Partagez | .
 

 Réveil enneigé [Oarashi Fung]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Rang : Genin

Messages : 78
MessageSujet: Réveil enneigé [Oarashi Fung]   Mer 17 Juil - 22:06

Naoki souffla sur ses mains jointes en fixant par la fenêtre. Son regard était vide. Ses petites mains lui semblaient glacées. Il pouvait s'approcher de la cheminée qui trônait un peu derrière lui, espérant se réchauffer avec les quelques braises qui crépitaient encore. Ses parents dormaient. Il devait être environ cinq heure du matin. Bien trop tôt pour que quiconque soit levé. Enfin, lui mis à part. Il était tellement excité de passer son premier jour à la montagne, que rester au lit à se retourner commençait à le lasser.

Voilà donc Naoki. Sept ans et demi. Trois dents de lait en moins. Et surtout, une énorme envie d'aller courir dehors. Il y avait toutefois des inconvénients. Déjà, il faisait froid. Ensuite, il avait faim. Pour finir, seul c'était chiant. Autant attendre que quelqu'un se réveille, afin de commencer à s'exciter. Bien qu'il ne lui faille pas plus que quelques gelures, et bien sûr le feu de cheminée. Ce n'est pas à Konoha que l'on faisait ce genre de choses !

Un petit chalet, mais être un peu les uns sur les autres ne le gênait aucunement. Au contraire. Il aimait bien, c'était confortable quand même. En tout, il n'y avait que quatre pièces. La grande qui faisait salon, salle à manger et cuisine. Là où il se trouvait en ce moment. Les toilettes incluses dans la salle de bain. Personne ne s'y trouvait. Et deux petites chambres. Dans l'une d'elle se trouvaient les parents, dans l'autre son frère qui ne montrait pas encore de signes de vie. Naoki était réveillé depuis déjà une heure. Il sautillait presque sur place, à la fois pour calmer son excitation, mais aussi un peu pour se réchauffer. La cheminée se trouvait loin de la fenêtre, et il voulait observer les formes magiques qui y apparaissaient.

Après s'être suffisamment réchauffé les mains, ces dernières déballèrent avec avidité un caramel. Il n'avait pas réussi à défaire le papier jusqu'à présent, ne sentant guère le bout de ses doigts. Lentement, la saveur commença à se disperser dans toute sa bouche. Frémissant à la fois de plaisir et de froid, le gamin continua de regarder par la fenêtre. Il n'y avait pas grand chose à voir. Les carreaux étaient légèrement gelés. Mais bien sûr, ils l'étaient à sa taille. Il voyait un peu derrière. C'était blanc. Avec des conifères qui refusaient de laisser toute la neige à sa portée. Déjà en arrivant, le gamin avait songé à donner des coups de pieds dedans pour la faire tomber et en avoir un gros tas. C'était avant qu'on le laisse marcher de son propre chef. Quand il s'était enfoncé jusqu'au genou dans la neige fraîche, il n'avait plus très envie de faire un « gros » tas, de peur de finir enseveli.

Sortant son carnet de dessins caché dans un des sacs, Naoki entreprit de passer un peu de temps devant la cheminée. Cela ne faisait même pas dix minutes. Peut-être même pas cinq. Le temps lui semblait excessivement long à ne rien faire. Sur le ventre, devant les quelques braises, qui dégageaient une délicate chaleur, il ouvrit et trouva une feuille vierge. Trempant un petit pinceau dans un encrier, il commença par la plus belle chose du jour. La fenêtre. Il voulait reproduire les gelures. Autant dire que même s'il en avait mémorisé la forme, ce n'était pas une chose possible. Son pinceau était trop épais, et chaque fois qu'il le baissait un tout petit peu trop, plusieurs poils faisaient une vilaine trace, lui donnant envie de hurler.

Les esquisses ratées partaient directement en face de lui. Donc dans le feu. Cela aussi le fascinait. La façon dont le papier commençait à brûler, noircissant jusqu'à disparaître. Ce n'était pas excessivement rapide, mais cette distraction ne durait pas des heures. Un instant, il se demanda même s'il ne ratait pas exprès ses dessins juste pour le plaisir de les voir brûler. Bien sûr que non. Il aimait bien les deux, mais des feuilles à brûler, ce n'était pas vraiment ce qui manquait.

Au bout d'un temps qui lui parut infini, Naoki commença à s'exciter. Bien trop pour dessiner. Il secouait nerveusement ses jambes. Il voulait vraiment profiter de la neige, comme si c'était la seule occasion de toute sa vie. La toucher, la voir, la goûter. Tout ce qu'il pourrait faire avec serait fait avant de partir. Mais pour cela, il fallait déjà avoir quelqu'un pour aller dehors avec lui. Juste au cas où. Il n'était pas vraiment rassurée à l'idée de finir enseveli. Rien qu'à cette pensée, un frisson parcourut son dos.

