Partagez
 

 J'ai des butterfly, des papillons en pagaille [Kuchy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
J'ai des butterfly, des papillons en pagaille [Kuchy] Rouleau-ame
Nibishi Iroh
Rang : Jônin

Messages : 60
J'ai des butterfly, des papillons en pagaille [Kuchy] Empty
MessageSujet: J'ai des butterfly, des papillons en pagaille [Kuchy]   J'ai des butterfly, des papillons en pagaille [Kuchy] EmptyMer 21 Aoû - 22:09

-Iroh, Iroh, on mange !

C’était qu’il en était presque autoritaire le gamin. Pas besoin de m’appeler une deuxième fois, il l’avait entendu. Rabaissant son journal, mécontent, le Nibishi déjà assis à la table à manger à deux pas de la gazinière plia rapidement le jounal en deux pour en quatre avant de l’écarter de lui tout en le laissant au coin de la table. Une fois passé au thé il pourrait le ressortir. Mais pas avant, et surtout il ne devait pas le lire. Le gamin avait été très clair quant aux règles de bonne conduite qu’il avait rouspété pour instaurer dans la maison. Sa maison. D’ailleurs où est-ce qu’il avait entendu tout ça ? C’était cette Ayumi ? Sensei du gamin depuis qu’il était arrivé en âge de servir le village, et déjà à instaurer indirectement des règles dans son propre appartement. L’avait-elle fait exprès, manipulé le gamin ?

-Attention c’est chaud !

Pam, gros bruit mat sur la table alors que le wok heurtait violemment la table alors qu’il ne faisait que poser le recipient dessus. Il avait encore oublié le sous-plat. Préférant se taire pour éviter les remarques du style ‘‘rho je sais’’ ou ‘‘tais-toi j’peux l’faire’’, il regarda brièvement le blondinet qui se mordillait déjà la lèvre. Il le savait pourtant pour le fameux sous-plat. Ce n’était pas faute de lui avoir dit plus d’une fois. Bah de toute façon rien qu’à voir les cercles de bois noirci à l’endroit où le wok avait déjà été en contact avec la table… Elle serait bonne à changer. Mais bon redécorer son intérieur ne figurait pas dans sa liste de priorités. Et puis, en l’état actuel des choses c’était visiblement inutile de s’inquiéter de ça.

-Voilà.

Opinant du chef alors qu’Akio avait sorti le sous-plat et place le plat essus avant de le rapprocher à nouveau, il laissa le gamin se servir avant de se servir à son tour. Nouilles au porc. Toujours des pâtes avec lui. Mais bon il fallait avouer qu’il se débrouillait plutôt bien dans ce domaine. Un petit goût de brûlé qui venait gâcher le tout de temps à autre mais il s’en sortait pour son âge. Prenant une autre bouchée, le Nibishi fit bien attention à ne pas en mettre à côté. Car oui, cette semaine c’était à lui de faire le ménage. Akio aux cuisines, et lui dans les torchons. Il avait trouvé ce système d’alternance récemment et en était plutôt convaincu. Il aurait dû y penser bien avant. Bon avant, le gamin qu’il avait recueilli aurait été jugé comme trop jeune pour s’occuper des fourneaux mais bon. Il apprenait vite. Autant en cuisine que dans le reste. Un futur bon ninja ? Non un actuel bon ninja. Pour son rang, il était beaucoup plus préparé que d’autres. Etait-ce lui le bon sensei, était-ce Ayumi, ou le môme était-il un génie ? Aucune idée. En tout cas il lui avait souvent mis la pression et qu’il ait participé au moins un peu au résultat final n’était pas pour lui déplaire.

-Pas mauvais.

Il n’allait pas non plus lui faire énormément de compliment au risque que ses chevilles explosent. Il le devinerait bien assez tôt quand il se resservirait des pâtes. Buvant son verre d’eau, il sentit le garçon sursauter et lâcher ses baguettes. Allons bon, ce n’était pas l’émotion quand même.

