fasse le rapprochement. C’est lorsque le « Onee-san » sortait de sa bouche, que j’avais su qu’il n’avait pas oublié la jeune fille qui lui avait fait un exposé, lorsqu’il était à l’académie. La question logique suivit. Pourquoi est-ce que j’étais ici ? Une seule question, qui pouvait déboucher sur une multitude d’autres interrogations. Ne souhaitant pas m'embarquer dans un récit barbant, je décidais de ne lui donner que l'essentiel.

    — Je n’étais là que pour lui.

D’un geste du doigt, je pointais le cadavre recouvert d’encre.

    — Cet homme valait une petite fortune. Je suis désolée que tu es été mêlé à tout ça.

Je regardais alors les trois rouleaux posés devant l’Oarashi. Un dessin avait été inscrit sur le support, prêt à l’emploi. Mes yeux croisèrent alors les siens. Je ne connaissais pas assez bien le frère de Fung pour savoir ce qui lui traversait la tête. Même si pour le moment il était sous l’effet de la surprise, la colère n’avait sans doute pas disparue. Je devais rester prudente. Ses capacités n’avaient plus rien à voir avec le jeune académicien d’antan qui savait insuffler du chakra dans une feuille.

Avançant avec précaution, je m’approchais du cadavre. M’accroupissant, je me saisissais de la main du vieil homme et sans hésiter lui tranchais cette dernière. Une fois que le flot de sang s’arrêtait, je rangeais la dextre dans mon sac. En effet, le commanditaire voulait que je lui ramène une preuve de sa mort. Je me serais bien contentée d’une poignée de ses cheveux, mais mon client avait bien précisé sa main ou sa tête. Par souci de place, je ne prenais que le premier des deux. Bien, il était temps de partir. Je ne savais pas comment le jeune manipulateur d’encre allait réagir. De mon côté, je n’avais plus rien à faire ici. Mon objectif était là, étendu. Mort. L’ordre ne disait rien quant à ce qui devrait arriver au Konohajin. Et en regardant de plus près, je ne me pensais pas capable de le tuer.

    — Navrée de devoir couper court à ces retrouvailles. Mais je dois y aller.

Me retournant, je décidais de partir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://narultimate-rpg.forumactif.org/t190-uchiwa-chio
Quand meurtre et nostalgie sont mêlés Rouleau-konoha
Oarashi Naoki
Rang : Genin

Messages : 78
Quand meurtre et nostalgie sont mêlés Empty
MessageSujet: Re: Quand meurtre et nostalgie sont mêlés   Quand meurtre et nostalgie sont mêlés EmptyLun 29 Juil - 8:33

Sa surprise était impossible à cacher. Un fantôme du passé. Un lointain passé. De tous les assassins, il fallait que ce soit une de ses connaissances ? Ce genre de retrouvailles ne lui plaisait guère. Une chose semblait certaine, si Chio n'était pas morte, qu'elle avait disparu du village, et qu'elle s'opposait à une mission de ce dernier... Avait-elle déserté ? Naoki ne voyait pas d'autres possibilités. Cela lui paraissait assez absurde. C'était une chic fille. Polie, sérieuse. Et en plus, elle avait accepté son dessin. On ne pouvait pas la considérer comme une ennemie, si ?

Pourtant, nul doute que s'il la forçait, lui aussi serait sur sa liste des personnes à tuer. Le gamin ne voulait pas s'en faire une ennemie, et hésita de plus en plus à l'attaquer. Les gens changeaient sans doute. Pouvait-il lui faire confiance comme il l'aurait fait quatre ans auparavant ? Difficile à dire. Techniquement, non. Elle tuait sans remord pour de l'argent. Cela n'avait même plus de rapport à l'éthique. Déjà que Naoki ne comprenait pas vraiment pourquoi il fallait tuer un ennemi du village, alors un inconnu juste pour l'argent, cela le dépassait. Il y avait des moyens bien plus propres d'en gagner, même si ceux-là s'avéraient un peu plus laborieux.