Une seule solution était envisageable. Se redressant, rangeant ses affaires là d'où elles venaient, Naoki commença à traîner des pieds en tournant en rond. Malheureusement, cela ne faisait pas beaucoup de bruits. Même lui avait du mal à entendre ses pas étouffé. Il essaya donc de taper du pied, un peu plus fort. Mais ce devait paraître involontaire. Attendant quelques instants de voir si quelqu'un réagissait, Naoki fut déçu de se rendre compte que non. Il pensa à imiter un chat, un chien, et même ou bête inconnue qui faisait « Agouagouagouagou. » Ses essais ne semblaient toutefois pas convainquant puisque personne ne réagissait.

Entrouvrant la porte pour regarder si Fung réagissait, Naoki fut déçu de voir que non. Faisait-il semblant ? À vrai dire, cela lui importait peu. Le résultat était le même : il était tout seul et n'avait rien à faire. Abandonnant toute idée de délicatesse et de faux accident comme une pile d'assiettes qui se fracasseraient toutes seules par terre, Naoki sauta sur son frère, sans la moindre retenue.

« Lève-toi ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://narultimate-rpg.forumactif.org/t235-naoki#744

avatar
Rang : Jônin

Messages : 61
MessageSujet: Re: Réveil enneigé [Oarashi Fung]   Ven 19 Juil - 3:44

~ Nous étions partis le matin, arrivé le soir même, nous n'avions pris le temps que de manger, avant d'aller dormir. Deux lits se dessinaient dans l'obscurité d'une pièce, sans doute la chambre. Je m'installais dans celui du coin, laissant l'autre, qui se trouvait prêt de la fenêtre à Naoki, mon petit frère. Je savais qu'il aimait regarder par celle-ci pour en regarder le paysage, afin de le dessiner par la suite. Ce n'était bien évidemment pas la seule raison, je ne comptais pas rester longtemps dans cette chambre mal éclairée. Lorsque mon cadet s'endormit, je me levais, sortant de la maisonnette de bois, pour aller sur la toiture. Chaque nuit, je me réveillais bruyamment, après des souvenirs qui refaisaient surface avec l'aide de mes rêves. Je ne tenais bien évidemment pas à ce qu'il s'en aperçoive, il s'inquiéterait inutilement et pourrait même découvrir le secret qu'on tenait tant à lui cacher. C'est pourquoi, je passerais la nuit à la belle étoile cette nuit, bravant la froideur d'un mois d'hiver à la montagne. Je n'étais pas fou, j'avais pris un gros manteau, une écharpe ainsi que de quoi couvrir chaque centimètre de ma peau. Seuls deux petits yeux clairs sortaient de ces tas de vêtements, regardant la beauté d'un ciel à la montagne, le ciel était complétement dégagé, m'offrant un spectacle lumineux magnifique. Sur cette belle vision, mes paupières se ferment doucement, la troublant peu à peu, avant de la recouvrir entièrement d'une obscurité sans faille.

~ Une sensation de brûlure me réveilla, la moitié de mon corps était recouvert de neige. La nuit avait beau être douce, ce n'était plus le cas du début de matinée. Me levant doucement, pour ne pas glisser, je me frottai les jambes pour me dégager. À peine avais-je eu le temps de me dresser sur mes pieds, que je dévalais les tuiles recouvertes d'eau congelée, tombant sur les fesses, quelques mètres plus bas. - Aïe aïe aïe ... - Je posai mes mains dessus, comme pour en amoindrir la douleur, laissant ces quelques murmures m'échapper. J'avais de la chance dans mon malheur, cette neige qui m'avait fait glisser, avait également amorti ma chute. Me redressant à nouveau, je me dirigeais vers la porte d'entrée, tant bien que mal. Le soleil ne s'était pas encore levé, je voyais donc mal la porte, mais surtout, je venais surement de me fêler le coccyx. Boitant légèrement, je remontais les escaliers sans un bruit, ne voulant réveiller personne. Pour seule aide, les quelques flammes de la cheminer, qui s'éteignaient. Je voulais seulement finir ma nuit, au chaud sous ma couette, dans laquelle je me glissai rapidement. Jetant un dernier regard sur mon frère, je remarquai qu'il dormait paisiblement. Un sourire au coin des lèvres, je m'endormais l'esprit tranquille.