-ENLEVES-MOI CA ENLEVES-MOI CA!!!

Finissant d’un trait son verre, le Nibishi le retourna et le plaqua sur le cuir chevelu du gamin en faisant attention de ne pas être trop brutal. Bon il devait rester quelques gouttes mais on ne pouvait pas tout avoir. Regardant la grosse bestiole qui tambourinait contre les parois en verre, il baissa les yeux sur son protégé, celui-ci louchant sur le sommet de son crâne, sachant très bien ce qu’il y avait là-haut.

-C’est rien, calmes-toi c’est juste un papillon de nuit, il ne va rien te faire…

Voyant le teint du gamin passer du beige au blanc, au vert, au violet, il sentit clairement la peur émaner par tous ses pores. Depuis toujours Akio était terrorisé par les papillons. De jour, de nuit, tous. Des jolis aux gros bourdonnant. Une phobie que le Nibishi n’arrivait pas à expliquer. C’était tout de même… spécial. Mais que pouvait-il faire ? Mentir ? Il l’aurait bien vu, et lui en aurait voulu.

-Reste comme ça, je vais l’enlever.

-Enlèves-le s’il te plait…

Malgré ce qu’il aurait voulu faire croire, il ne supporta pas voir le gamin le supplier d’une voix si larmoyante. Faisant passer sa main rapidement  entre la tête du garçon et l’ouverture du vert, il réussit à enlever le papillon et surtout à ce qu’il soit toujours enfermé. Posant le tout bien loin, il se tourna vers celui qu’il aurait pu appeler son fils adoptif malgré le fait qu’il n’aimait pas définir concrètement les liens qui l’unissaient aux autres. Le gamin s’était déjà enfermé dans la salle de bain. Soupirant comme pour lui-même, le Nibishi se leva et s’approcha de la porte, toquant doucement.

-Akio ? Akio c’est moi ouvre… ça va ?

-Oui, laisses-moi.

-Akio ouvre, si tu veux on peut en parler. Tu sais… C’est normal d’avoir peur de quelque chose. Et que ce soit les papillons ou autre, c’est pas important. Chacun a sa faiblesse, ses propres peurs avec lesquels il devra lutter toute sa vie.

Pleurait-il, s’examinait-il la tête ? Aucune idée, il savait apparemment se faire discret. Aucun son n’émanait de la salle de bain. Avait-il juste honte d’être phobique pour une si petite et innocente chose ? Quoiqu’il en était, le Nibishi pensait réellement chaque mot qu’il prononçait adossé de cette façon à la porte, sa préoccupation actuelle première étant de rassurer le gamin. Lui aussi avait ses propres peurs. Ses peurs qu’il s’était lui-même infligé quand il avait renoncé à placer le garçon envers lequel il se sentait redevable en foyer. Que serait-il devenu s’il n’avait pas mis fin aux jours de ses parents ? Serait-il heureux ? Insouciant ? Aurait-il quand même été une victime de la guerre comme ses deux parents à un autre épisode de la guerre ? Devenir ninja… Il y avait sûrement quelque chose de mieux à souhaiter pour son enfant. Approchant de plus en plus de la trentaine, il s’en rendait compte maintenant. Mais bon. Il ne connaissait que ça. Qu’aurait-il pu apprendre d’autre au garçonnet pour gagner sa vie ? Un travail honnête ? Lui avait refusé cette idée des années plus tôt, ce n’était pas pour l’imposer à autrui.

-Ecoute… Je vais laisser la papillon sur la table d’accord ?