Visiblement, Chio n'avait aucune intention de le combattre. Sa cible avait été éliminée, marquant donc la fin de son travail. Son client était mort et ne pouvait plus le payer. La vengeance semblait le seul motif réel de combat, elle ne servirait qu'à défendre la fierté du village. Y avait-il encore quelque chose à protéger ? Pas vraiment. Il ne devait même pas être assez fort pour la vaincre en combat réel. La même ruse ne marcherait pas deux fois. La capturer pour la ramener au village ne rimait à rien. Avec sa malchance, il y avait même des chances que ce soit lui qui se fasse capturer.

Elle le dévisagea. Sans doute comprenait-elle sa surprise. Même dans cette situation, les dessins ne semblaient pas l'impressionner. La première attaque devait juste être un coup de chance, la surprise du moment. Même blessée, l'Uchiwa ne perdait vraiment pas sa dignité, et réussissait à impressionner le gamin. Ce dernier n'osait même pas continuer à dessiner. Normalement, il aurait le temps de finir les trois dessins avant qu'elle ne puisse arriver à son niveau. Se dirigeant vers le cadavre de l'homme encore couvert d'encre, Chio lui coupa la main, preuve que son travail avait été effectué. Naoki avait en revanche complètement échoué. Pourquoi avait-on envoyé une personne si puissante pour tuer un vieil homme ?

La jeune femme se retourna, montrant clairement son dos au gamin. Franchement, cela ne ressemblait pas à de la négligence. De l'assurance. Elle savait sans doute qu'il n'oserait pas l'attaquer. L'hésitation faisait trembler sa main. Complètement paralysé, même l'idée de son frère ne l'aidait pas. Après tout, comment lui aurait agi face à son ancienne équipière ? Elle l'abandonnait comme ça, sans explication, ajoutant simplement un mystère à tous les autres.

« Ne bouge plus ! »

Naoki cria tandis que sa main traçait la dernière ligne des quatre dessins. Un tigre, un serpent, un aigle. C'étaient les trois dessins visibles. Le dernier était une petit mouche proche de l'oreille du tigre. Si jamais Chio le forçait à agir, elle l'aiderait à la traquer. Pour l'instant, il n'avait pas activé sa technique, misant plus sur l'intimidation que sur l'action. Malgré son hésitation, le gamin ne pouvait décemment pas la laisser partir ainsi.

« Je veux des réponses, et je les veux maintenant. As-tu déserté le village ? »

La question pouvait paraître stupide, mais Naoki avait besoin d'en être sûr. Après tout, ses actions seraient dictées par la réponse. Bien évidemment, si elle lui soutenait que non, le gamin ne la croirait pas. Pourquoi lui aurait-on dit qu'elle était morte ? À moins qu'il n'ait mal compris. Peut-être une affaire d'espionnage qui nécessitait de le faire croire ?

Les mains jointes, le gamin attendait avec impatience ses réponses, prêt à lancer ses techniques au besoin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://narultimate-rpg.forumactif.org/t235-naoki#744
Quand meurtre et nostalgie sont mêlés Rouleau-nuke
Uchiwa Chio
Rang : Membre d'Hikari

Messages : 154
Quand meurtre et nostalgie sont mêlés Empty
MessageSujet: Re: Quand meurtre et nostalgie sont mêlés   Quand meurtre et nostalgie sont mêlés EmptyLun 29 Juil - 19:55

D’une démarche assurée, je m’éloignais de la zone de combat. Mes pas commencèrent à creuser un écart entre l’Oarashi et moi. Aucune attaque ne m’avait été portée, preuve que j’avais vu juste : Naoki n’oserait pas m’attaquer maintenant qu’il connaissait mon identité. Ses souvenirs l’en empêchaient. Il était resté l’enfant que j’avais croisé à l’Académie. Soudain, j’entendis la voix lointaine du Genin qui me demandait de m’arrêter. Un ton autoritaire se faisait sentir dans chacun des mots prononcés. Courir n’aurait servi à rien, Naoki était en position de force. Il suffisait de regarder mon état et celui du Genin pour s’en rendre compte. Lui n’ayant pas été touché par une seule attaque, tandis que moi… C’est donc pourquoi la seule solution qui me vint à l’esprit était d’écouter ses prochaines paroles.