~ - Un thé froid, avec une bonne part de fraisier. - Je me trouvais à la plage, sur une terrasse, longeant la mer. Répondant au serveur. La chaleur était à son paroxysme, assez pour avoir quitté mon kimono, pour des vêtements plus léger. Un caleçon de bain. L'esprit évasif, au loin, vers cet azur qui semblait infini, j'entendis des tambours. D'où venaient ces sons que j'avais déjà entendus par le passé ? Je me levais alors de mon transat, n'ayant pas eût le temps de savourer ma boisson et ma pâtisserie. Je m'avançais naturellement vers le bruit, qui devenait de plus en plus fort, portant, je ne voyais rien de capable d'imiter cette intonation. Concentré sur la localisation, il se fit surprendre par un chat, il venait de lui marcher sur la queue et lui bondit dessus avant de s'enfuir. Un chien attaqua ce félin, lui courant après, alors qu'une créature vraiment très étrange, ressemblant à un poulpe terrestre à quatre pattes, poursuivi le canin, poussant des cris pour le moins étrange. - Agouagouagouagou. - Quelle était cette créature mystérieuse, je ne l'avais jamais vu avant. Pourtant, je continuais de marcher, sans même la regarder d'avantage, comme si cela me paraissait normal. En moins d'une seconde, le temps changea à son opposé, le ciel était entièrement couvert, une tempête s'annonçait, il faisait froid, très froid. Une tornade se forma sur moi, me secouant dans tous les sens. Je ne pouvais rien faire, j'étais pris au piège. - Lève-toi ! ... Grand frère ! - C'est alors, que mes yeux s'ouvrirent rapidement, m'arrachant de ce rêve insensé. Me relevant, je sentis un poids se libérer de ma cage thoracique, accompagnée par le bruit d'une chute.

~ Où étais-je ? Je me trouvais bien évidemment plus à la plage. Regardant partout, je me rappelais peu à peu, un chalet, à la montagne. Ce rêve était si réaliste, que me réhabituer au véritable monde me prenait quelques instants. Pour une fois que je ne rêvais pas du passé, j'aurais souhaité en profiter d'avantage. C'est alors que je songeai à la raison de mon réveil brutal. Sans doute l'œuvre de Naoki, pourtant, j'avais beau regarder partout, je ne le voyais pas. Ce n'était donc pas sa faute, pour une fois. Mais qui alors ? Je ne pouvais réfléchir à la réponse, qu'une petite voix attira mon intention, baissant les yeux vers le sol, je le voyais assit, me regardant. Ma première idée avait été la bonne en fin de compte. M'affalant à nouveau sur mon lit, je baillais longuement, tout en m'étirant de tout mon long, afin de me réveiller convenablement. Avant de lier à nouveau nos regards, m'adressant à lui d'une voix fatiguée.

    Tu n'aurais pas pu réveiller papa ou maman pour une fois ?

~ Posant mes pieds au sol et ma main sur sa tête, je m'aidai de tous ces appuis pour me lever. Trainant les pieds lentement, je sortis de la chambre. La lumière du soleil venait dévoiler chaque recoin du chalet. Elle semblait plus petite que lorsque nous avions mangé, pour seule lumière, celle de la cheminer. Nous avions quelques bougies de prévu, mais épuisé par la route, nous ne souhaitions que manger rapidement avant d'aller nous coucher. Les chambres étaient séparées de salles à vivres, par un escalier en bois. Toute la maison, et même les meubles étaient construits de cette matière noble. Par contre, en cas d'incendie, tout partiraient en flambeaux, ne laissant que des cendres derrière elles.

Fouillant les sacs à l'entrer, j'en sortis notre déjeuné.

    Nous sommes sauvés, on a au moins trouvé de quoi manger.

Lui tendant ma trouvaille, je lui souris tendrement, comme pour lui montrer que je ne lui en voulais pas de m'avoir réveillé.

    On ira jouer dehors après, si tu veux.

Il avait beau ne pas me l'avoir dit, je savais très bien que tout ce qu'il voulait, c'était de sortir jouer avec cette matière blanche, qu'est la neige.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://narultimate-rpg.forumactif.org/t264-fung#939

avatar
Rang : Genin

Messages : 78
MessageSujet: Re: Réveil enneigé [Oarashi Fung]   Ven 19 Juil - 13:37

Naoki se laissa tomber lourdement. Il avait l'impression de courir jusqu'au bord d'une falaise, puis sauter. Voler, un beau rêve. Seulement, le gamin était bien réveillé, et savait parfaitement qu'aucune aile ne lui pousserait. Il avait été gentil, après tout cela faisait longtemps que ses tactiques puériles pour réveiller les gens avaient commencé. S'ils avaient bien gentiment accepté de se réveiller, il n'aurait pas eu besoin de recourir à de telles extrémités. Enfin, si cela ne marchait pas, tout espoir serait vain.

Son frère avait beau être plus fort que lui, son sommeil était loin d'être invincible. Il ne faudrait pas longtemps pour le transpercer de toutes parts, jusqu'à le déchirer complètement. Naoki se sentait diabolique. Celui-là voulait même de petites cornes sur le haut du crâne pour montrer à quel point il pouvait être machiavélique.