Pas besoin d’en dire plus. Il devait probablement voir où il voulait en venir. Il faisait ça pour son propre bien s’en rendait-il compte au moins ? Pas pour le torturer ou autre. Akio était un garçon intelligent, il comprendrait ce à quoi il l’encourageait. S’en approcher suffisamment petit à petit, guérir sa peur maladive. Il savait qu’en une soirée il ne résoudrait pas sa phobie mais il pouvait au moins tenter, l’initier. C’était pour ainsi dire une occasion en or. Capturer un papillon de nuit qui était venu bourdonner dans la maison n’arrivait heureusement pas tous les soirs. Repoussant son journal –il ne le lirait finalement pas ce soir, il n’était plus tellement d’humeur-, il rangea les restes du wok pour le lendemain et entama la vaisselle qui fut inhabituellement rapide. Autant se coucher tout de suite. La journée suivante n’arriverait que plus vite. Ignorant le bourdonnement de l’insecte qui se réduisait pour finalement s’arrêter –il avait dû se fatiguer-, le Nibishi s’aperçut que le verre s’était dangereusement rapproché du bord. Que … Il l’avait fait coulisser pendant ce temps ? le replaçant au centre de la table, il posa cette fois un poids suffisamment lourd sur celui-ci pour que l’insecte ne puisse plus le bouger, s’approchant du verre pour observer la bestiole, il tapota le vitrage comme pour l’inciter à arrêter ses manigances. Il sortirait au minimum demain de sa prison. Son but n’était pas de tuer l’insecte mais d’aider le garçon. Son garçon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://narultimate-rpg.forumactif.org/t226-nibishi-iroh-parchemi
J'ai des butterfly, des papillons en pagaille [Kuchy] Rouleau-ame
Nibishi Iroh
Rang : Jônin

Messages : 60
J'ai des butterfly, des papillons en pagaille [Kuchy] Empty
MessageSujet: Re: J'ai des butterfly, des papillons en pagaille [Kuchy]   J'ai des butterfly, des papillons en pagaille [Kuchy] EmptyDim 25 Aoû - 8:29

Ouvrant brusquement les yeux alors que le bruit des éclats de verre retentissait encore, le Nibishi alerte se redressa sur la pointe des pieds. Que… Quelqu’un de l’extérieur ? Il aurait dû être détecté avant et l’alarme aurait dû être donnée depuis longtemps. Akio ? Quelqu’un d’autre ? Pourquoi s’en prendre à lui ? Faisant discrètement coulisser la porte de sa chambre suffisamment pour y voir l’intrus, il devait avouer qu’il ne comprenait. Il n’y avait pas d’autre… Si. Une autre source de chakra. Ridiculement faible. Tellement qu’il n’y avait pas fait attention jusqu’à maintenant. Un senseur ? Ses yeux s’habituant peu à peu à la pénombre il scruta la salle à manger – source du bruit qui avait troublé son sommeil. Par terre le verre qui contenait jusqu’à présent l’insecte. Comment avait-il fait pour sortir de là ? Et surtout pourquoi y avait-il quelqu’un d’autre. Entendant le panneau de la fenêtre se claquer, le Nibishi prudent se dirigea rapidement vers celui-ci avant de l’ouvrir en grand. Personne. Pourtant il ne pleuvait pas cette nuit. Au contraire. C’était l’un de ces rares jours où la pluie épargnait le village et où la Lune apparaissait dans son entièreté.

Deux formes passant devant la Lune, le Jonin se tourna immédiatement. Des papillons. Rien de plus. Deux papillons. Comme les deux sources de chakra qui se trouvaient dans sa salle à manger quelques instants plutôt. Se pouvait-il que… Finissant d’ouvrir la fenêtre, le ninja se glissa dehors. Il était tard certes, mais il devait en avoir le cœur net. Pas le temps de s’équiper correctement, il n’avait sur lui que son pantalon de pyjama et son débardeur. C’est qu’il faisait suffisamment chaud sous la couette et la couverture. A présent il sentait pleinement la fraîcheur mordante de la nuit. Akio pouvait-il guérir le rhume ? Fermant derrière lui, le Nibishi sauta sur le toit en face avec toute la discrétion dont il était possible. Quitte à jouer aux fous autant le faire jusqu’au bout. Le voilà maintenant qu’il avait décidé de suivre à la trace deux foutus papillons de nuit. Quelle plaisanterie. Cependant il y avait néanmoins des petits détails qui le tracassaient. En plus des faits précédents, les deux insectes continuaient à voler ensemble, sans compter que l’autre était deux fois plus gros que le premier. Essayant de voir avec son poing quelle taille cela devait faire, le Jonin se résigna. Il n’avait beau pas être un spécialiste des insectes, son intuition lui soufflait qu’il y avait un problème. Et un gros…