Jetant un regard par-dessus mon épaule, j’attendais ce que Naoki allait me dire. Un mince sourire apparut sur mon visage lorsqu’il me demanda de lui fournir de plus amples explications sur la raison de cette rencontre atypique. Il voulait savoir si j’avais désertée. Aucune raison de lui mentir, s’il ne le savait pas, son frère lui en parlerait tôt ou tard.

    — En effet.

Des traces noires étaient visibles sur l’ensemble des parchemins. La distance m’empêchait de distinguer clairement ce qui y était dessiné. Mais ce que j’avais déjà vu ne me rassurais pas quant à la nature de ces futurs motifs. Mes pupilles se posèrent à nouveau sur le manipulateur d’encre. Encore une fois, j’essayais de lire ne lui, essayant de comprendre ce qui lui traversait l’esprit. Allait-il m’attaquer ? Le Patriotisme l’emportant sur l’amitié ? C’était probable. Je n’étais pas réapparue sous mon meilleur jour. Un portrait sanguinaire et cupide avait remplacé l’image que je lui avais donnée de moi-même autrefois. Curieuse de connaître sa réaction, je décidais de l’interroger à mon tour.

    — Que vas-tu faire maintenant que tu es au courant ?

Il n'y avait que trois solutions : Me capturer, me tuer ou laisser tomber. Ma prise sur le kunaï se fit plus forte. Si jamais le Konohajin devait répondre à son devoir, alors je ferais tout pour le mettre hors d’état de nuire. Le faire sombrer dans l’inconscience était ma seule solution en cas d’un affrontement. Je n’arriverais pas à le tuer, mon amitié envers lui et son frère étant beaucoup trop grande.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://narultimate-rpg.forumactif.org/t190-uchiwa-chio
Quand meurtre et nostalgie sont mêlés Rouleau-konoha
Oarashi Naoki
Rang : Genin

Messages : 78
Quand meurtre et nostalgie sont mêlés Empty
MessageSujet: Re: Quand meurtre et nostalgie sont mêlés   Quand meurtre et nostalgie sont mêlés EmptyLun 29 Juil - 20:37

Naoki était tendu. Si jamais l'Uchiwa tentait quoi que ce soit, il aurait largement le temps de réagir. La distance qui les séparait s'était certes un peu élargie, mais pas suffisamment pour qu'elle soit hors de sa portée. Il faudrait un minimum de temps pour que Chio comble la distance entre eux. Ce n'était pas aussi simple que la première attaque. La surprise avait complètement disparu, il réagirait au moindre signe.

Expirant de manière un peu saccadée, son regard insistait. Pouvait-il lui faire confiance ? Tout revenait à cette question. Peut-être essaierait-elle de le duper quelques instants pour le tuer. Pourtant, il voulait lui faire confiance, avoir un tant soit peu d'estime pour cette kunoichi. Quatre ans auparavant, il n'aurait même pas hésité une seule seconde à lui confier sa vie. Après tout, son frère le faisait bien à chaque mission, pourquoi lui ne le ferait pas ?

Chio le regarda, un sourire aux lèvres. Une froide distance s'était installée entre eux avec le temps. Elle l'étouffait d'un mauvais pressentiment. On ne pouvait décemment pas dire que la jeune femme lui voulait du mal. Sinon, il aurait déjà été blessé voire pire quand l'occasion s'était présentée. Sa voix ne laissait paraître aucunes émotions, certainement trop faibles pour être notables. Cette attitude un tantinet désinvolte avait le don de le tendre un peu plus. Difficile de juger une telle personne, surtout après des années d'absence. Deux petits mots qui lui donnèrent l'impression d'avaler une pierre gelée. Une lourdeur glacée naissait dans son ventre, tandis qu'un frisson lui hérissait la nuque.