Son petit instant en apesanteur le fit rêver. Ce petit plaisir éprouvé en sentant son corps monter dans le airs, puis s'immobiliser. Ce tout petit instant ridicule annonçait la fin de son ennui. La seconde d'après, son corps redescendait, attendant avec impatience de s'écraser, tout en hurlant pour réveiller son frère. Ce dernier l'avait bien cherché après tout, il paressait tranquillement dans son lit, comme si c'était un jour de vacances. Certes, c'en était un dans un sens. Malheureusement pour lui, le rôle de grand-frère ne connaissait absolument aucun répit. Sauf quand Naoki s'endormait. Et encore, il fallait vite en profiter pour se reposer soi-même pour éviter ce genre de désagréments.

C'était chaud. Chaud, mais légèrement humide. Pas humide dans le sens urine, non, Fung était un grand garçon. C'était un peu comme de l'eau froide. Des glaçons qui dégelaient lentement. Mais son frère dégageait sans le moindre doute beaucoup de chaleur. Il avait peut-être un peu chaud là-dessous. Un sourire diabolique sur le visage, Naoki méritait sans doute ses cornes maintenant. Enfin, jusqu'à ce qu'il glisse. Fung se réveillait, tranquillement, comme si de rien était. Il se redressa, faisant glisser son petit frère sur le sol sans la moindre pitié. On aurait dit une couverture qui glissait. Vraiment pathétique comme démon.

« Aouch. »

Avec un bruit sourd, le cadet s'écrasa sur le plancher. Sur le dos, il ne bougea pas durant quelques secondes, comme si le temps s'était arrêté pour lui. La chute lui avait un peu coupé le souffle. Naoki ne tarda cependant pas à se redresser pour observer son frère. Il s'était déjà affalé sur son lit. Ne comptait-il pas se lever pour s'occuper de lui ? À cette pensée, le gamin commença à tester sa mâchoire, au cas où il devrait s'en servir.

Finalement, son frère accepta de se lever, non sans se plaindre. Comme un petit chien auquel on allait donné à manger, Naoki lui tournait autour avec excitation. Tout cela était vraiment trop lent à son goût. Il avait envie de sauter, mais cela aurait réveillé les deux dernières personnes encore endormies dans le petit chalet. Désormais, il valait mieux se calmer un peu sur les bruits, après tout, une personne suffisait amplement pour sortir.

Fung s'occupa donc du petit-déjeuner. Chose que son cadet avait totalement oublié. Certes, il avait faim, mais son envie de sortir dominait toutes les autres. L'inconvénient étant que l'aîné ne sortirait pas sans s'être rempli la pense, il n'avait d'autres choix que de patienter encore un peu. Autant manger ce que l'on lui tendait. Précautionneusement, Naoki prit donc le pain et le chocolat. Séparant le morceau en deux, il s'empressa de glisser la sucrerie à l'intérieur, et croqua avidement dedans. C'était bon. Presque autant que les caramels. Fung l'invitait gentiment à jouer dehors après. Ce n'était pas comme s'il avait le choix. Son petit frère n'aurait accepté aucun refus pour le premier jour. Même pour ceux qui suivraient d'ailleurs. Seul, ce serait terriblement ennuyeux, et il n'avait pas très envie de perdre son temps comme chaque jour de l'année.

« Je comptais pas te laisser le choix. »

Un grand sourire aux lèvres, Naoki n'hésita même pas une seconde. Son frère pouvait peut-être le malmener un peu, mais au fond, c'était difficile de lui refuser quelque chose. Être plus petit avait ses avantages. On pouvait être chiant autant que l'on voulait, la faute incombait toujours à l'aîné. Autrement dit, Naoki insisterait tellement que son frère finirait par abandonner l'idée de lui résister. En plus, le gamin n'avait pas le moindre doute sur un point. Fung avait beau vouloir faire son grand plein de maturité et de responsabilité, il n'en voulait pas moins jouer lui aussi.

« On fera une bataille de boules de neige ? Et un bonhomme ! Et un igloo ! Et de la luge ! Et j'veux la goûter aussi, ça a l'air bon ! »

Naoki était tout excité. Pleins d'images dansaient dans sa tête, et pas moyen de les faire sortir. Rêveur, il avait déjà commençé à s'habiller à moitié, déjà prêt à sortir. Enfin, prêt... son blouson se trouvait à l'envers mais cela ne le gênait pas. Il avait un bras qui sortait par la tête aussi. Autant dire qu'il fallait tout recommencer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://narultimate-rpg.forumactif.org/t235-naoki#744

avatar
Rang : Jônin

Messages : 61
MessageSujet: Re: Réveil enneigé [Oarashi Fung]   Jeu 25 Juil - 0:21

Quel plaisir de le voir heureux.