-Si on apprend que je passe mes soirées à attraper des papillons…

Une pensée voleta quelques instants autour du prénom d’Ayumi. Cette bonne femme ne le lâcherait pas avec ça, c’était sûr. Sa curiosité n’avait pourtant rien de maladif, mais un ninja devait savoir suivre ses instincts particulièrement quand celui-ci lui criait qu’il y avait anguille sous roche. Continuant à filer le duo à la force de ses yeux qui discernaient difficilement les nuances de gris, il préféra ne pas dépenser inutilement une bonne dose de chakra pour ce qui ne semblait au final pas d’un grand intérêt. Obligé de descendre du toit sur lequel il se trouvait, il se glissa dans le renfoncement d’une boutique de l’artère principale où il se trouvait dorénavant. C’était stupide mais … et si les insectes le voyaient ? Ils ne voletaient pas au hasard, comme on pourrait le croire. L’intelligence de ces bestioles était-elle sous-estimée. Plusieurs contes et légendes faisaient intervenir cette catégorie d’insectes. Mais il ne se souvenait plus desquels. Avaient-ils à voir avec ces histoires à dormir debout qu’on débitait aux enfants pour qu’ils s’endorment ?

-Qui va là ?

Le couvre-feu n’était pas instauré dans le village mais des shinobi étaient assignés aux patrouilles à l’intérieur même du village, en particulier  aux heures si tardives où les rues étaient désertes. Savait-on jamais. Reculant dans l’ombre, il eut la surprise de voir les deux silhouettes de petite taille qu’il suivait s’arrêter sur un mur également. Avaient-ils vu ou entendu le garder ? A peine le binôme de ninjas reparti, les papillons reprirent leur envol. Cette fois il en était sûr il y avait quelque chose qui se profilait à l’horizon. Et même si cela le dérangeait de flouer ses collègues, pour leur il n’avait pas le choix. S’expliquer à leur yeux reviendrait à avertir les bestioles –si c’en était-  de sa présence. Quelques minutes encore et ils se retrouvèrent finalement devant la tour de l’Amekage. Que ? Ne pouvant se glisser dans une bouche d’aération comme l’avaient fait les deux insectes, le shinobi attendit. De longues minutes. Et s’ils ressortaient par un autre côté ? Résolu à utiliser son chakra qu’il pensait maintenant nécessaire, le Nibishi les vit néanmoins ressortir. Enfin. Mais pas les pattes vides. Tous deux portant les extrémités d’un rouleau soigneusement fermé, ils avaient bien de la force pour des papillons. Et lui qui pensait ces créatures fragiles mais… Comment ? Et pourquoi ? Une chose était claire maintenant : ils n’étaient pas là par hasard. Caché derrière un réservoir d’eau sur l’un des toits, il laissa son regard scruter à travers les interstices des piliers de métal.

-Rentrons maintenant avant que quelqu’un nous voit.

-C’est moi ou … on est pas seuls ? J’te jure, j’me sens espionné.

Des polymorphes ! Ces ninjas capables de se transformer en animaux. Mais d’après ce qu’il avait entendu d’eux ils ne pouvaient se transformer qu’en une seule sorte d’animal. Beaucoup d’entre eux habitaient Ame. Araignée, serpent, et autre. Mais aucun papillon à sa connaissance. Voyant le rouleau basculer dans sa direction, il comprit que les papillons étaient résolus à ratisser la zone question d’être sûrs. Hmmm… Il allait falloir passer la vitesse supérieure. Disparaissant de toute perception chakratique ou visuelle, il se fondit totalement dans le décor, laissant les deux bestiaux le frôler. Il l’avait pour ainsi dire échappé belle. Mais avait-il eu raison de vouloir en savoir plus et de ne pas les avoir attaquer quand il avait l’effet de surprise ?