Bien sûr, il s'en doutait. La situation n'avait rien de très ambiguë. Dans quels autres cas se serait-elle opposée à une mission du village ? Son absence était justifiée maintenant. Fung lui avait certifié que Chio était morte au cours d'une mission quelques temps après sa disparition. Cette dernière n'avait pas vraiment été discrète.

Elle posa une question aussi légitime que celle qu'il avait lui-même posée. Qu'allait-il faire maintenant ? L'attaquer ? Se rétracter ? Techniquement, on pouvait voir cela comme les seules solutions possibles. Visiblement, elle n'avait que faire de lui, et sa propre agressivité jouerait probablement un grand rôle dans la suite des événements. Tout cela ne l'aidait pas à se décider sur la suite. Son frère ne voudrait pas la blesser. En revanche, il essaierait probablement de la convaincre de revenir au village. Enfin, Fung ne voudrait pas l'avoir comme ennemie. Personne ne le voudrait. Déjà parce qu'elle était puissante. La battre n'avait rien d'impossible, mais y laisser un bras n'avait rien de tentant. Elle était aussi gentille. Une bonne nature, même si parfois, la jeune femme se montrait assez impressionnante. Comme en ce moment même.

Une marque de confiance. C'était tout ce que le gamin cherchait chez cette personne. Son manque d'agressivité à son égard pouvait jouer en sa faveur. En même temps, ce serait certainement sa seule occasion. Il fallait sans doute tenter le tout pour le tout.

Rapidement, ses mains bougèrent pour lancer ses techniques. À ce point là, il n'aurait pas le choix. Ils sortirent de leurs parchemins. L'aigle partit en l'air à vive allure. Le serpent glissa sur le sol en direction de la kunoichi à toute vitesse. La tigre quant à lui jaillit avec un grognement et mit un coup de patte. Avec ça, une bonne partie de son chakra venait de disparaître.

Naoki sentit les griffes du félin le frapper à trois reprises. Du sang gicla, mais rien de mortel. Les autres animaux éclatèrent en plein mouvement, dispersant leur encre un peu partout. Globalement, ils étaient désormais à égalité. Il n'y avait qu'une seule chose à dire désormais.

« Je veux que tu me captures. »

Le gamin voulait quitter le village sans que cela soit remarqué. Il s'y passait des choses bien trop étranges, et se mettre à l'abri devait être sa priorité pour l'instant. Son frère ne voudrait pas qu'il se mette en danger inutilement en farfouillant un peu partout. Quoi de mieux que demander de l'aide à l'une des personnes en qui Fung avait le plus confiance ?

Note:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://narultimate-rpg.forumactif.org/t235-naoki#744
Quand meurtre et nostalgie sont mêlés Rouleau-pnj
Jūbi
Messages : 12
Quand meurtre et nostalgie sont mêlés Empty
MessageSujet: Re: Quand meurtre et nostalgie sont mêlés   Quand meurtre et nostalgie sont mêlés EmptyVen 2 Aoû - 13:44

Missions validées en rang A et C:

Chio (rang A):

XP gagnés: 5
Bonus: 2
Total: 5+2= 20 7

Naoki (rang C):

XP gagnés: 3
Bonus: 2
Total: 3+2= 5

Si vous avez des réclamations concernant cette évaluation, merci de vous adresser directement au bureau du staff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Quand meurtre et nostalgie sont mêlés Empty
MessageSujet: Re: Quand meurtre et nostalgie sont mêlés   Quand meurtre et nostalgie sont mêlés Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Quand meurtre et nostalgie sont mêlés

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mes yeux ne sont pas si bas... regarde un peu plus haut ça marchera peut-être mieux entre nous. (suite) //+18// //HENTAÏ//
» Ginella - Quand les mots manquent, les larmes font le reste
» Estimé,Magloire Que sont devenues les fleurs du temps passé?
» Pourquoi les hommes sont-ils heureux ?
» LES DES SONT JETES ,LES DES SONT JETES.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Ultimate RPG :: Zones neutres :: Autres pays :: Tetsu no Kuni-