~ À peine lui avais-je tendu la nourriture qu'il s'empressa de l'attraper. Avait-il si faim, que la simple vu de chocolat, le hâta ? Je ne pense pas, il voulait sans nul doute manger rapidement afin de sortir tout aussi vite. La simple vu de la neige le mettait de tous ses états, il ne se contrôlait plus, pressant chacun de ses gestes. Je n'avais même pas mis une cuillère de soupe miso dans ma bouche, qu'il avait déjà finie d'engloutir son chocolat. Manger des sucreries dès le matin était une coutume d'occident plus que japonaise, je ne sais pas d'où cette idée lui était venue, sans doute son jeune âge. Je n'avais que deux ans de plus, pourtant, j'étais habitué à manger de façon salée, principalement des féculents, dans le but de commencer ma journée dans les meilleures conditions possible.

~ Je le voyais maintenant, s'emmêler dans ses vêtements. Lâchant mon bouillon, je m'empressai d'accourir à son aide. Après ma nuit agitée, je n'étais pas vraiment d'humeur à savourer un repas, je la quittai donc sans aucun remords. Une fois assez proche de Naoki, je l'aidais, lui faisant à nouveau entrer son bras dans son col, pour le dégager. Par la suite, je lui faisais glisser une nouvelle fois, mais cette fois-ci, là où son bras devrait se trouver, dans sa manche. Réitérant l'action avec sa frimousse, qui elle se trouvait dans la manche, je ricanais de bon cœur, non pas pour me moquer de lui, mais par le concours de circonstances. Il était tellement excité, que des mouvements simples et quotidiens devenaient une corvée. Même à deux, nous avions du mal à l'habiller convenablement. Impatient, il voulait m'aider, ne rendant mon travail que plus difficile. Un coup sa tête se trouvait bloquée sous l'une des couches qui ornaient son torse, d'autres fois, elle nous disait coucou, par le mauvais orifice. Une fois Naoki légèrement calmé, sans doute était-il fatigué de se débattre, nous arrivions enfin à en venir à bout.

~ Le plus long venait d'être accompli, il ne restait plus que moi. Cherchant des affaires propres, dans nos valises, qui n'avaient pas changé de place depuis que j'y avais sorti notre casse-dalle, et ce, après la tornade nommé, Naoki. Ce qui était un exploit en soi. J'en tirais quelques vieilles fringues, une Kimono qui était à l'opposé de ceux qu'on met lors d'événements. Il était tout chiffonné, notre mère n'avait sans doute pas eu le temps de le repasser, dût à la précipitation du départ. Enfin ce n'était pas bien grave, celui-ci allait surement suffire, je n'allais que jouer dehors. De plus, je ne comptais pas sortir qu'avec ce léger tissu, je comptais bien évidemment mettre un gilet, ainsi qu'un manteau. Ce qui me donnait d'ailleurs, un look bien étrange, pour ne pas dire, ridicule.

~ Le petit nerveux sautait dans tous les sens, ne pouvant même plus le contenir, j'ouvrai la porte, le laissant s'échapper, tel un fidèle chien qui avait attendu toute la nuit afin de sortir faire ses besoins. Il courait, dans le sens du vent, se jetant dans la matière poudreuse et blanche. Ne prenant même pas le temps de profiter, il commençait quelque chose, pour en commencer une seconde, ne laissant qu'un infime instant entre les deux actions. Un coup faisant une boule, un autre, un bonhomme, pour enfin venir glisser un peu de neige dans sa bouche.

Le voyant frôler la crise cardiaque, je me décidais d'intervenir, coupant court à toutes les possibilités qui hantaient son esprit joyeux.

    On commence par faire un bonhomme des neiges, ça te va ?

~ Je lui souriais tendrement, comme si ce moment avec lui me mettait du baume au cœur. Je ne prenais pas assez de temps, pour lui, passant tous mes temps libres à m'entrainer. C'était rare qu'une occasion comme celle-ci nous rapproche. Non pas que nous n'étions pas intimes, bien au contraire, un lien indestructible nous liait à vie, mais seulement que nous n'avions pas beaucoup de temps pour l'être. Pourtant, chaque soir, aussi tard était-il, il m'attendait, devant la maison, sur son petit muret, ou lorsqu'il faisait trop sombre et froid, il attendait devant la porte, guettant mon retour. Aujourd'hui, c'était à lui de nous guider, quoi qu'il ferait, je le suivrais, tant qu'il était heureux, je le serais aussi. Je m'agenouillais donc auprès de lui, commençant à rassembler de la neige pour en former un tas, une sorte de réserve qu'on pourrait utiliser pour notre création, entre frangins. Dans la famille, c'était lui l'artiste, j'attendais donc patiemment ses instructions. Lui offrant mon absolue confiance fraternelle.