-Tu vois ? Rien. Arrête de faire ton parano sérieux.

-Ouais ouais ok mais laisses-moi être parano s’te plait. J’ai pas envie d’me retrouver sans aile tout ça pour c’truc.

-T’avais qu’à rester à la maison si t’avais peur des risques. Tu croyais quoi ? T’arrives tu dis bonjour vous pouvez m’passer l’rouleau, et ils te l’donnent ? C’est des humains Flippy, toi t’es un papillon, t’crois qu’tu vas faire quoi ? Y a quoi voir à quel point t’étais suuuuuper efficace quand t’étais dans ton verre à suffoquer comme un pauvre diable. Les humains, c’est les humains. J’en ai marre de faire le larbin pour eux, et tous les autres aussi. Alors tu t’forces et tu m'aides à ramener "c'truc" comme tu dis, parce que peut-être qu- …

-Oh ta trompe j’ai pas dit que j’voulais rester soumis ! J’ai juste dit que j’voulais pas crever ! Et puis ça sentait grave bon chez eux, j’avais jamais rien senti comme ça.

-Ah j’te jure . Normal tu vis dans une fôret mais t’aurais pu t’abstenir. Heureusement que j’étais là… Bon aller on rentre, Reaper nous attend aux portes et après c’est plus notre boulot.

C’était la probablement la première fois qu’il se retrouvait dans un état d’incompréhension tel. Que… Mais avant d’avoir pu penser à quoique ce soit les papillons disparurent. Eux et le mince rouleau entre leurs pattes. Il n’était pas le seul à pouvoir jouer à cache-cache. Et n’était pas le seul à être éduqué aux arts shinobis…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://narultimate-rpg.forumactif.org/t226-nibishi-iroh-parchemi
J'ai des butterfly, des papillons en pagaille [Kuchy] Rouleau-ame
Nibishi Iroh
Rang : Jônin

Messages : 60
J'ai des butterfly, des papillons en pagaille [Kuchy] Empty
MessageSujet: Re: J'ai des butterfly, des papillons en pagaille [Kuchy]   J'ai des butterfly, des papillons en pagaille [Kuchy] EmptyDim 25 Aoû - 15:55

S’il s’en tenait à leurs dires… C’était des vrais papillons. Mais… Une idée le frappa brusquement. Des animaux ninjas. Le genre avec lesquels on se liait. Ayumi et ses hiboux, Akio et ses tatous. Il y en avait déjà à Ame. Mais de là à croire que ce genre de bestiole errait non pas dans des montagnes lointaines mais dans la région. C’en était flippant. Combien avaient été tués par les shinobis en pensant qu’il ne s’agissait que de simples animaux ? Etaient-ils actuellement liés à quelqu’un qui voulait certaines informations d’Ame ? Le vol effectué dans la tour était du coup justifié. Mais pourquoi parlaient-ils de soumission ? Incapable de penser que les animaux pouvaient agir d’eux-mêmes, il activa la technique de détection qu’il souhaitait activer depuis tout à l’heure. Repérant les deux taches de chakra voletant dans les airs, il s’empressa de les suivre, son camouflage toujours actif. A ce train-là le temps qu’ils sortent il allait bien sacrifier du chakra. Prenant du recul puisqu’il ne les suivait pus visuellement, il désenclencha son camouflage. Opération commando avec des animaux. Quelle blague. Hmmm il allait falloir ruser. Au bout se trouvait certainement l’invocateur. Le fameux Reaper.