    Que dois-je faire ?

Mon sourire n'avait jamais quitté mon visage depuis que nous étions sortis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://narultimate-rpg.forumactif.org/t264-fung#939

avatar
Rang : Genin

Messages : 78
MessageSujet: Re: Réveil enneigé [Oarashi Fung]   Ven 26 Juil - 8:41

Ses habits ressemblaient à des cordes. Le gamin semblait particulièrement doué pour se coincer dedans. Il avait très envie de hurler et pleurer tellement c'était frustrant. Il se retint préférant secouer énergiquement ses bras en espérant que tout se remettre correctement. Une vaine tentative qui n'apportait rien de bon. Au moins, son frère s'occupait de lui, Naoki avait de quoi se sentir important. On se levait pour lui, on le nourrissait, maintenant on l'habillait. Un vrai petit prince. Enfin, il ne fallait pas mal interprété, il voulait faire tout ça tout seul, mais c'était délicat. Son excitation le ralentissait, et sans Fung, il n'aurait sans doute pas pu se dépêtrer et une heure de ses vacances s'en serait trouvée gâchée. Si ce n'était pas plus.

Dès que la porte fut ouverte, Naoki se rua comme un chien pourchassant un chat. S'il avait pu aboyer, il l'aurait fait. D'un côté à l'autre du chemin tassé menant à la porte, il commençait à faire un peu tout et n'importe quoi. Après seulement deux mètres, une boule de neige se trouvait dans ses mains, bien tassée. Il voulait en faire une énorme pour la jeter sur son frère, quand l'envie de faire un bonhomme le prit. Sautant de l'autre côté du chemin, le gamin continua en essayant de rassembler assez de neige. Abandonnant l'instant suivant, Naoki commença à courir, s'enfonçant parfois d'un pied et perdant un peu l'équilibre dans la manœuvre. Combien de fois tomba-t-il face contre terre à cause de son excitation ? Sans dotue trop pour les compter. Cela ne le gênait pas. Ces souvenirs devaient s'incruster de force dans son esprit.

Ce qu'il y avait de merveilleux dans la neige -aux yeux du gamin- était sa couleur. Blanche. On ne pouvait pas la dessiner avec de l'encre noire. C'était à la fois étrange et fascinant. Devait-il en faire uniquement les contours ? Non, c'était bizarre, et cela retirait toute la magie de la neige. Une chose qu'on ne peut pas représenter sur une feuille, sans la dénaturer.

Que faire ? Cette question n'avait pas de réponse. Il voulait tout faire, tout et tout de suite. S'il avait pas avoir une centaine de bras supplémentaire, le gamin aurait sans doute pu tout faire. Malheureusement, il devait se contenter des deux siens, au grand damne de son imagination. Fung le saisit soudainement pour le calmer et le ramener un peu sur terre. Il fallait au moins ça pour lui éviter une surchauffe cérébrale dans ce froid glacial.

« On commence par faire un bonhomme des neiges, ça te va ? »

Un sourire sur son visage, auquel Naoki ne put s'empêcher de répondre. Non, il n'avait pas que deux bras et une tête. C'était le double. Deux bras en plus, et un sourire. Voilà ce qu'il avait gagné à réveiller égoïstement son grand frère ce matin là. Comment pouvait-il le supporter ? Le cadet n'en avait pas la moindre idée. Tout ce dont il était sûr se résumait facilement : sans l'autre, sa vie ne serait pas aussi agréable.

« Que dois-je faire ? »

Une bonhomme de neige. Au moins, Naoki était fixé. La seule chose à faire était de le réussir maintenant. Pour cela, il fallait avoir une image fixe en tête. Un exercice plutôt facile pour le gamin. À force de dessiner, encore et encore pour attendre un frère qui ne daignait rentrer que tard le soir, il avait acquis une certaine faculté à mémoriser et générer des images hétéroclites dans son esprit.

« Il faut faire des grosses boules, trouver des branches et des cailloux. »

En temps normal, le dernier aurait sans doute été rapide, mais cette fois, il faudrait creuser pour atteindre le sol. Naoki commençait déjà à rassembler la neige en une petite boule, qu'il commença à faire rouler en ligne droite. La neige s'y collait, formant un étrange tonneau qui grossissait à vue. De temps en temps, il en tassait les côtés pour tenter de donner au tout une forme plus sphérique. Malheureusement ce n'était pas si facile, et le gamin donnait des coups de poings dedans pour écraser les bosses qui le gênaient. Il aurait pu les lisser en frottant, et retirer le surplus. Malheureusement, elle ne faisait pas encore la taille requise : plus grand que lui. Elle faisait déjà les deux tiers de sa taille. Naoki commençait à avoir du mal à la bouger. Elle restait fixe tandis que lui glissait et s'écrasait tête la première contre la grosse boule. Abandonnant l'idée de l'amener sur la neige, il entreprit d'amener la neige à la boule. En prenant dans ses bras, il revenait l'écraser tranquillement.

En passant, Naoki avait trouvé des branches, et creusait déjà pour trouver des cailloux. Se retournant fièrement vers son frère lorsque des pierres furent dans ses mains, il afficha un grand sourire malgré le froid qui lui engourdissait les joues.

« Regarde ce que j'ai trouvé ! »

En voyant son frère, le gamin ouvrit des yeux ronds comme des billes, n'en revenant pas de ce que ce dernier avait fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://narultimate-rpg.forumactif.org/t235-naoki#744

avatar
Rang : Jônin

Messages : 61
MessageSujet: Re: Réveil enneigé [Oarashi Fung]   Lun 5 Aoû - 22:20

Je suivis ses indications.

~ Malgré la froideur du vent d'hiver, je m'empressai d'accomplir la tâche qui m'avait été donnée. Même si celle-ci m'avait été donnée d'une manière plus ou moins imprécise et imagée. Pour accomplir notre bonhomme de neige, il nous faudrait recourir à plusieurs astuces, pour se faire, nous avions besoin de branches, ainsi que des petites pierres plates. Je laissais Naoki commencer seul. Creusant la neige, j'espérais tomber sur un sol rocheux. Malheureusement, je ne trouvai que de la terre, seuls quelques brins d'herbes gelés parsemaient ce sol dépourvu de vie. J'entrepris alors mes recherches quelques mètres plus loin, répétant l'action de nombreuse fois, et ce, jusqu'à trouver les objets convoités.

~ Mes mains rougissaient, je n'avais pas pensé à prendre des gants. Le froid refroidissait jusqu'à mon sang, l'obligeant à circuler plus rapidement dans mon organisme, afin de garder ma température interne élevée. Mes doigts curieux me brûlaient, compliquant mon investigation. Je voulus tout abandonner, mais je ne pouvais le décevoir. Pour qui serais-je passé après tout, abdiquant à la moindre difficulté ? Plaçant mes mains l'une à côté de l'autre, devant ma bouche, je soufflai pour les réchauffer. Une fois la température remontée, je posai de nouveau mes paumes sur la neige, mais cette fois, elles étaient allongées, j'avais abandonné l'idée de creuser, à présent, j'allais utiliser un stratagème moins douloureux. Les pellicules de glaces fondirent, libérant l'eau, de cet état solide. Je malaxai alors mon chakra, le liquide se propagea, transformant chaque parcelle autour de moi en gadoue, à cause de la terre sur le sol, et ce, dans un rayon de deux mètres.

~ Maintenant que la neige avait disparu, je pouvais nettement voir de petites roches. Pourtant, aucune ne ferait l'affaire, il nous en fallait des rondes, dans le but d'imiter des boutons de chemise. Malgré ce contretemps, je gardais mon calme. Impassible, je réfléchissais déjà à une nouvelle solution. Je n'en vis qu'une seule, tasser une boule-de-neige, la faire rouler, dans le but qu'elle absorbe la neige, libérant donc le champ de vision. La sphère était de plus en plus lourde, et ce, jusqu'à ne plus pouvoir la déplacer. Il me fallait pourtant trouver une solution, une pierre qui semblait parfaitement ronde était à moitié écrasée le bloc de neige. Elle était tellement comprimée, damée, que je ne parvenais pas à en casser un morceau. Il ne me restait plus qu'à trouver un moyen de la faire bouger, ne prenant pas plus de temps à réfléchir, je concentrais une nouvelle fois du chakra, cette fois-ci dans mon pied, j'avais déjà utilisé cette technique, mais sur mon sabre, pour l'envoyer voler sur ma cible, cette fois, il faudrait pourtant que j'y arrive avec un objet extrêmement lourd, me venant jusqu'aux épaules. Je vins heurter violemment mon pied sur celle-ci, qui se brisa en deux. Une partie s'envola rapidement, l'autre resta cloué au sol. Le projectile se dirigea rapidement sur Naoki, lorsqu'il se retourna un sourire fier, aux lèvres. La joie sur son visage laissa place une expression de surprise et de frayeur.

~ Je pouvais parfaitement le comprendre, à sa place, je ferais également les grands yeux. Une immense boule de neige, qui faisait plus de la moitié de sa taille, scindait le vent, à une vitesse élevé, et ce, dans sa direction. Par réflexe, son corps essaya de bouger, mais le miracle n'avait pas eu lieu, la boule le percuta, sans même exploser, continuant son chemin, sa direction inchangée, ne serait-ce qu'un peu.

* * *

Revenons un peu en arrière si vous le voulez bien. Au moment où Naoki se retourne, un grand sourire aux lèvres.