Continuant à suivre sa piste, les murs limitant l’entrée du village se rapprochaient à vue de nez. Ils arrivaient à la douane. Douane où se trouvaient d’autres ninjas sensoriels … Mais ceux qu’il poursuivait semblaient futés. Ou peut-être avaient-ils compris qu’ils ne pouvaient plus berner personne avec leur rouleau dans les pattes. Evitant une patrouille, leur source de chakra ne fut à priori pas tant que ça détectée. Il était pour lui de réactiver le tout pour disparaître aux yeux et aux sens de ses collègues. Sautant depuis le haut du mur pour retomber de l’autre côté, il sentait qu’il était bientôt arrivé à destination. Les papillons redevenant visibles –ils avaient dû user leur chakra ou presque également-, le Nibishi se remit à les filer détectant au loin une source beaucoup plus conséquente. L’invocateur. Se rapprochant peu à peu jusqu’à ce qu’il puisse distinguer la forme sombre attendant ses Kuchiyose, Iroh prit finalement son élan, s’emparant du rouleau entre les deux papillons, ceux-ci se détachant pour ne pas être entrainé avec ce qu’ils portaient jusqu’à présent.

- Putain !

-Mais t’es qui toi ?

Se désintéressant totalement des invocations, le Nibishi les sourcils froncés se redressa, glissa le rouleau sous l’une des bretelles de son débardeur avant de river les sourcils vers la silhouette toujours tapie dans l’obscurité qui n’avait jusqu’ici ni parlé ni réagit à la soudaine intervention de l’Amejin.

-Montres-toi… A moins que tu n’sois du genre à laisser tes papillons se battre pour toi.

Pas de kunai en main, rien. Mais même s’il n’avait pas ses rouleaux de parchemins ni ses armes, il lui restait toujours ses techniques habituelles. Et avec un peu de chance ils feraient suffisamment de bruit pour attirer les autres s’il se retrouvait en difficulté.

-Tu n’as visiblement rien compris, l’humain.

La silhouette s’avançant il pu finalement distinguer ses traits, ses ailes, ses pattes… ses antennes… Il avait comme l’impression de s’être fourvoyé sur toute la ligne. Mais même si ses sourcils se fronçaient encore plus, il tenta tant bien que mal de dissimuler sa surprise. Il appartenait à la même race d’insectes que les deux autres. Et même si ceux-là lui avaient paru gros, celui-là battait tous les records. De taille humaine, il regardait le Nibishi de ses petits yeuxambrés méchants.

Spoiler:
 

-Bottes-lui l’derche vas-y Reaper !

-Tais-toi Flippy, toujours à l’ouvrir. Apprend à la fermer quand il le faut.

-Rends-moi ce parchemin humain, et tu pourras repartir d’où tu viens. Tu ne sais pas dans quoi tu mets les pieds.

Remarquant que la grande sauterelle méprisante ne regardait même plus ses sous-fifres, Iroh ricana à peine sous cape. Etait-ce une blague ? Pensait-il vraiment qu’il avait à faire à un Genin à la ramasse effrayé par sa propre ombre ?

-Que ce soit clair entre nous, ce n’est certainement pas un monstre sorti d’un cirque qui va m’effrayer. Alors c’est moi qui va poser les ultimatums dorénavant. Soit tu expliques clairement et en détails ce que toi et tes subalternes ici présents êtes venus faire à Ame pour récupérer ce rouleau…

Geste désignant le rouleau.

-… Soit je ferai en sorte qu’on épingle votre carcasse dans des cadres en guise d’avertissement pour tous ceux de votre genre qui auraient dans l’idée de recommencer. Où est l’invocateur ?

Glacial et professionnel au possible, le Nibishi croisa les bras, attendant la réponse du papillon dont les pattes crochues et velues n’étaient plus qu’à environ cinq mètres de lui. Au moins il s’était stoppé dans son élan, comprenant qu’un pas de plus engendrerait le début des hostilités.

-Subalterne ? Hé ta gue-…

-Chh

-A quoi bon? Tu ne comprendrais pas… Je suppose que tu n’en démordras pas…

-J’insiste.