Donc, il se retourne, fièrement. Voit le projectile. La frayeur remplace son petit sourire. La boule approche, de plus en plus. Il essaie de l'éviter. Mais il voit parfaitement qu'il n'aura pas le temps.

    - Là. Faisons un petit zoom sur son visage. Encore. Encore. Voilà. -

Sa bouche s'ouvre, peu à peu. Sans doute voulait-il crier ? Mais la masse ne lui laisse pas le temps et le percute de plein fouet, et ce, du dessus de la ceinture à sa dernière mèche de cheveux. Son corps est alors, instantanément, projeté vers l'arrière, avec une violence telle que ses jambes quittent le sol, pour suivre le mouvement. Ses épaules s'écrasent sur le sol, et la force le fait rouler en arrière.

* * *

Sa roulade continua dans la pente de la montagne, prenant de plus en plus de vitesse, il descendit jusqu'en bas, en un temps record.

    ........ Oups. ........
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://narultimate-rpg.forumactif.org/t264-fung#939

avatar
Rang : Genin

Messages : 78
MessageSujet: Re: Réveil enneigé [Oarashi Fung]   Mar 6 Aoû - 16:42

Le gamin se tenait debout, stupéfait de voir ce que son frère lui avait concocté. Son sang ne fit qu'un tour. Son cœur rata un battement. Les yeux écarquillés, Naoki hésitait entre prier ou crier. Peu importait, le résultat serait le même au bout du compte. Mieux valait prendre ses jambes à son coup pour éviter de se faire écraser comme un insecte.

Fung avait décidé de le tuer en lui envoyant une énorme boule de neige dessus. Ce n'était pas l'heure de se taper dessus pourtant ! Quel frère indigne ! Tenter d'assassiner de la sorte son cadet, et sans le moindre remord apparent. Ou peut-être n'avait-il pas encore réalisé ce que son énorme boule allait faire. Des dégâts irréparables. Naoki se voyait déjà alité pour le reste de ses vacances, voire de sa vie. Une tentative désespéré de fuir, qui n'apporterait rien de bon. Cela ne pouvait certainement pas empirer la situation.

Avec un bruit sourd, et crachant le peu d'air qu'il avait réussi à garder dans son corps, Naoki prit la demi-boule de neige. Même si ce n'était qu'une moitié, le gamin avait l'impression de prendre une tonne sur le corps. Un équivalent d'une bonne centaine de vraies boules de neige. Déstabilisé par le poids et le choc, il sentit son corps partir en arrière. S'écrasant violemment sur le dos, le maître de l'encre commença à rouler sans même essayer de crier. Il se roulait simplement en boule, priant muettement pour sa vie.

La pente lui sembla excessivement longue. Pourtant, cela se passa très rapidement. À vrai dire, même à l'arrêt, Naoki avait encore l'impression de rouler. Sa tête tournait, et une nausée sévère lui donnait envie de recracher tout son repas. Allongé sur le dos, les paupières closes, il avait réellement envie de gerber.

Se dépêchant de se retourner pour éviter de se vomir dessus, le gamin roula sur lui-même, incapable de rester à quatre pattes. Son cerveau était complètement retourné. Il n'avait même pas la force de s'insurger contre son oppresseur. Lentement, ses poumons s'emplissaient, avec parfois une accélération, et une peur de régurgiter son petit-déjeuner. Quelle sensation horrible. Si seulement il avait eu le réflexe ou le temps de se dégager de la trajectoire de la boule.

Couvert de neige, Naoki faisait déjà un parfait bonhomme de neige. Finalement, Fung avait très bien saisi le message et sa mission ! Haletant, le gamin déployait tout ses efforts pour calmer son haut-le-cœur qui revenait de temps à autre. À quatre pattes, immobile, il fixait un point dans la neige, tentant de vider son esprit pour se ressaisir. C'était étrange. La neige enfoncée dessinait les contours d'une trace. Une énorme trace de pas. Trop choqué pour penser à son estomac, il fixait avec un mélange de curiosité et de peur. Qu'est-ce qui avait bien pu faire une trace pareille ?

« Onii-san ! Il y a un truc bizarre ici ! »

Sa voix, relativement faible, appelait son frère à l'aide. Il ne réussirait de toute façon pas à se relever tout seul dans son état.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://narultimate-rpg.forumactif.org/t235-naoki#744
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Réveil enneigé [Oarashi Fung]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Réveil enneigé [Oarashi Fung]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un réveil difficile - Terminé
» Entre Ciel et Terre [pv Nuage d'Or et Nuage Enneigé]
» terrain enneigé
» Union enneigée, Union pour l'éternité
» Le réveil du chat

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Ultimate RPG :: Chroniques :: Chroniques-