Il y eut comme un grognement de la bête qui se devait sûrement un râle exaspéré. Ah. Enfin des explications…

-Nous autres papillons de nuit sommes assujettis aux mensonges d’Ame depuis trop longtemps déjà… Il est temps pour nous de nous détacher de votre nation de pleutres bons seulement à la menace et à la contrainte. Nous sommes venus chercher ce qui nous appartient de droit. Ce que tu as là … contient le rouleau dont mon peuple se sert pour se laisser invoquer par des humains depuis déjà plusieurs décennies. Mais en nous liant au rouleau, nos ancêtres nous ont contraints à en dépendre. Nous n’errons pas dans les marécages de votre pays d’humains ridiculement boueux pour notre bon plaisir mais parce que notre volonté nous y soumet. Le rouleau une fois entre nos mains nous permettra de nous installer ailleurs que dans ce bourbier. Donnes-le moi maintenant et nous disparaîtrons de notre côté.

Difficile de le croire. A mesure qu’il parlait, le Jonin avait vérifié ses dires, prenant ses dispositions pour désceller l’objet stocké, faisant apparaître un lourd rouleau à la couverture pourpre et noire. Entrouvant celui-ci il s’aperçut qu’en effet pour ce que lui en avait montré Akio, il s‘agissait bel et bien d’un parchemin d’invocation. L’emprunte et le nom écrit sur la première colonne en démontrait.

-Comme tu peux le voir, il n’y a pas d’invocateur. Le précédent, celui qui a convaincu les miens depuis fort longtemps est mort il y a de cela des années. Et vous, microbes, avez gardé ce qui devait nous être rendu comme convenu à sa mort. Nous avions déjà envoyés des représentants. Mais tous se sont fait refouler. Insectes, animaux, créatures, monstre de cirque. Vous êtes tous les mêmes quand il s’agit de considérer une autre race… Nous ne sommes pas des armes supplémentaires à votre panel du parfait ninja dont vous pouvez vous armer quand vous le souhaitez. Rentrez-vous bien ça dans le crâne, à commencer par toi.

Froncement de sourcil de la part du Nibishi, que l’histoire avait malgré tout convaincu… Cependant il y avait un hic.

-Très bien… Mais qu’y gagne le village si je vous rend votre liberté de la sorte ?

L’insecte eut un frémissement furieux. Il était sûrement à deux doigts de se lancer dans la bataille s’il n’avait pas détecté les réserves qu’il lui restait et la dangerosité à laquelle il s’exposerait même s’il pourrait certainement en ressortir vainqueur. Il l’avait senti le sonder avant de débiter son discours. Comme quoi la diplomatie lui était apparue comme plus intéressante.

-Non pas ce qu’il gagne, mais ce qu’il y regagne : son honneur.

-L’honneur n’est rien dans le monde shinobi. Vous souhaitez regagner votre liberté ? Et si Ame envisageait l’idée de vous garder sous le coude ?

-Nous reviendrons plus nombreux…


-Et si je vous proposais un consensus ? Reprenez en considération l’idée d’être de nouveau les alliés d’Ame et me laisser être le lien qui vous y unit.

-Hmpf un humain attiré par la puissance. Quelle originalité.

Et sans qu’il s’y attende,  il s’était envolé, dépliant ses ailes feuilletées, entrainant dans sa suite les deux autres. Un refus ? Non … Il était juste parti transmettre le message … ce qui fut confirmé le lendemain alors que le papillon qui avait effrayé Akio revenait à la charge dans leur appartement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://narultimate-rpg.forumactif.org/t226-nibishi-iroh-parchemi
Contenu sponsorisé
J'ai des butterfly, des papillons en pagaille [Kuchy] Empty
MessageSujet: Re: J'ai des butterfly, des papillons en pagaille [Kuchy]   J'ai des butterfly, des papillons en pagaille [Kuchy] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

J'ai des butterfly, des papillons en pagaille [Kuchy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pagaille au Ministère - dream (défi)
» Butterfly Art' [Open 0/1]
» Assemblée d'Avril.
» Demande de Shaïness - Butterfly
» [Quête] Guerre !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Ultimate RPG :: Ame no Kuni :: Ame Gakure no Sato :: Capitale-